Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PCF DU JARNISY 54
  • PCF DU JARNISY 54
  • : PCF du Jarnisy Section Henri Bezon
  • Contact

PERMANENCES HEBDOMADAIRES

Tous les vendredis de 16h à 18 heures
à La Maison du
 Peuple de Jarny,
elles sont ouvertes à tous!!!

VISITEURS :



compteur pour site web


compteur visite

Pcf du Jarnisy

Créez votre badge 

27 novembre 2016 7 27 /11 /novembre /2016 22:41


Résultat du vote des communistes pour 2017


53,52 % pour l'option 1, des communistes unis pour faire grandir le rassemblement
Suite à la Conférence nationale du 5 novembre, les 120.000 membres du Parti communiste
français étaient invités à poursuivre le débat engagé sur leur choix pour les échéances électorales de 2017. Ils l'ont fait sur la base de l'analyse des développements de la situation politique, de la résolution adoptée par la Conférence nationale et des deux options qui étaient soumis à leur vote pour l'élection présidentielle. La discussion des communistes a confirmé l'inquiétude et la lucidité partagées devant la montée des dangers de droite, d'extrême-droite et de populismes rétrogrades, et aiguisé la conscience des responsabilités qui sont les nôtres pour ouvrir un nouveau chemin d'espoir.


Des dizaines de milliers de communistes ont activement participé à cette consultation dans un
état d'esprit respectueux et de grande responsabilité, faisant honneur à la vie démocratique de leur parti et de la vie politique nationale. Ils ont largement exprimé leur volonté de sortir unis et rassemblés de cette consultation pour mener les batailles cruciales qui nous attendent.
Sur les 56.440 cotisants à jour de leurs cotisations et pouvant donc participer au vote, 40.943, soit 72,54 % des inscrits, ont voté ces 24, 25 et 26 novembre.
Plus de 94 % ont adopté la résolution stratégique « Uni-e-s pour l'humain d'abord, les
communistes en campagne », qui fixe le cap général de nos batailles pour 2017 : porter un pacte d'engagements pour la France à même de sortir notre pays de la crise dans laquelle il est plongé ; construire le rassemblement de toutes les forces disponibles pour un nouveau pacte de majorité à gauche alternatif à l'austérité; présenter dans toutes les circonscriptions de France des candidat-e-s capables de porter ce projet et cette démarche de rassemblement.
Sur le choix présidentiel, 53,52 % des exprimés ont voté pour l'option 1, qui devient de ce fait la décision du Parti communiste français, et 46,48 % ont voté pour l'option 2. Le Comité exécutif national appelle donc l'ensemble des communistes à se rassembler autour du choix
majoritairement validé.
Les votes et les débats sur ces deux options ont été partagés. Quels qu'aient été leurs choix,
l'unité des communistes est désormais indispensable. Elle est nécessaire pour permettre une
mise en œuvre efficace de nos combats. Pour être forte, cette unité doit se faire dans le respect du choix majoritaire, de tous les communistes, du débat qui a lieu, des convictions et des questionnements qu'il a exprimés.
C'est dans cet état d'esprit que le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent, et l'ensemble du
Comité exécutif national, s'engageront au service du choix démocratiquement effectué.
Le choix 1, retenu par la majorité des votants, est celui d'une campagne communiste autonome appelant à voter Jean-Luc Mélenchon, « considérant qu'un rassemblement peut s'opérer avec cette candidature et qu'elle porte une grande partie des propositions de la gauche alternative à l'austérité ». Ce choix indique également que « les communistes poursuivront leurs efforts pour une candidature commune, porteront cet appel en conservant leur autonomie, critique et constructive, travailleront à un cadre collectif de campagne élargi afin d’œuvrer à la construction d'un rassemblement le plus large possible ».
Le Conseil national du PCF se réunira le jeudi 1er décembre pour prendre toutes les décisions nécessaires à la mise en œuvre offensive de ce choix : porter sans attendre nos propositions dans le débat national, prendre de nouvelles initiatives de rassemblement en mettant notre choix de candidature au service de cette démarche, impulser notre campagne et la désignation de nos candidat-e-s pour les législatives.
Le Comité exécutif national invite dès à présent tous les communistes à amplifier le travail sur les élections législatives, la désignation des candidat-e-s - ainsi que la désignation des chefs de file pour les élections sénatoriales – et la construction des rassemblements nécessaires.

