Dimanche 13 juillet 2014 à partir de 19 heures à Jarny

http://feuxd-artifices2012.e-monsite.com/medias/images/vignette-feu-dartifice.jpgLa section du PCF tiendra un stand  au square Toussaint

à proximité de l'espace Gilbert Schwartz

Au Menu:

Pasta Asciuta ...   (1 Pasta, 1 boisson & 1 fromage)

Au prix de 7 euros

le café sera offert par la section du PCF  

 

VENEZ NOMBREUX  EN FAMILLE ET AVEC VOS AMIS

PASSER UNE AGREABLE SOIREE SOUS LE BARNUM DE LA

SECTION DU PCF DU JARNISY

 


LE CAPITALISME PRÉFÈRE : « LA GUERRE DES PAUVRES CONTRE LES PAUVRES »

À LA LUTTE DE CLASSE

UNE MANIÈRE DE PÉRÉNISER SA DOMINATION

Vendredi 11 juillet 2014 5 11 /07 /Juil /2014 19:22

Ces Français toujours plus riches

 http://cdn-lejdd.ladmedia.fr/var/lejdd/storage/images/media/images/economie/liliane-bettencourt-l-oreal/2112918-1-fre-FR/Liliane-Bettencourt-L-Oreal_pics_809.jpg

Selon le magazine Challenges, les 500 plus grandes fortunes professionnelles possèdent 390 milliards d’euros et comptent 67 milliardaires dans leurs rangs, dont douze petits nouveaux.

C’est un palmarès qui semble se jouer des hausses d’impôts, des inquiétudes sur le pouvoir d’achat et de la finance amie ou ennemie : le magazine Challenges publie, comme chaque année, son classement des 500 plus grandes fortunes de France.

Par PCF du Jarnisy 54
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 2 juillet 2014 3 02 /07 /Juil /2014 18:54

Cette pétition ci-dessous vous sera proposée sous le stand

 

 

NOUS DEMANDONS AU GOUVERNEMENT DE REFUSER DE PRELEVER 20 A 40 EUROS SUR NOS FACTURES D’ÉLECTRICITÉ ET DE RENONCER À L’AUGMENTATION DES 5% PRÉVUE AU MOIS D’AOÛT PROCHAIN. IL DOIT AVOIR LE COURAGE DE DÉFENDRE NOS CONCITOYENS ET DE SAISIR LA COUR DE JUSTICE EUROPÉENNE  AU NOM DU RESPECT DE LA NON-RÉTROACTIVITÉ DU DROIT ET DE LA L’ÉGALITÉ D’ACCЀS À L’ÉNERGIE COMME BIEN COMMUN DE L’HUMANITÉ.

 

NON ! NOUS N’AVONS PAS À PAYER POUR ENRICHIR LES ACTIONNAIRES !

Par PCF du Jarnisy 54
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 22 juin 2014 7 22 /06 /Juin /2014 10:41

1-copie-4.jpg11-copie-1.jpg

Vendredi 20 juin, lors de l’assemblée générale, les cheminots de Conflans-Jarny ont décidé de suspendre provisoirement leur mouvement de grève après 10 jours de lutte.

 

Nous qui étions à leurs côtés, dès le premier jour, nous pouvons témoigner que ce sont des femmes et des hommes à qui nous devons le respect. Ils se sont battus seuls avec leurs organisations syndicales (CGT, SUD) contre ce gouvernement réactionnaire Valls-Hollande ainsi que les médias locaux et nationaux. Ceux-là même qui ont tout fait pour opposer les usagers contre ces travailleurs, mais cette exaspération populaire pourrait bien se retourner un jour prochain contre ceux qui l’ont alimenté. Oui la grève est suspendue mais la colère des cheminots reste vive

Le bureau de section tient solennement  à rendre un hommage fraternel à ces travailleuses et travailleurs du rail pour ce combat qu’ils ont mené

Oui ils peuvent reprendre le travail la tête haute et nous nous sommes fiers d’avoir été à leurs cotés

 

PS : Une fois de plus, le journal le Républicain Lorrain n’a pas jugé utile d’informer  journalièrement  ses lecteurs sur ce mouvement.

Le bureau de section

Par PCF du Jarnisy 54
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Lundi 16 juin 2014 1 16 /06 /Juin /2014 22:33

2-copie-4.jpg1-copie-3.jpg

Assemblée générale de Conflans-Jarny

 

Ce matin lundi 16 juin après une action sur le coup de 6 heures réussie, encore une cinquantaine de camarades étaient présents sur le quai de la gare à 11 heures pour assister à leur Assemblée Générale. De nombreux retraités et des camarades de la section du PCF du Jarnisy se sont mobilisés pour venir soutenir  les cheminots en lutte.

