Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PCF DU JARNISY 54
  • PCF DU JARNISY 54
  • : PCF du Jarnisy Section Henri Bezon
  • Contact

PERMANENCES HEBDOMADAIRES

Tous les vendredis de 16h à 18 heures
à La Maison du
 Peuple de Jarny,
elles sont ouvertes à tous!!!

VISITEURS :



compteur pour site web


compteur visite

Pcf du Jarnisy

Créez votre badge 

3 août 2015 1 03 /08 /août /2015 12:59
13 juillet 2015 à Jarny - stand du PCF

Une Fête nationale sous le signe du rassemblement !!!

La fête, c’est l’occasion de renouer avec la tradition du débat, d’échanges fraternels, c’est l’occasion d’aller à la rencontre des Jarnysiens avec qui nous partageons les mêmes préoccupations.

Notre stand est devenu au fil des années, un lieu de rassemblement populaire placé sous le signe de la fraternité.

Notre Pétition pour sauver notre Gare et contre les suppressions de trains a recueilli 380 signatures !! Nous allons poursuivre ce combat toutes les vacances.

Nous avons souhaité la Bienvenue à tous ceux qui y venaient pour la première fois comme à tous nos habitués.

Mais la fête, c’est aussi un grand moment de détente et de gastronomie où pour se distraire, on y trouvait une merveilleuse pasta aciutta maison de nos cuisiniers Claude et Saverio !

Merci à Toutes et Tous !!!!!

13 juillet 2015 à Jarny - stand du PCF

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 12:32
ARCELORMITTAL - LE LOURD TRIBUT DES PRÉCAIRES

Jérôme Domaerel, 41 ans, a basculé le 13 juillet dans une coulée de métal en fusion à 1 200 degrés. Il est mort sur le coup. Il travaillait sur le site de Grande-Synthe d’ArcelorMittal, pour l’agence d’intérim Inter-conseil.

En décembre, une chargeuse a percuté et tué un salarié de 36 ans. Puis un intérimaire de 21 ans s’est fait écraser entre 2 wagons. « Chaque fois, on répète qu’il y a un problème avec la politique de sécurité d’Arcelor. Pas au niveau des procédures ou des équipements, mais il y a trop de salariés précaires… », a déclaré Bernard Collin, du CHSCT d’Arcelor au journal « Nord Littoral ».

En 2013, en France, 34 848 intérimaires ont été victimes d’accidents du travail, et 67 en sont morts. Ces précaires, moins formés, sont 2 fois plus victimes d’accidents que les CDI. Le turnover empêche la transmission des compétences par les plus anciens. Et pourtant, Prism’emploi, la chambre patronale des agences d’intérim, refuse d’allouer des moyens à la santé et à la sécurité au travail des ses salariés

Lu dans l’HD

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
15 juillet 2015 3 15 /07 /juillet /2015 18:30

Parce que nous sommes solidaires avec ceux qui résistent et luttent en Grèce, nous appelons la direction du PCF et les députés communistes à rejeter le nouvel accord UE-Tsipras

14 juillet 2015, pour s’associer: (nom, prénom, fédération et section du PCF – renvoyer à contact@cahiers-communistes.fr )

Nous avons pris connaissance dans les médias des déclarations des principaux dirigeants de notre parti, le PCF, dont Pierre Laurent, saluant la signature de l’accord Eurogroupe/Tsipras, et, avec consternation, de l’annonce du président du groupe GDR, André Chassaigne, qu’il allait voter OUI à sa validation à l’Assemblée nationale le 15 juillet.

Ces positions sont lourdes de signification politique et peuvent se révéler lourdes de conséquences politiques en France en général, pour le Parti en particulier. Dans l’immédiat, nous appelons les communistes et la direction du PCF à exprimer leur rejet du 3ème plan de super-austérité contre le peuple et à tout faire pour obtenir un vote NON de tous les députés communistes. Nous demandons aussi que se tienne, enfin dans le Parti, le débat, qui n’a même pas eu lieu au Conseil National, sur le positionnement sur la Grèce, avec tous les éléments d’information, toutes les analyses communistes, françaises, grecques et internationales, même si elles divergent.

Les mesures contenues dans le 3ème mémorandum UE/Grèce sont d’une dureté inouïe pour le peuple, d’autant qu’il s’additionne aux précédents. Il va encore plus loin dans les ponctions sur le monde du travail, les prestations sociales, les retraites, que la version soumise à référendum le 5 juillet. 50 milliards d’euros de bien publics grecs sont mis pour ainsi dire sous séquestre et menace de privatisation.