Le 14 janvier 2017, le Conseil national validera les candidatures présentées ou soutenues par le PCF à ces élections.
Le Comité exécutif national remercie tous les secrétaires départementaux, tous les conseils
départementaux, les secrétaires de section pour l'organisation du vote qui s'est déroulé dans de très bonnes conditions. Il félicite tous les communistes pour la qualité du débat mené.
Aujourd'hui, le choix des communistes nous engage.

Soyons ensemble pour le mettre en œuvre.

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
27 novembre 2016 7 27 /11 /novembre /2016 22:39

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
24 novembre 2016 4 24 /11 /novembre /2016 23:16

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
22 novembre 2016 2 22 /11 /novembre /2016 23:44

À    quelques    jours    de    la    consultation    sur    les    échéances    de    2017,    le    Conseil    départemental    du    PCF54,     réuni     le     21     novembre     à     Pompey,     appelle     les     communistes     du     département     à     se     mobiliser    
massivement     pour     exprimer     leur     position     par     le     vote     les     24,     25     et     26     novembre     dans     leurs    sections.    
Une    forte    participation    à    ce    vote    sera    une    garantie    pour    que    la    décision    majoritaire    engage    tous les    communistes.    Le    Conseil    départemental    appelle    les    communistes    à    se    rassembler    dès    lundi prochain    autour    de    l’orientation    qui    sortira    du    vote.    
Pour     l’information     complète     des     camarades     et     pour     alimenter     le     débat,     comme     l’ont     fait d’autres    instances    et    notre    Secrétaire    national,    le    Conseil    départemental    souhaite    faire    part    de  la     position     qui     s’est     exprimé     majoritairement     en     son     sein     après     débat,     à     travers     la     résolution    
suivante.   

L’élection     de     Donald     Trump     aux     États-Unis     résonne     comme     un     avertissement     contre     toute  tentation     populiste     ou     nationaliste.     L’enfoncement     dans     la     crise     économique     et     sociale     et     le discrédit    des    élites    politiques    nous    conduisent    dans    le    mur.    En    2017,    les    forces    de    progrès    peuvent se    trouver    marginalisées    pour    longtemps.    L’extrême    droite    peut    même    accéder    au    pouvoir.    Face    à cette    situation,    certains    appellent    à    la    résignation    et    au    vote    «utile»,    ignorant    le    dégoût    d’une    part croissante     de     la     population.    

Les     communistes,     eux,     ne     se     résignent     pas.     Nous     l’avons     dit     lors     de  notre    conférence    nationale:    nous    voulons    être    à    l’offensive    pour    empêcher    la    droite    et    l’extrême droite    de    conquérir    le    pouvoir,    rassembler    tous    ceux    qui    luttent    contre    l’austérité    en    travaillant    à des    candidatures    communes,    et    sortir    notre    pays    de    la    crise.    
Pour    que    ce    choix    se    traduise    au    plus    vite    par    des    actes,    la    conférence    nationale    a,    par    un    vote nettement    majoritaire (1) ,    proposé    aux    communistes    de    désigner    un    candidat    issu    de    leurs    rangs, porteur    de    nos    propositions    et    de    notre    démarche    de    rassemblement,    à    l’élection    présidentielle  de    2017.    
Si    ce    choix,    rendu    nécessaire    par    la    gravité    de    ce    qui    se    joue    et    porté    par    la    majorité    des    délégués,  est    adopté    par    les    communistes    le    26    novembre,    il    permettra    de    rassembler    le    parti    dans    l’action.    
Les     militants,     les     sympathisants,     tous     ceux     pour     qui     le     PCF     est     un     point     de     repère,     longtemps désorientés    par    une    stratégie    trop    floue    ou    illisible,    retrouveront    ainsi    le    chemin    du    débat    et    de l’action.    
Une     candidature     communiste,     c’est     la     garantie     d’une     démarche     collective     :     une     candidature    portée    par    des    militant-e-s,    des    élu-e-s,    présent-e-s    dans    les    luttes    et    aux    côtés    des    populations    au quotidien.     Nous     ne     voulons     pas     d’un     candidat     qui     se     «    libère    »     des     partis.     Notre     parti     est     une force    ;    il    permet    à    chacun    d’entre    nous    de    se    faire    entendre    et    d’être    à    l’écoute    des    autres.    Quel   que     soit     notre     candidat,     il     sera     UN     parmi     d’autres     :     c’est     ce     qui     le     rendra     capable     de     porter     les   exigences    populaires,    c’est    ce    qui    le    rendra    légitime    pour    travailler    au    rassemblement    le    plus    large possible.        
Quelle    que    soit    l’issue    des    élections    à    venir,    nous    aurons    besoin    d’un    parti    communiste    fort    pour résister    aux    offensives    réactionnaires    et    reconstruire    une    perspective    de    progrès    en    France.    Avec une    candidature    communiste,    le    PCF    pourra    enfin    se    mettre    en    ordre    de    bataille.    
La     proposition     de     la     conférence     nationale     de     désigner     une     candidature     issue     de     nos     rangs préserve    l’avenir    des    idées    communistes    et    de    notre    parti,    mais    aussi    celui    de    la    gauche    et    du pays.    
    
Portées     par     un     candidat,     nos     propositions,     si     indispensables     à     la     construction     d'une     alternative crédible,     comme     notre     stratégie     de     rassemblement     gagneront     en     visibilité.     Si     demain,     dans     les débats    sur    la    crise    économique    ,    on    entendait    un    communiste    dire    qu’il    est    possible    d’éradiquer    le chômage     en     affrontant     le     capital,     en     prenant     le     pouvoir     sur     l'argent;     si     dans     les     débats     sur     les migrants,    un    communiste    faisait    résonner    les    mots    de    paix,    de    solidarité,    d’humanité,    en    les    reliant à     l'exigence     d'un     grand     essor     des     services     publics;     si     dans     la     guerre     incessante     des     ego,     on    entendait    un    communiste    parler,    contre    le    présidentialisme,        de    rassemblement,    de    démocratie, de    pouvoirs    réels    des    salariés    et    des    citoyens    ...    quel    bien    cela    ferait    au    débat    public,    à    la    France,    à l'Europe    !    Face    à    la    montée    de    débats    identitaires,    et    après    les    grandes    mobilisations    contre    la    loi El     Khomri,          nous     avons     besoin     d’un     candidat     capable     de     porter     une     analyse     de     classe     et     de rassembler     le     salariat.     Jean-Luc     Mélenchon,     qui     va     jusqu’à     récuser     le     clivage     droite-gauche,     ne  peut    pas    être    ce    candidat.    
Le    choix    d'une    candidature    communiste    n’obère    pas    nos    capacités    de    réussite    aux    législatives.    Si  nous    choisissions    Jean-Luc    Mélenchon,    nous    ferions    campagne    pour    un    candidat    qui    se    prépare    à nous    opposer    ses    représentants    dans    chaque    circonscription.    