 

Vote unanime pour la poursuite du mouvement jusqu’à l’AG de demain mardi 17 juin 11 heures

 

3-copie-3.jpg 4-copie-3.jpg

Par PCF du Jarnisy 54
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Samedi 14 juin 2014 6 14 /06 /Juin /2014 18:59

20.jpgEn fait de dialogue social, le gouvernement fait le choix (à l’instar de la direction de la SNCF) de l’acharnement médiatique, de la désinformation, en refusant de répondre positivement aux exigences légitimes des cheminots concernant la réforme du système ferroviaire.

« Le pacte d’irresponsabilité » signé entre le gouvernement et les 2 fédérations CFDT-UNSA, ne répond en rien à la nécessaire réunification du système ferroviaire, à la question du financement et de la dette, aux conditions sociales des cheminots et à terme, à un meilleur service public voyageurs et marchandises. Les cheminots n'ont pas besoin d'Etats Généraux du dialogue social mais de négociations sur leurs revendications.

 

 

Ces promesses

n’engagent que ceux qui y croient !

 

En effet, ce pacte renvoie au débat parlementaire autour du projet de loi qui devra être débattu, et selon le Secrétaire d’Etat : « éventuellement » amendé ! Mais même amendé dans ce sens, ce projet de loi, aggravé en Commission de Développement Durable, éclate encore plus qu’aujourd’hui le service public SNCF et organise la dégradation des conditions sociales des cheminots, de la

qualité et du volume de transports Fret et Voyageurs.

A la SNCF, silence radio !

Par ailleurs, les sujets d’entreprise et plus particulièrement les questions d’emploi, de salaires,

d’organisation de la production et des conditions de travail, contenus dans le préavis, sont totalement  ignorés par la Direction de la SNCF.

 

C’est inacceptable !

 

Pour rappel, les Fédérations CGT, SUD-Rail demandent :

1.            Une réelle réunification du système ferroviaire afin de mieux travailler ensemble avec de bonnes conditions sociales et de travail pour un meilleur service public voyageurs et marchandises, dans une entreprise unique, la SNCF ;

 

2.            Un traitement de la dette et du financement des travaux indispensables par des ressources nouvelles (contrairement à un accroissement de la productivité des cheminots comme annoncé dans le projet de loi) ;

 

3.            L’exigence d’aucune régression sociale pour les cheminots actifs et retraités et des garanties sur la pérennisation du statut (recrutements au statut, facilités de circulation, prestations familiales,…).

 

La stratégie du gouvernement et de la direction de l’entreprise visant à jeter en pâture les cheminotes et les cheminots, à tenter de les opposer à l’opinion publique, est inqualifiable et démontre une grande fébrilité face au haut niveau de mobilisation.

 

Contrairement à ce qui est véhiculé dans la presse, le nombre de grévistes est largement supérieur à ce qu’annonce la direction. Sinon, comment expliquer qu’avec plus de 80% de cheminots au travail, le nombre de trains en circulation ne soit pas plus élevé.

 

L’exigence d’un débat public télévisé !

 

Les Fédérations CGT et SUD-Rail estiment qu’il faut éclairer nos concitoyens sur les enjeux et les dangers  réels de la réforme gouvernementale, dans le cadre d’un débat télévisé contradictoire permettant à chacun  d’exposer sa vision de l’avenir de la SNCF.

Face à cette situation, les fédérations syndicales CGT et SUD-Rail appellent les cheminots de tous les services à poursuivre, à amplifier et à élargir le mouvement.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

LA SECTION DU PARTI COMMUNISTE DU JARNISY APPORTE PAR SA PRESENCE QUOTIDIENNE SON SOUTIEN AUX CHEMINOTS EN LUTTE

 

 

 

 

 

Réforme ferroviaire : Hollande et Valls prennent les Français

en traitres !

 

François Hollande et Manuel Valls ont décidé d’intervenir personnellement, directement, contre les cheminots en grève. Président et premier ministre entendent peser de tout leur poids pour faire passer leur « réforme ferroviaire », le plus vite possible, avant que l’opinion en ait connaissance du contenu, avant que la colère sociale, les luttes qui montent à la Poste, dans les hôpitaux, dans les industries se fédèrent.