Le refus de ces mesures, aussi injustes que brutales, est massif. D’importantes mobilisations, dans les villes et dans les entreprises, sont organisées par les forces syndicales et progressistes ce 15 juillet pour s’opposer au mémorandum. Pour nous communistes, « être solidaires avec le peuple grec » ne prend de sens – sinon c’est au mieux de la compassion – qu’en soutien aux résistances et aux luttes menées dans l’intérêt des travailleurs et du peuple. Comment peut-on imaginer que les députés du PCF les désavouent en votant OUI en France ?

Nous ne pouvons qu’être avec ceux qui refusent de se laisser enfermer dans le chantage des capitalistes des pays d’Europe (dont les Grecs), alliés dans l’UE, entre la misère et la faillite, entre le mémorandum et le Grexit, toujours sous la domination capitaliste européenne.

Le sort que les capitalistes européens font subir au peuple grec est clairement un message à destination de tous les peuples européens, une injonction à se résigner et à se soumettre. Le message peut se résumer ainsi : « il n’y a pas d’autres choix pour les travailleurs que d’accepter de payer la crise du capital ».

En France, la casse économique et sociale est encore très éloignée de la situation grecque. Mais les prétextes pour imposer des lois allant dans le même sens que les mémorandums grecs, contre les retraites, l’hôpital, les hausses de TVA, l’ANI, la loi Macron, le « Pacte de responsabilité » sont les mêmes : déficits et dettes publiques, Union européenne. Voter OUI à l’Assemblée nationale, c’est tirer une balle dans le pied du mouvement social en France contre cette politique. C’est, pour notre Parti, renier nos dénonciations historiques de l’UE du capital, nos votes NON à Maastricht en 1992 et au projet de « constitution européenne » en 2005.

Pour les communistes, il n’y a pas d’autre choix possible que le vote NON demain au Parlement, quelle que soit même l’appréciation que l’on porte sur l’action de Tsipras et de Syriza. Certains avancent qu’il « résiste », qu’il « ferait du mieux possible », qu’il « jouerait un double jeu », comme « bouclier ». Cela n’est absolument pas notre analyse. Mais cela ne peut pas les conduire à choisir le OUI.

Pour notre part – mais cela ne joue pas pour le vote de demain – nous exprimons notre désaccord total avec la campagne unilatérale de soutien inconditionnel à Syriza et Tsipras conduite par la direction du Parti, derrière le Parti de la gauche européenne PGE, relayée par l’Humanité jusqu’à la rétention d’information. Elle est dangereuse et ne peut que se retourner contre le PCF. L’alliance de Syriza avec le parti de droite extrême, nationaliste et ultra-libéral, ANEL, a donné tous les gages aux classes possédantes grecques, à l’armée, à l’église, aussi à l’OTAN, jusqu’à l’organisation de manœuvres militaires communes avec Israël. Syriza a exercé une véritable pédagogie de la résignation au remboursement de la dette, à l’enfermement dans le carcan de l’UE, des promesses reniées au référendum retourné. Nous en faisons à nouveau solennellement la demande : il est grand temps qu’un débat de fond soit organisé dans le Parti, à tous les niveaux, avec tous les éléments. Nous demandons en particulier que soit ouverte une tribune dans l’Huma et soient interviewés les représentants du Parti communiste grec, le KKE, dont la représentativité dans les luttes en Grèce, avec le syndicat PAME, est incontestable.

Ceux qui cherchent à ériger l’expérience Syriza en modèle transposable en France de recomposition politique, avec une partie de la social-démocratie recyclée, de conversion à l’acceptation de l’UE, ont sous les yeux la démonstration de l’impasse que cela représente pour les communistes et la raison d’être de leur engagement.

De même, l’expérience grecque montre à quel point la perspective de « l’Europe sociale » est un leurre dangereux jusqu’à faire accepter un tel mémorandum. Ce débat doit absolument être prolongé aussi, mais, pour nous, il est profondément faux et dangereux d’opposer une « méchante » Allemagne, dirigée par Merkel et son vice-chancelier social-démocrate Gabriel, à une France « conciliante » conduite par Hollande après Sarkozy. Les impérialismes européens sont rivaux, avec l’Allemagne en position relative de force, mais ils sont surtout alliés, dans l’UE, avec les Etats-Unis, l’OTAN et le FMI, pour écraser les peuples, renforcer pour cela l’intégration européenne, la « gouvernance politique de la zone euro ». Il n’y a pas d’alternative politique possible sans rupture avec l’Union européenne et ses instruments.