Pour    faire    élire    le    plus    grand    nombre de    député-e-s    communistes,    toutes    les    voix    compteront.    Choisissons    la    cohérence    et    la    clarté.    
Ce    choix    préserve    l’avenir    de    la    gauche,    face    à    une    direction    du    PS    qui    l'enterre.    Dans    une    situation politique     qui     bouge     très     vite,     ce     choix     laisse     au     parti     la     possibilité     de     continuer     à     œuvrer     au  rassemblement     le     plus     large     possible     sur     un     projet     de     progrès.     Comment     pourrions-nous  poursuivre     dans     cette     voie     en     nous     ralliant     à     un     candidat     qui     récuse     l’idée     même     de rassemblement     ?     Jean-Luc     Mélenchon,     par     sa     posture     solitaire,     hypothèque     toute     perspective majoritaire.     Choisir     sa     candidature,     ce     serait     renoncer     à     construire     un     large     rassemblement     à gauche.    Une     candidature     communiste     n’est     pas     une     candidature     de     plus     à     gauche    !     Elle     est     la     seule aujourd’hui     à     pouvoir     porter     la     vision     d’une     gauche     rassemblée     sur     des     contenus     de     progrès,     à faire    avancer    ce    qu’il    y    a    de    commun    à    tous    ceux    qui    ne    se    reconnaissent    pas    dans    les    trahisons    du gouvernement    et    aspirent    à    une    candidature    de    convergence.    
Aujourd’hui,     notre     pays     semble     dans     une     impasse.     Pour     sauvegarder     les     intérêts     du     patronat     et d’une     minorité     au     pouvoir,     le     peuple     risque     de     se     voir     imposer     un     scénario     dont     il     ne     veut     pas.    
Pour    en    finir    avec    l’idée    que    rien    ne    peut    changer,    faisons    entendre    une    voix    nouvelle,    une    voix    qui  sera    celle    de    tous    ceux    qui    ne    se    résignent    pas    à    la    victoire    de    la    droite,    de    l’extrême    droite    et    de leurs    projets    réactionnaires,    de    tous    ceux    qui    veulent    donner    un    avenir    à    la    France.    La    voix    d’un  candidat    communiste.     

 

(1) - 55,69    %    pour    l'option    2    (candidature    communiste)    -        44,31    %    pour    l'option    1    (vote    Mélenchon)   

 

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
13 novembre 2016 7 13 /11 /novembre /2016 18:25

Les sociétés exploitant les autoroutes dégagent chaque année des bénéfices, notamment depuis leur privatisation en 2006. Les membres du PCF prônent une renationalisation. Ils sensibilisaient hier les automobilistes.

 
 

D ès lors qu’il y a un ralentissement de la fréquentation des autoroutes, on fait supporter la différence aux collectivités et aux usagers », démarre Yilmaz Bora, secrétaire départemental du PCF en Meurthe-et-Moselle. Hier après-midi, en compagnie d’Évelyne Didier, sénatrice de Meurthe-et-Moselle, Patrick Abate, sénateur de Moselle, et de militants issus du Pays de Briey, de Longwy, de Nancy ou encore de Pont-à-Mousson, ils ont distribué des tracts pour alerter les automobilistes sur le nouveau plan de relance autoroutier. Et c’est le péage de Beaumont-Moineville qui a été choisi.

Les militants sont venus défendre le projet de renationalisation. « Les autoroutes ont été "vendues" progressivement, dans l’idée de rembourser la dette publique », situe Évelyne Didier. En 2015, un premier plan de relance de 3,2 milliards d’euros concrétisait le partenariat entre autorité publique et secteur privé en encourageant la modernisation du parc autoroutier. Un second plan d’un milliard d’euros a été lancé par François Hollande en juillet dernier. « Les concessions autoroutières dégagent 9 % de bénéfices chaque année. Quelle entreprise peut se targuer de ça ? Quand l’État a décidé de vendre, il s’est privé d’1,5 milliard d’euros de recettes annuelles. »

« Faire en sorte que l’idée chemine »

Cette distribution de tracts intervient au milieu d’autres actions. « Nous sommes aussi en contact avec des associations d’automobilistes, entre autres. Notre objectif est de faire en sorte que cette idée chemine depuis la population jusqu’aux sommets de l’État. »

Toutefois, pour renationaliser, il faudrait casser les contrats en cours et payer des pénalités. « On pourrait très facilement avoir recours à un prêt, qui serait remboursé avec l’argent des péages, dont le droit de passage serait diminué. En 2028, tout serait payé. »

 

RL 29/10/2016

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
13 novembre 2016 7 13 /11 /novembre /2016 18:15

Lors de sa venue dans le nord meurthe-et-mosellan vendredi dernier, le n°1 du Parti communiste avait insisté sur l’importance des élections législatives. « Elles sont pour nous aussi essentielles que la Présidentielle, une élection qui a toujours été compliquée pour le PCF », avait souligné Pierre Laurent. Lequel désire voir un maximum de candidats du sérail, ou de candidats tout courts soutenus par le parti, en juin prochain, dans la foulée de la Présidentielle. « Afin d’occuper le terrain. »

Le message semble être bien passé au sein de la section locale du Jarnisy : Eric Monnini, son premier secrétaire, s’est déclaré candidat. « Attention, je suis candidat à la candidature. D’autres militants peuvent se lancer », nuance le Jarnysien de 54 ans, au lendemain d’une assemblée générale ayant avalisé cette première étape dans la course à la députation.

RL 26/10/2016

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
13 novembre 2016 7 13 /11 /novembre /2016 17:56

La Conférence nationale du PCF sur les échéances de 2017 s'est tenue le week-end dernier à la Cité des sciences et de l'industrie à Paris.

Pour notre fédération étaient présent-e-s : Evelyne Didier, Marie-Christine Bastien, Annie Levi-Cyferman, Eric Monnini, Christian Poirson et Bora Yilmaz.

A une très large majorité, 94 % des votants, la conférence a réaffirmé la nécessité de poursuive jusqu'au bout notre démarche de rassemblement de toutes celles et ceux qui à gauche contestent l'orientation libérale et autoritaire de l'exécutif, derrière une candidature unique. Elle a également, et c'est important, validé un pacte d'engagements en sept axes pour une nouvelle majorité, comme contribution au débat sur les contenus qui doivent permettre ce rassemblement.

Près de 56 % des délégués ont fait le choix d'entrer en campagne avec une candidature communiste, porteuse de notre démarche et de nos propositions.

Inscrits 535
Votant 519
Option 1 : rallier la candidature de Jean Luc Mélenchon sans intégrer la France insoumise : 218 voix (42%)
Option 2 : présenter une candidature issue du PCF : 274 voix (52,79%)
Abstention : 27 voix (5,2%)

Loin des caricatures qui peuvent parfois en être faites, ce résultat intervient à l'issue d'un débat sérieux et approfondi sur une situation complexe qui aura révélé la grande vitalité démocratique du PCF, et son ancrage dans la réalité sociale de notre pays.

Nous avons à présent à organiser le vote des communistes dans nos sections les 24, 25 et 26 novembre.

 

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
8 octobre 2016 6 08 /10 /octobre /2016 14:06

Dans le cadre de la conférence fédérale du 27 octobre prochain sur Pont à Mousson et des prochaines échéances électorales, notre section du PCF organise une assemblée générale de section le :

Samedi 22 Octobre 2016

à la Maison du Peuple à Jarny

de 8H30 A 12H00

Ordre du jour

Dès 8H30 : accueil des camarades

9H : début des travaux : Rapport politique du secrétaire de section

9H15 : débats

10H15 : pause-café

10H45 : Reprise des travaux :

  • Elections présidentielles et Législatives 2017

  • Divers

11H30: apéritif offert par la section

Il est indispensable que chaque camarade prenne ses dispositions afin d’être présent(e) à cette assemblée.

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
7 octobre 2016 5 07 /10 /octobre /2016 19:10

Quelques rappels sur la sécurité sociale

Alors, que la barbarie fait rage, le Conseil National de la Résistance inscrit dans son programme en 1943 « un plan complet de sécurité sociale visant à assurer à tous les citoyens des moyens d’existence dans tous les cas où ils sont incapables de se les procurer par le travail avec gestion appartenant aux représentants des intéressés et de l’État ».

Dans une France dévastée, tout est à reconstruire. Le 15 mars 1944, Ambroise CROIZAT Ministre communiste du travail, signe les lois fondatrices de la sécurité sociale, concrétisées par les ordonnances des 4 et 19 octobre 1945, grâce également à Pierre LAROQUE.

La sécurité sociale marque une évolution fondamentale, une révolution dans la protection sociale. Son financement est fondé, non pas sur le versement volontaire par les salariés, mais sur une cotisation universelle et obligatoire sur la base de la richesse crée par les salariés.

Cette cotisation est donc de fait, un salaire socialisé

Les concepts de la sécurité sociale basés sur la solidarité, la justice sociale, la démocratie et une meilleure répartition des richesses créées sont un formidable levier de relance de l’économie et de la promotion du progrès social dans notre pays.

La sécurité sociale a permis une amélioration considérable de l’état sanitaire de la population de notre pays, a donné un élan formidable à la recherche, à l’évolution de l’ensemble des techniques et des sciences dans le domaine de la santé. Elle a permis les plus belles réalisations en matière d’hôpitaux publics avec un maillage sur l’ensemble du territoire et la création des CHU.

Le patronat et la droite n'ont eu de cesse de remettre en cause cette extraordinaire invention

Restés fidèles à leurs veilles idées, la droite et les patrons veulent revenir à une protection médiocre et financée par les seuls salariés. Les différents gouvernements qui se sont succédés depuis 1967 n'ont cessé de prendre des mesures de déremboursements et y compris les gouvernements à majorité socialiste. Le forfait journalier hospitalier a été instauré en 1983 sous le gouvernement de Pierre MAUROY, à l'époque fixée à 20 Fr s (environ 3 euro), il est actuellement facturé au patient à 18 euro.

En instaurant différents forfaits, franchises et autres restes à charge pour les assurés.

Les répercussions négatives sur le niveau de la couverture sociale et sur l’accès aux soins sont réelles. Situation aggravée par les réformes imposées aux territoires de santé et aux mauvais coups portés à l’hôpital public en particulier (tarification à l'acte, mise en concurrence avec le privé, loi santé.)

Pour comprendre définitivement les enjeux en cours, il faut ajouter que l’assurance-maladie et l’assurance retraite constituent un marché énorme, évalué à environ 3000 milliards d’euros par an dans le monde. Cette manne ne peut échapper à l’appétit des financiers.

La course effrénée à la rentabilité financière et à la marchandisation des besoins sociaux dont ceux de la santé peut conduire à une catastrophe économique et sociale si nous n'y prenons garde.

Les mesures gouvernementales actuelles

L'accord national interprofessionnel (ANI) instaure depuis début 2016 une complémentaire santé obligatoire pour les salariés du privé, c'est la solidarité par catégorie de personnes qui poursuit sa mise en place.

Solidarité entre les plus pauvres avec la CMU -Complémentaire, solidarité entre les un peu moins pauvres avec l'aide à la complémentaire santé. Environ 9 dispositifs différents suivant une approche catégorielle.

L'universalité qui était un fondement pour les créateurs de la sécu, a-t-elle vécu ?

La réforme du code de la mutualité et les contraintes de plus en plus lourdes qui pèsent sur les « vrais » Mutuelles (code de la mutualité) tendent à banaliser celles -ci dans le paysage des complémentaires santés (assureurs, banques etc.,) qui se font une concurrence sans merci sur le marché très convoité de la santé,

La sécu se concentre de plus en plus sur les soins lourds : hospitalisation et affections de longues durées (ALD pris en charge à 100%) et intervient de moins en moins sur les soins de ville (consultations, pharmacie, auxiliaires médicaux etc.,) qui ne sont plus pris en charge qu'à 50% par le régime obligatoire

En rassemblant ces différents éléments, on peut légitimement penser qu'un deuxième niveau de remboursement « obligatoire » se met petit à petit en place. Les risques lourds pour la sécu, les soins courants de plus en plus transférés au « marché » moyennant un contrôle partiel de l'état qui impose des règles de remboursement sur les contrats dit « responsables » grâce à une fiscalité minorée pour l'assureur,

Inacceptable pour nous, les personnes exclues des dispositifs d'aide ou qui ne disposeront pas d'une couverture complémentaire suffisante devront se débrouiller pour payer …Ou renoncer aux soins.

Dans ce contexte il est à noter que les renoncements aux soins pour raisons financières n'ont jamais été aussi préoccupants, ainsi lorsque les prises en charges de la sécu ne sont plus en phase avec la réalité des tarifs pratiqués par les professionnels de santé, l’assurance maladie ne joue plus son rôle régulateur et protecteur (voir l'optique ou le dentaire avec des niveaux de prise en charge sécu très bas, les renoncements aux soins dans ces secteurs ne sont plus à démontrer !)

Le danger principal est la privatisation progressive du système de santé !

Même si, nous considérons que les Mutuelles régies par le code de la Mutualité ont une activité bénéfique et solidaire pour compléter l'action de la sécurité sociale, notamment le rôle historique tenu dans le mouvement social par les Mutuelles ouvrières issues de la sidérurgie ou des mines voir de la SNCF, en aucun cas elles ne doivent remplacer la sécu.

Seule une sécurité sociale de haut niveau, innovante, fondée sur l'universalité et la solidarité pourra garantir un accès aux soins et à la prévention égale pour tous.

Défendre la sécu, un combat d’actualité !

En cette période préélectorale, nous allons de nouveau être confrontés à toute la rhétorique et aux arguments sans cesse répétés de tous les détracteurs de la Sécu,

Bien sûr le sempiternel argument du « trou » sera en tête du hit-parade des tenants de l'orthodoxie libérale et bien évidemment de la nécessité absolue de le réduire, au prix de déremboursements drastiques et d’une nouvelle baisse de la couverture sociale pour les assurés

Les conséquences pour les populations les plus fragiles étant réduites à une obligation comptable incontournable,

Prenons les devants pour répondre à cet argument de classe ! Sa portée est avant tout idéologique !

Les patrons et tous ceux qui servent leurs intérêts n'ont jamais digéré de devoir participer au financement de la sécu et plus globalement, ils ont réussi à transformer le travail en un coût que l'on doit à tout prix réduire, notamment en matière de santé et prévention des risques (voir les menaces qui pèsent sur la médecine du travail)

Si l'on part du principe qu'il faut réduire sans cesse les cotisations sociales payées par les entreprises, on ne peut ensuite déplorer d'avoir un système déficitaire

Le déficit de la sécu est avant tout un choix politique !

Relayant avec zèle les discours des tenants de la pensée dominante, les grands médias voudraient nous faire croire que le déficit de la sécurité sociale est imputable aux seules dépenses, ce qui ressemble à une véritable escroquerie intellectuelle,

Le trou de la sécu est en réalité lié à une insuffisance de recettes

Les mesures destinées à faire baisser les charges des employeurs, en réduisant ou en supprimant les cotisations que payent les entreprises privent le régime général de ressources qui se chiffrent en milliard, l'état ne compensant ces cadeaux que partiellement. Le fameux CICE qui accorde 40 milliards de déduction de charges aux entreprises sans contrepartie d’emplois en est l'exemple le plus récent.

Les fraudes aux cotisations sociales sont essentiellement du fait des employeurs et représentent également des milliards.

Parmi les plus répandues : celles sur les travailleurs détachés, indépendants, et bien sûr le travail au noir.

Les besoins en santé sont devenus plus importants : technologies innovantes, médicalisation accrue, allongement de l'espérance de vie, vieillissement de la population.

De même qu'un chômage de masse inégalé crée un sous financement mécanique sur un système qui repose majoritairement sur des cotisations salariales.

Depuis 1995 le plan Juppé avec l’objectif national des dépenses de santé (Ondam) donne le ton en n'autorisant chaque année qu'une faible augmentation des dépenses.

Peu importe les besoins, les dépenses doivent tenir l'objectif fixé

Cette politique de désengagement de l'état est une aubaine pour un capitalisme à la recherche de nouveaux débouchés. Les entreprises privées s’intéressent naturellement au développement des activités liées à la santé,

Elles investissent massivement dans les assurances santé, les cliniques privées, les maisons de retraite,

Attention toutes les activités de santé ne les intéressent pas, celles qui sont non rentables doivent rester à l'état, suivant le principe libéral bien connu « socialiser les pertes et privatiser les profits »

Il est grand temps d'inverser les logiques et remettre l'humain au cœur des choix

Avec nous, de nombreux économistes pensent que les financements pour assurer une sécu du XXI siècle existent,

Il va de soi qu'une véritable politique volontariste et anti-austéritaire qui réduirait le chômage de façon significative réglerait le déficit des comptes sociaux de façon significative.

Trouver de nouvelles ressources c’est possible. Il faut tout d'abord taxer de façon significative les énormes revenus du capital qui ont détournés les fruits de la croissance à leur seul profit et au détriment du travail. Taxer de façon plus distributive, la transmission du patrimoine des plus riches serait également une mesure de gauche qui participerait au financement de la protection sociale.

Il est temps de s'attaquer aux inégalités de santé en forte augmentation dans notre pays : inégalités de l'état de santé qui frappent encore plus durement les travailleurs manuels, inégalités dans l'accès aux soins notamment pour des raisons financières, inégalités extrêmement fortes entre territoires du fait de désertification médicale.

Les enjeux à venir auxquels devra répondre notre système de santé sont énormes : augmentation des maladies chroniques, vieillissement de la population, risques liés à l'environnement,

Les réponses devront être innovantes, elles devront aller au-delà des seules techniques médicales,

Des politiques de prévention dignes de ce nom doivent rapidement être mises en place. Agir sur les risques professionnels et environnementaux, faire reculer la pauvreté, sont des nécessités de notre temps.

Il faut reconquérir un système de santé 100% solidaire

Il est important de faire connaitre et de porter avec force nos propositions alternatives pour la reconquête de la sécurité sociale.

Notre engagement d’aller rapidement vers un remboursement à 100% par la sécurité sociale, des soins prescrits.

Promouvoir un service public de santé articulant réponses de proximité et centres de spécialités, la complémentarité entre la médecine dite de ville (dont les centres de santé) et l’hôpital public, le pôle public de l’autonomie, celui du médicament en reléguant au second plan les intérêts de l'industrie pharmaceutique.
La crise du système capitaliste appelle à réinventer la société, à cet égard plus de 70 ans après sa création, les fondements de la sécurité sociale « à chacun de cotiser en fonction de ses moyens et de bénéficier selon ses besoins » demeurent des bases extrêmement modernes.

Francis SACHER

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
7 octobre 2016 5 07 /10 /octobre /2016 19:05
Que demande le peuple?...

La Section PCF du Jarnisy donne la parole aux citoyens avec la consultation populaire "Que demande le Peuple ?"

Camarades, nous avons reçu un très bon accueil sur le Marché samedi 9 juillet, belle ambiance à notre stand le 13 juillet, tout était au rendez-vous : soleil, pasta, café et gâteaux ! Convivialité, échanges, discutions riches et constructifs.... D’accord, mais que veulent les gens ?

Vivre, être heureux !

Ils ont la volonté farouche que ça change !!

Que demande le peuple?...
Que demande le peuple?...
Que demande le peuple?...

Merci à toute l’équipe !!!!

Merci à Christian et Nénette qui ont fait le déplacement de Castres.

Eric Monnini, Secrétaire de Section

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article