 

Ce pari montre leur extrême fébrilité. Il est risqué. En s’engageant ainsi, Hollande et Valls montrent eux-mêmes combien la « réforme ferroviaire » est un élément central de leur politique antisociale, soumise au Medef, aux capitalistes et à l’UE, combien la lutte des cheminots constitue un pôle de résistance. Dans les jours qui viennent les dispositions du « pacte de responsabilité », ceux de la « réforme territoriale » vont être mis à l’ordre du jour. Une casse sociale sans précédent !

Hollande et Valls oublient aussi qu’ils viennent de recevoir une raclée électorale inédite pour un pouvoir en place, aux municipales et aux européennes. Or, ils ne pourront pas cacher longtemps que la « réforme ferroviaire » suit directement les injonctions de Bruxelles pour livrer le rail aux appétits privés. Dans la situation présente, ils ne peuvent guère compter sur l’appui de l’UMP, engluée dans ses affaires. Ils ne peuvent guère compter sur le FN comme repoussoir, tant, sur les questions sociales, l’identité antisyndicale et anti-travailleurs de ce parti éclate.

On notera en même temps que le ministre Cuvillier est désavoué par ses supérieurs. Il a déjà usé toutes ses cartouches avec ses propositions bidon co-signées par les syndicats de collaboration qui ne participent pas à la grève.

 

Il est donc plus que temps que la vérité éclate, en termes simples !

Le pouvoir prétend réunifier le rail public. Sa « réforme » fait exactement le contraire : elle dissout la SNCF, créée en 1937 par la majorité de Front populaire, en trois entités distinctes, étanches. Loin de réintégrer RFF, elle parachève l’éclatement du rail français pour créer les conditions de la concurrence,  l’intrusion de groupes privés avec les conséquences désastreuses pour le service public, l’emploi et les conditions de travail que l’on peut voir dans tous les pays.

 

Prenons le pouvoir au mot, avec les militants syndicaux : exigeons le maintien de la SNCF unifiée et la réintégration en son sein de RFF ! C’est la meilleure façon d’éviter les scandales comme celui des TER trop larges pour les quais que le gouvernement, responsable, veut instrumentaliser cyniquement pour justifier sa « réforme ».

Sans cela, tout le reste dans les négociations, n’est qu’air de flûte !

Hollande et Valls : « Couvrez ces directives européennes, que nous ne saurions voir ! ». Le projet de « réforme ferroviaire » suit exactement les directives de mise en concurrence et de privatisation coordonnées par les technocrates de l’UE au service des rapaces de la finance. Hollande et Valls n’ont pas le courage de l’assumer : faisons le savoir ! L’UE prétend imposer la concurrence et ce serait une fatalité ? Les parlementaires du PS et de l’UMP l’acceptent sans rechigner, le peuple, comme les autres peuples d’Europe, refuse ces diktats de l’UE comme il l’a montré systématiquement, à chaque fois qu’il a été consulté, depuis les 55% de NON au référendum de 2005.

 

La « réforme » ne règle rien à question de la dette de RFF et de la SNCF. Et pour cause, ce n’est pas son objet. Le système, concurrentiel et privatisé partiellement, va aggraver la logique actuelle. Les agents, sur leurs salaires et leurs conditions de travail, les usagers, avec la dégradation du service rendu et la hausse des tarifs, les contribuables nationaux et régionaux vont être encore plus que jamais ponctionnés pour le profit des banques et de futurs opérateurs privés. Aucune promesse oiseuse sur cette question, dans les négociations, ne peut être prise au sérieux.

 

Il en est de même sur la question du statut et des conditions d’embauche et de travail. La « réforme »  abroge le statut historique, portant les acquis sociaux de 74 ans de lutte des cheminots mais aussi les devoirs afférant au service public. Une fois, cette référence commune effacée, la mise en concurrence des entreprises les unes contre les autres, via appels d’offres régionaux, se fera aux dépens des conditions de travail, de sécurité, de sûreté, de confort etc. Dans l’intérêt de tous les cheminots, et au-delà, des usagers, de tous les salariés pour lesquels il représente une référence, refusons la casse du statut SNCF, condition de la mise concurrence ! Exigeons l’intégration de tous les travailleurs du rail, salariés de filiales et de sous-traitants, du fret privé, au statut SNCF !

 

Hollande et Ayrault ont vite cédé devant l’opposition ambigüe à l’écotaxe. Ils ont ajourné le projet de loi sur la famille en février devant quelques manifestations réactionnaires. Il a suffi de quelques froncements de sourcils de généraux et de PDG du complexe militaro-industriel pour que Valls renonce à toute coupe dans les budgets de guerre. Pour le « mariage pour tous », ils ont fait durer les débats plus de six mois…

Mais pour la « réforme ferroviaire », tout devrait être bouclé, suivant la procédure parlementaire d’urgence en quelques jours avec vote au cœur de l’été. De qui se moque-t-on ? Des dizaines de milliers de cheminots en lutte mais aussi du pays tout entier !