Contre les tentatives européennes de dresser les peuples les uns contre les autres, dans la dangereuse période d’instabilité qui s’ouvre en Grèce, pour l’avenir de nos propres luttes en France, alors que les extrêmes-droites se postent dans chaque pays pour détourner la colère pour le compte du système, communistes, internationalistes, militants syndicaux, nous ne pouvons que choisir le soutien à ceux qui mènent la lutte des classes.

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
9 juillet 2015 4 09 /07 /juillet /2015 21:16
Le 13 juillet à Jarny... Venez nombreux!!!

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
2 juillet 2015 4 02 /07 /juillet /2015 11:38
VENUE A LONGWY DE MONSIEUR VALLS

Bonjour
Hier soir plusieurs élus communistes et habitants du Pays-Haut avaient organisé un moment démocratique à l'occasion de la venue à Longwy du Premier Ministre.
Nous voulions exprimer notre désapprobation envers la politique du gouvernement qu'il dirige.
Au lieu de ce moment de démocratie participative nous avons participé à notre âme défendant à un autre moment qui se passe de commentaires...pour l'instant!
Les photos parlent d'elles mêmes!
Les élus de la République empêchés de se rendre devant la maison commune de Longwy, élus et habitants parqués dans une rue.....celle de la permanence du député pour la petit histoire jusqu'au départ du convoi officiel!
Inacceptable, anti-démocratique et intolérable!
Pourquoi de telles attitudes ?
Quelles étaient nos intentions? Simplement s'exprimer au nom de celles et ceux qui souffrent des mesures prises par le gouvernement de Manuel Valls.... Apparemment s'exprimer c'est déjà trop!
Cependant nous ne sommes pas tous des moutons!
Et dire que certains vont nous accuser d'être trop agressifs....
Cette méthode est vraiment inadmissible

Merci pour la présence de la section de Jarny

Olivier Tritz

1er Adjoint au maire de Jarny

Conseiller Régional

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 08:29
Lundi, à la suite de son déplacement à Metz, Manuel Valls a fait une étape remarquée à Longwy.

Dans une cité des Émaux placée sous haute surveillance, le Premier ministre a traversé les remparts Vauban avant de se rendre en ville basse, où deux groupes de manifestants l’attendaient. Seules deux déléguées CGT des Faïenceries et Emaux de Longwy l'ont rencontré. Quant aux élus Front de gauche, ils ont été bloqués à bonne distance de l'hôtel de ville de Longwy-Bas par les forces de l'ordre.

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 08:24
Séquestrés pendant deux heures... par la police Valls

Lundi 29 juin 2015 à 18 heures, la Section PCF du Jarnisy était à Longwy pour soutenir les salariés des Emaux de Longwy. Pendant que Valls trinquait au champagne avec LE MAIRE PS FOURNEL, 200 CRS ont fait parler la matraque ! 35 camarades des Sections de Jarny, Thil, Villerupt et Thionville se sont retrouvés encerclés dans une ruelle. On dénombre quelques blessés. Où est le dialogue social ?

De nombreux élus communistes du Jarnisy et de la région étaient eux aussi encerclés dans un autre lieu de Longwy par la police pour empêcher tout dialogue social avec le Premier Ministre Monsieur VALLS

OUI , MONSIEUR VALLS VOUS N’ETES PAS UN HOMME DE GAUCHE ET VOTRE PASSAGE AURA LAISSÉ DES TRACES DE DÉGOÛT AU MONDE DU TRAVAIL SURTOUT AUPRÈS DE CEUX QUE VOTRE MENTOR À L’ÉLYSÉE (MONSIEUR HOLLANDE) APPELLE LES SANS-DENTS. CEUX-LÀ S’EN SOUVIENDRONT ENCORE LONGTEMPS !

LES LORRAINS N’ONT PAS LA MÉMOIRE COURTE

Tous Dans la rue !!!

La lutte continue !!!

Séquestrés pendant deux heures... par la police Valls
Séquestrés pendant deux heures... par la police Valls
Séquestrés pendant deux heures... par la police Valls
Séquestrés pendant deux heures... par la police Valls

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
28 juin 2015 7 28 /06 /juin /2015 22:04
NOTRE OBJECTIF: VOUS DEFENDRE ET PRIVILEGIER L'HUMAIN D'ABORD

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
26 juin 2015 5 26 /06 /juin /2015 21:20
Algrange, le 04 juillet 2015

!

Algrange, le 04 juillet 2015

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
21 juin 2015 7 21 /06 /juin /2015 18:15

Expulsions violentes de campements à Paris ; brutalités des forces de l’ordre à Calais ; opération musclée de la police italienne à Vintimille et barrage de la police française contre des migrants qui veulent passer en France : les quelques dizaines de milliers de femmes et d’hommes qui ont, au péril de leur vie, réussi à poser le pied en Europe sont traqués, harcelés et frappés sous nos yeux. Et le ministre de l’Intérieur nous parle d’humanité !

Arrêtés dans les trains ou dans les camions où ils se glissent, expulsés des places où ils dorment pour « occupation illégale de l’espace public », les migrants ne peuvent ni circuler ni stationner.

C’est inhumain et absurde. Ces femmes et ces hommes ne se dissoudront pas dans l’air et rien ne les arrêtera, parce qu’ils n’ont pas d’autre choix que d’avancer.

La condition des migrants est l’illustration de l’expression de Karl Marx « Les prolétaires n’ont pas de patrie ». Car quelle est la patrie pour les Irakiens qui ont fui Mossoul à l’arrivée de Daech ? Quelle est la patrie pour les Syriens pris entre la barbarie d’Assad et celle des milices islamistes ? Ou pour les Érythréens qui risquent le bagne à perpétuité ?

Ces femmes et ces hommes ne peuvent plus vivre chez eux, mais partout en Europe, ils sont rejetés comme des indésirables.

Jamais l’Europe n’aura autant mérité le surnom de forteresse. Non contents de multiplier murs et barbelés aux limites de l’espace Schengen, les gouvernements européens rétablissent les frontières en son sein. Au prétexte que la convention de Dublin prévoit que les demandeurs d’asile déposent leur demande dans le pays d’entrée en Europe, la France et l’Autriche, par exemple, ont fermé leurs frontières pour bloquer les migrants en Italie.

Les dirigeants européens se gargarisent en parlant de coopération et de solidarité. Ils reconnaissent en paroles la nécessité d’accueillir les réfugiés, mais c’est à l’Italie et à la Grèce de se débrouiller pour gérer l’urgence de la situation. L’enfer dans lequel ils condamnent les migrants à Calais ne leur suffit pas, ils sont en train de recréer la même chose à Vintimille, à Rome, en Grèce !

Dans ce jeu ignoble où l’on se rejette les migrants comme on se repasse une patate chaude, le gouvernement français remporte la palme du cynisme. Pour coller à la démagogie anti-immigrés de la droite et du FN, le gouvernement de Hollande transforme les réfugiés en parias et, de fait, leur dénie le droit de demander l’asile et de circuler librement. Les migrants ne demandent pas la lune, beaucoup ne veulent même pas rester en France. Mais le gouvernement leur refuse les hébergements d’urgence qui leur permettraient de reprendre des forces et de repartir.

Il justifie sa politique restrictive et répressive au prétexte que « cela créerait un appel d’air » et que « l’on ne peut pas accueillir toute la misère du monde ». Cette rengaine ne doit plus masquer ce qui est un crime : celui de non-assistance à personne en danger.
« On n’a pas les moyens d’accueillir de nouveaux immigrés », nous dit-on, mais on trouve de quoi entretenir chaque année de nouveaux millionnaires et satisfaire leurs caprices ! « On n’a pas les moyens d’accueillir de nouveaux immigrés », nous disent encore ceux qui sont prêts à mettre des milliards sur la table pour les Jeux olympiques !

Tous ces politiciens se moquent de la misère. Ils se moquent de celle des migrants comme de celle, ici en France, des classes populaires et ils ne bougeront pas le petit doigt pour soulager leur souffrance. Alors, laissons ces fausses évidences aux défenseurs des inégalités, de l’exploitation et de l’injustice !

Il faut combattre les vrais fauteurs de chômage et de misère que sont les capitalistes. Contre eux, les migrants sont nos sœurs et frères de classe. C’est pourquoi refuser les expulsions et demander la régularisation des sans-papiers qui veulent rester ici doivent faire partie des revendications du monde ouvrier.

Il en va de même de la revendication de la libre circulation pour tous. L’Europe capitaliste garantit celle des marchandises et des capitaux, mais elle multiplie les obstacles pour empêcher la circulation des travailleurs.

Pour les riches étrangers, fussent-ils des requins de la finance, les portes sont grandes ouvertes, pour des travailleurs qui ne demandent qu’à être utiles à la société, elles sont fermées. C’est bien là l’image d’une société pourrissante !

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article