Les travaux en commission de l’Assemblée nationale, répétition du débat parlementaire, ont montré l’étendue des connivences entre UMP et « gauche » pour rouler le peuple dans la farine. Il n’y aura rien à attendre des « amendements » et « joutes » de ces acteurs parlementaires.

 

Avec les cheminots en lutte à l’appel des syndicats CGT et Sud, nous défendons et faisons nôtre toutes les propositions qui permettent de dévoiler le contenu réel de la « réforme ferroviaire » et de la mettre en échec : du report de son examen au Parlement à l’automne au retrait pur et simple.

Les usagers, le pays, avec les cheminots, ne peuvent et ne doivent rien lâcher sur le maintien de l’unité de la SNCF, la réintégration de RFF, le maintien du statut historique. Oui à la Société nationale des chemins de fer français ! Non à la gabegie voulue par l’Union européenne du capital !

Convergence de luttes !

 

Soutien aux cheminots en grève !

 

Nous appelons les usagers et la population du Jarnisy a venir nombreux soutenir les cheminots en lutte

Lundi 16 juin à 6 heures

Rendez-vous dans le hall de la gare de Jarny

21.jpg22.jpg

Par PCF du Jarnisy 54
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 12 juin 2014 4 12 /06 /Juin /2014 21:53

18-copie-1.jpg19.jpg

Le Gouvernement et la Direction SNCF vise à éclater la SNCF en 3 entreprises, les activités rentables de celles qui ne le sont pas, c’est la logique de nationalisation  des pertes et de privatisation des profits.

La casse de la réglementation du travail SNCF est un véritable accord compétitivité contre les cheminots, afin de les faire travailler plus pour gagner moins.

Les usagers sont également dans le viseur de la réforme, la libéralisation du chemin de fer sera en effet synonyme de suppressions de lignes, d’augmentations des prix et de baisse de la sécurité des circulations : c’est la mise à mort du service public SNCF.

La Section du Parti Communiste du Jarnisy apporte son soutien plein et entier à la grève reconductible des cheminots du Dépôt de Conflans Jarny qui se sont  prononcés à l’unanimité pour la reconduction de la grève et pour une autre  réforme ferroviaire.

Par PCF du Jarnisy 54
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 12 juin 2014 4 12 /06 /Juin /2014 21:50

Le Parti de la gauche européenne (PGE) a fait du leader grec de Syriza, Alexis Tsipras son héraut pour les élections européennes. Il a porté sa candidature à la présidence de la Commission européenne.

Communistes français, nous faisons partie de ceux qui ont dénoncé ce choix qui légitime l’institution la plus antidémocratique de l’Union européenne et qui valide la logique d’intégration dans l’UE du capital. Nous avons donné tous les éléments sur les orientations réelles de Tsipras et de Syriza, parti qui sert à recycler la social-démocratie grecque, dont les références sont, entre autres, Roosevelt et le Plan Marshall…).

Tsipras a joué un temps une partition de « gauche radicale ». Il est encore présenté comme « radical » par une partie de la presse de droite. Il l’a été en France avec insistance, pendant la campagne électorale, par le Front de gauche, par Mélenchon, par Pierre Laurent. Mais derrière le gauchiste, le social-démocrate s’est déjà largement réveillé en donnant des gages à Obama par exemple, ou en faisant de la défense de l’euro en Grèce sa priorité.

Mais Tsipras est largement passé à l’étape suivante : celle du leader d’un parti d’alternance, aspirant à la gestion loyale des affaires du capital en Grèce.

Voilà donc que Tsipras, dans une déclaration du 3 juin, appelle les députés européens à soutenir la candidature à la présidence de la Commission européenne du politicien luxembourgeois de droite, Jean-Claude Juncker. Il pousse sa logique d’adhésion à l’intégration européenne jusqu’au bout. Il justifie sa défense de Juncker au nom du respect du vote européen et des prérogatives nouvelles du Parlement européen, qu’il invite à parler d’une seule voix.

Extraits du communiqué de Tsipras: « «Pendant la campagne, j’étais candidat pour la gauche européenne. Je me tenais vigoureusement en désaccord avec les orientations politiques du Parti populaire européen et de son candidat, M. Jean-Claude Juncker. Ces désaccords persistent. » «Néanmoins, le Parti populaire européen a remporté l’élection. Par conséquent, il revient à M. Jean-Claude Juncker d’être le premier à tenter de rassembler la majorité requise, en négociant avec les autres groupes politiques ». « C’est une obligation morale du Conseil européen de porter la candidature qui est arrivée en tête aux élections ».

La plupart des partis du PGE, confrontés à d’autres situations nationales, sont pris à contrepied. La présidente sortante du groupe GUE-NGL, l’Allemande de Die Linke, Gabi Zimmer, se range derrière la position de Tsipras. Mais la direction de Die Linke ne la suit pas et annonce, comme Mélenchon, qu’elle n’appelle pas à voter pour Juncker mais … pour Tsipras lui-même !

Par PCF du Jarnisy 54
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 10 juin 2014 2 10 /06 /Juin /2014 21:25

17-copie-1 On avait déjà eu Herzog, Fiterman, Poperen et plus récemment Gayssot ou encore Hue ; mais leur départ s’est achevé dans les confortables strapontins du réformisme. Et bien désormais il y en a qui se recyclent chez les fachos. Il n’y a plus de honte, plus de frontière politique imperméable. Michel Cardoze, ancien journaliste à L’Humanité, ancien dirigeant du PCF et ex-présentateur météo sur TF1, a accepté d’être le conseiller culturel de Robert Ménard, le nouveau maire de Béziers (Hérault) soutenu par le Front national. « Je ne partage pas toutes ses idées politiques mais lorsqu’il (Robert Ménard, Ndlr) m’a proposé de travailler à ses côtés à l’invention d’un projet culturel, j’ai tout de suite dit oui. Parce que c’est un ami et surtout parce que Béziers est une belle ville. Une ville populaire qui mérite un beau projet culturel. La culture est un beau moyen de la remettre à flot, de remettre les biterrois en scène », a expliqué Michel Cardoze.

Nul doute que nos camarades biterrois qui ont su bouter le peu reluisant Gayssot hors de la ville, sauront s’occuper de ce triste personnage et lui mettre ses moustaches en berne...

Par PCF du Jarnisy 54
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Jeudi 5 juin 2014 4 05 /06 /Juin /2014 20:19

16-copie-1.jpgMardi  3 juin, de très nombreux camarades retraités de la section, se sont levés très tôt pour se rendre (par bus ou par le train) à la manifestation nationale à Paris pour la défense de leur pouvoir d’achat.

C’est sous un soleil radieux que plus de 30 000 retraités ont répondu à l’appel de la CGT. Cela faisait bien longtemps que les retraités n’avaient  pas exprimé leur rage et leur colère avec une telle force face à ce gouvernement anti-social.

Oui c’était une belle journée de lutte, prèts à recommencer

 

 

(P.S : une fois de plus, pas une ligne dans le Républicain Lorrain sur cette journéé)

14-copie-1.jpg15-copie-1.jpg

Par PCF du Jarnisy 54
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 3 juin 2014 2 03 /06 /Juin /2014 13:07

13.jpgSamedi 31 mai une trentaine de camarades de la section étaient présents à l’assemblée générale présidée   par notre camarade Christian Tabaglio.

Après le rapport politique d’activité présenté par notre secrétaire de section Eric Monnini, un débat constructif s’est engagé sur les dernières élections -municipales et européennes-. Les discutions allaient bon train. Ce que l’on a pu entendre c’est que les camarades ont une profonde inquiétude par la montée du Front National  dans  notre pays.

 Ils ont  exigé la sortie sans tarder du carcan Front de Gauche ainsi qu’un congrès national extraordinaire  avant la fin de l’année.

 La majorité des camarades  estiment que la direction nationale de notre parti porte une très grande responsabilité sur les revers électoraux que notre Parti a subit lors de ces deux dernières élections.

A l’issue de cette réunion, un buffet campagnard a été pris en commun dans un esprit fraternel.

Par PCF du Jarnisy 54
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

VISITEURS:

 

000Image2-copie-1

 


compteur pour site web


compteur visite

 

http://www.devoir-de-philosophie.com/images_dissertations/37792.jpg

Rejoignez le PCF...

http://adhesion.pcf.fr/

http://idata.over-blog.com/2/53/73/56//Adh-sion.jpg

 

AGENDA



PERMANENCES
Maison du Peuple de Jarny 

*****

Tous les vendredis
de 16h à 18h

Rechercher

Syndication

  • Flux RSS des articles

LOGO RESEAU NATIONAL

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés