Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PCF DU JARNISY 54
  • PCF DU JARNISY 54
  • : PCF du Jarnisy Section Henri Bezon
  • Contact

PERMANENCES HEBDOMADAIRES

Tous les vendredis de 16h à 18 heures
à La Maison du
 Peuple de Jarny,
elles sont ouvertes à tous!!!

VISITEURS :



compteur pour site web


compteur visite

Pcf du Jarnisy

Créez votre badge 

20 septembre 2016 2 20 /09 /septembre /2016 19:04

Le gouvernement semble avoir décidé qu’il n’y aurait pas d’augmentation des pensions au 1er octobre, prétextant de faible taux d’inflation. Il oublie de préciser que les pensions ont pris un retard certain depuis plusieurs années. C’est la principale raison de l’Appel des 9 organisations de retraités à manifester le 29 septembre.

Depuis 2013 l’indice des prix INSEE, hors tabacs est passé de 124,48 en février 2013 à 126,27 fin septembre 2015. En toute logique la revalorisation des pensions aurait dû être de 1,4 % au 1er octobre 2015. Or chacun s’en souvient et a pu le constater avec colère, elle n’a été que de 0,1 % ! C’est-à-dire en violation des textes en vigueur.

Le tripatouillage des textes

Depuis 2013 le gouvernement n’a cessé de modifier le dispositif de revalorisation des pensions. Cela commencé par le report du 1er avril au 1er octobre la date de revalorisation annuelle. Mais en reportant aussi la revalorisation que lui-même avait prévue au 1er octobre 2014 au…1er octobre 2015.

Selon le Code la Sécurité Sociale (article L 161-23-1), l’augmentation devait être de 0,9 % au 1er octobre 2015 et non pas 0,1 %. Mais il n’a pas hésité à violer ses propres textes : il « appliqué » au 1er octobre 2015 la loi de finances du 29 décembre 2015, qui modifiait le mode calcul, alors que cette loi ne devait s’appliquer qu’au 1er janvier 2016 !

Selon les nouvelles règles de calcul introduites par la loi de décembre 2015, qui prend en considération le taux d’inflation, la revalorisation devrait être à tout le moins maintenue au 1er octobre 2016, même si l’inflation constatée est négative. Mais il n’en reste pas moins que la revalorisation en octobre 2015 aurait dû être de 0,9 % et non de 0,1 %.

Les pensions en retard de 0,9 % sur les prix depuis 2013

En application du Code la Sécurité Sociale, si l’on prend en compte la période du 1er avril 2013 au 1er octobre 2016, la revalorisation des pensions devrait être de 1,1 %. Si l’on retire les 0,1 % « généreusement » accordée au 1er octobre 2016, le gouvernement doit fixer la revalorisation à 1 % au 1er octobre 2016.

Le Medef a obtenu tout ce qu’il réclamait en promettant la création d’emplois qu’il a été incapable d’honorer. Le gouvernement n’en a pas moins maintenu les cadeaux promis au patronat, alors que les suppressions d’emplois se poursuivent de plus belle. Alstom étant le dernier exemple scandaleux en date.

Toutes les raisons de manifester le 29 septembre

Le gouvernement osera-t-il priver les retraité-e-s de la revalorisation légitime de leurs pensions ? Les retraité-e-s doivent se faire entendre le 29 septembre et répondre nombreux à l’Appel de la quasi-totalité des organisations de retraité-e-s.

(Article UCR CGT septembre 2016)

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
15 septembre 2016 4 15 /09 /septembre /2016 08:06
Déclaration de la fédération de Meurthe-et-Moselle
du Parti Communiste Français

La fermeture annoncée du site Alstom de Belfort est un désastre pour les salariés, pour ce territoire ouvrier. La mobilisation naissante dans tout le pays montre que la défense de l'emploi, le refus de l'appétit vorace du capital, l'exigence de réponses face aux défis posés par la transition énergétique continuent d'être soutenus par une majorité de citoyens. Comme l'a exprimé notre secrétaire national Pierre Laurent, tout doit être fait, y compris la nationalisation, pour sauver l'usine de Belfort et y préserver l’ensemble des emplois.

Dans notre département également, la situation de plusieurs entreprises doit être signalée.

A l'usine Solvay de Dombasle, tout d'abord, où plusieurs dizaines de salariés se sont mis en grève contre la dégradation de leurs conditions de travail. Ce sont en effet pas moins de trois accidents du travail qui ont eu lieu en moins d'un an dans l'entreprise, au moment où la direction du groupe demande aux salariés des « efforts supplémentaires », avec de moins en moins de personnel, malgré des profits en forte hausse pour Solvay l'an dernier.

Chez FVM à Villers-la-Montagne, également. Cette fonderie était placée en redressement judiciaire depuis septembre, et avait déjà licencié près de la moitié de son personnel suite à la crise il y a dix ans. Depuis lundi matin, la totalité des salariés se sont mis en grève avec occupation afin d'exiger des engagements de Renault, principal client de l'entreprise, à garantir les commandes pour préserver l'avenir du site. Un rendez-vous avait lieu hier matin après que Renault ait refusé de s'engager depuis des mois, rendez-vous à mettre à l'actif de la mobilisation des salariés, et qui semble avoir porté ses fruits.

Par-delà leurs situations spécifiques, ces trois entreprises ont des points en commun. Elles montrent à quoi mène la soif de profit au détriment de l'humain. Force est de constater que le capital coûte très cher et détruit des emplois, des vies, et des territoires entiers.

Dans un premier temps, il est indispensable de préserver l'ensemble des emplois présents sur place, et indispensables pour l'avenir des territoires et la transition écologique.

Plus largement, et comme le propose le rapport de la sénatrice Marie-France Beaufils, nous appelons à refondre le Crédit d'Impôt Compétitivité Emploi, qui coûte 20 milliards d'argent public par an, et à redéployer les fonds dans des plans publics d'investissement en faveur des infrastructures et de la transition écologique. Une telle mesure serait de nature à garantir le maintien de l'emploi dans ces entreprises et à en créer de nombreux autres.

Nous considérons que toute la gauche devrait pouvoir se retrouver autour de ces quelques constats. Nous réaffirmons notre disponibilité pour échanger largement sur ces sujets.

Nous assurons les salariés et leurs organisations syndicales de notre soutien dans toutes les formes de lutte qu'ils décideront. Nous appelons d’autant plus, dans ce contexte, à participer aux mobilisations contre la loi travail qui auront lieu dans le département ce jeudi 15 septembre (14h, Place Darche à Longwy et 15h, Place Dombasle à Nancy).

Les militants et élus communistes de Meurthe-et-Moselle seront présents aux côtés des salariés pour empêcher une nouvelle saignée industrielle.

Fait à Nancy, le 14 septembre 2016

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
11 septembre 2016 7 11 /09 /septembre /2016 22:00

.....On est toujours là !

Nécessaire et possible

Le sondage Odoxa du 18 juillet, relève que 7 français sur 10 sont « mécontents de l’adoption définitive du projet de loi travail » et que 55 % souhaitent que « les manifestations contre le texte se poursuivent ». Parce que cette loi néfaste qu'aucune promesse électorale n'avait annoncée est anti-sociale et destructrice du Code du Travail. Elle a été adoptée en plein été, sans être votée, le gouvernement utilisant 3 fois le 49.3, au mépris des larges mobilisations, manifestations et pétitions. Une nouvelle fois, le MEDEF n’en finit pas de se féliciter. Pour autant, il est encore possible de gagner, comme en témoigne la victoire contre l’abrogation du Contrat première embauche (CPE), abrogé après avoir pourtant été publié au Journal officiel. Ce qu'une loi a fait, le peuple peut le défaire.

Tous ensemble, ça repart

C'est le 15 septembre que les organisations syndicales et de jeunesse CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL donnent rendez-vous à l’ensemble des salarié-es, privé-es d’emploi, étudiant-es, lycéen-es, retraité-es pour une journée d’actions et d’initiatives partout en France pour obtenir l’abrogation de la loi Travail et conquérir de nouvelles garanties et protections collectives. Le Parti communiste se joint à toutes les forces et les personnes qui veulent faire entendre l'exigence de retrait de la loi El-Khomri et porter des politiques alternatives aux choix libéraux, le 15 septembre partout en France. Ensemble, mettons à l’ordre du jour le progrès social et démocratique. Investissons le débat politique et changeons-le !

Le 15 septembre en Lorraine

METZ: 14h30 Place de la République.


BAR-LE-DUC: 14h30 Gare SNCF.


ÉPINAL: 14h Place Foch.


NANCY:15h Place Dombasle.


LONGWY: 14 h Place Darche.

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
25 août 2016 4 25 /08 /août /2016 07:44
COLLAGE DE RENTREE...

Petit collage de rentrée en ce jeudi 25 août, de bonne heure et de bonne humeur... les affiches du PCF ont fleuri sur le Jarnisy...

COLLAGE DE RENTREE...
Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
14 août 2016 7 14 /08 /août /2016 15:03
Disparition de Georges Seguy...

« Il ne suffit pas de s’indigner, il faut s’engager. »
 

Ces mots de Georges Seguy, prononcés en 2013 dans sa ville de Toulouse devant les congressistes de la CGT résume pour moi qui était Georges et que fut sa vie. Aujourd'hui, les communistes perdent un camarade, un dirigeant qui aura marqué son temps, un homme rempli d’humanité, de dignité, un combattant du genre humain.

Ceux qui l ont côtoyé de près perdent un ami d une grande fraternité. J ai eu cette chance de partager avec lui des moments qui restent à jamais gravés dans ma mémoire. Georges aimait la vie des gens humbles.
 

Jeune communiste avant guerre,  il adhère au Parti communiste français en 1942 à l'annonce de la mort de Pierre Sémard et rejoint avec son cercle de la JC, la résistance active au sein des  Francs-Tireurs et Partisans français.  Il est arrêté deux ans plus tard par la Gestapo en imprimant le journal clandestin de la JC, « l'Avant Garde ». Il est déporté au camp de concentration de Mauthausen. Il est le  plus jeune déporté résistant de France, selon les historiens. L'horreur n'a pas de mots et pourtant Georges va s'évertuer en toute occasion à transmettre aux jeunes générations ce qu'il a vécu et ce que furent ses combats.
A la libération du camp, et son retour en France,  il entre à la S.N.C.F. Il y prend des responsabilités  au syndicat cheminot de la CGT et est élu secrétaire général  de la fédération en 1961 . Parallèlement, il est élu au comité central du PCF en 1954 et devient membre  du bureau politique à partir de 1956. Pour lui, ces deux engagements étaient une nécessité pour marcher sur ses deux jambes : défendre les droits des travailleurs et changer la société.

Il veilla toujours à l'autonomie des deux structures auxquelles il était tout autant attaché.
 

En 1967, il succède à Benoît Frachon, comme secrétaire général de la C.G.T.  Il  est un des acteurs connu et reconnu des grèves de mai 1968. Il est aussi à l aise parmi les travailleurs en lutte, comme lors du grand meeting  devant Renault Billancourt que respecté pour négocier et signer les accords de Grenelle. Après 1968 il joue un rôle actif dans les évolutions politiques du PCF dont il restera un acteur vigilant.
 

Depuis sa retraite en 1982, il poursuivait ses activités militantes. Au sein de la Cgt , il animait l'Institut d'Histoire Sociale. Au sein de son Parti, fidèle à ses idéaux de jeunesse, il donnait son avis, aidait par des conseils précieux. Il travaillait sans relâche à chercher des perspectives de rassemblement des forces transformatrices à gauche. Georges a toujours été un acteur des combats de son temps : pour le droit des salariés (y compris dernièrement contre la loi El Khomri)- pour la paix (en Algérie, au Vietnam- en Irak- en Palestine...), pour le désarmement nucléaire au nom duquel il anima l Appel des Cent, contre le racisme, le fascisme, l'apartheid,  pour la dignité humaine,  pour l'égalité femme-homme, contre le capitalisme, pour une société du
commun, du partage des richesses et des savoirs. Georges a toujours été bienveillant avec les femmes et les hommes qui luttent. Quant  Il donnait son avis,  il le faisait toujours dans le respect et l'attention  à l'autre.
 

A Michel son fils, à sa famille et proches, aux membres de la CGT, je présente toutes mes condoléances et celles des communistes. Nous pleurons avec toi, avec vous, un ami, un camarade, un être cher dont la vie restera pour nous un message plein d avenir.
 

Paris, le 14 août
Pierre Laurent,
secrétaire national du PCF

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
11 août 2016 4 11 /08 /août /2016 19:07

La première permanence de rentrée se tiendra le vendredi 19 août 2016 de 16h à 18h à la Maison du Peuple de Jarny. Ce jour se tiendra aussi une réunion du bureau de section à partir de 18h.

Dans le cadre de la prochaine fête de l'Humanité, notre section propose à la vente des vignettes, bon de soutien au prix de 25 Euros.

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
9 août 2016 2 09 /08 /août /2016 15:38

La ministre du travail a validé le licenciement de Vincent Martinez, délégué CGT d'Air France accusé d'avoir participé à l'épisode de la "chemise arrachée", a annoncé hier son ministère dans un communiqué, alors même que l'inspection du Travail avait pris une décision inverse en janvier.

Le PCF apporte toute sa solidarité aux salariés d'Air France comme à tous les salarié-es victimes de criminalisation et exprime son soutien à Vincent Martinez .

Il s'agit bien d'une décision à caractère politique, bafouant d'une part l'avis très argumenté de l'Inspection du travail, et d'autre part, piétinant le Code du travail, le délai pour recours étant épuisé.

A nouveau, avec cette décision prise en plein été, s'exprime une volonté politique de ce gouvernement de faire taire toute contestation sociale dans le pays et d'affaiblir le mouvement syndical avec une criminalisation des hommes et des femmes qui s'engagent et luttent pour défendre des conquêtes sociales et améliorer les conditions de travail et de vies des travailleur-euses.

Le gouvernement a d'abord, en début de quinquennat, refusé l'amnistie sociale pour les militants. Puis il a mené une campagne de stigmatisation contre les responsables syndicaux et une répression sans précédent du mouvement social comme nous l'avons vécu durant ces derniers mois avec les manifestations contre la loi dite « travail ». Comment alors croire les paroles de François Hollande prononcées samedi dernier « Il faut changer la démocratie, pas la restreindre » ?

Effectivement il faut donner un nouveau souffle à la démocratie dans notre pays.

Il faut pour cela écouter et respecter les citoyens et le débat parlementaire en renonçant à l'utilisation du 49-3.

Cela passe par la démocratie sociale, avec des nouveaux droits et pouvoirs pour les salarié-es et leurs représentant-es.

Cela passe également par le retrait de la loi « travail » pourtant promulguée aujourd'hui.

Le PCF participera, à l'appel de plusieurs syndicats et organisations de jeunesse, à la journée de mobilisation du 15 septembre.

Dès maintenant le PCF invite les salarié-es, les citoyens en lutte contre cette loi régressive à participer à la Fête de L'Humanité les 9, 10 et 11 septembre, pour échanger afin de construire une alternative de gauche à cette loi.

(Isabelle De Almeida - PCF)

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
20 juillet 2016 3 20 /07 /juillet /2016 12:58

Cinq jours après la terrible tuerie de Nice, qui a vu les vies de 84 femmes, hommes et enfants fauchées et des centaines d'autres blessées ou marquées pour toujours, notre nation reste endeuillée et profondément choquée. Cette folie terroriste aveugle a plongé le pays dans un angoissant questionnement sur les motivations du meurtrier Mohamed Lahouij-Bouhlel et sur les moyens de faire face à la terreur que cherchent à imposer de tels actes

 

Au chagrin s'est mêlée depuis la colère devant les polémiques et les surenchères indécentes auxquelles se sont livrés sans recul nombre de responsables politiques...

   

... Dès le 15 juillet, le Parti communiste français a refusé ce manque de dignité en appelant à la solidarité et au respect des familles endeuillées, en demandant le temps nécessaire à l'enquête et à la réflexion pour évaluer les nouvelles mesures à prendre face au palier franchi dans l'horreur. D'autres, singulièrement à droite et à l'extrême droite, ont préféré faire assaut de déclarations irresponsables et de surenchères sans fondement. Oui, nous le redisons avec force, contre la marée nauséabonde de tous les démagogues, il va falloir raisonner, penser pour pouvoir agir mieux et plus efficacement contre la menace terroriste grandissante, contre la violence criminelle qui se pare d'alibis ou de mobiles religieux ou politiques, et contre les haines et les divisions.

 

Le gouvernement a décidé, sans débat, de prolonger l'état d'urgence, sous la pression de la droite et de l'extrême droite qui veulent durcir encore le régime d'exception.

 

Or, force est de constater que l'état d'urgence n'a pas permis d'éviter le carnage de Nice, dans une ville que les élus de droite ont faite laboratoire de leurs expérimentations sécuritaires.

 

Avant d'annoncer précipitamment sa prolongation, le président de la République venait de la déclarer inutile en indiquant que les lois récemment votées après son déclenchement permettaient de prendre le relais. Le risque s’accroît donc d'une dérive répressive sans efficacité pour la sécurité de nos concitoyen-ne-s, et d'une atteinte à nos libertés publiques fondamentales.

 

Nos groupes parlementaires ne voteront donc pas cette prolongation.

 

Nous appelons en revanche à une réorientation profonde de nos politiques nationales, européennes et internationales. La lutte contre l'action terroriste et l'insécurité du monde est inséparable de la reconstruction d'une nouvelle civilisation commune à toute l'humanité.

 

Riposter à la violence terroriste et au projet politique meurtrier et dictatorial de Daesh, par la seule voie militaire, par l'engagement de notre pays dans une logique de guerre aveugle, sans stratégie politique visant le retour de la paix et de la sécurité internationale est une grave erreur. Elle alimente la propagande de Daesh sur les esprits qu'il domine.

 

Tous les promoteurs et artisans de la logique de « guerre des civilisations », depuis Daesh jusqu'à ceux qui prétendent la combattre sur le même terrain, entraînent notre pays et l'humanité dans une voie sans issue.

Les communistes appellent à résister à cette logique meurtrière, à faire reculer ensemble les violences, les haines et les politiques de la peur.

 

Nous avons, ensemble, la capacité de rejeter le terrorisme et tout ce qui le nourrit, ici en France et ailleurs dans le monde où les guerres et le chaos qu'elles entraînent lui servent de terreau pour son développement.

 

La France doit enfin accepter de réviser en profondeur ses choix internationaux pour des évolutions de paix au Proche-Orient et en Afrique. Les peuples du Proche-Orient et d'Afrique y aspirent profondément ; ce sont eux et les forces démocratiques et pacifiques que la France doit soutenir avec ardeur.

 

Ici en France, il est temps de déclarer l'état d'urgence sociale afin de stopper les politiques d'austérité (baisse des dotations aux collectivités locales, suppression de services et de personnel) et de déployer des moyens sans précédent de présence de l’État et des services publics dans tous les territoires de la République.

 

Sécurité de proximité, éducation, santé publique, accompagnement psychiatrique, prévention, aide psychologique, lutte contre les violences faites aux femmes, contre les trafics mafieux… sont des priorités d'une urgence absolue

 

C'est seulement dans ce cadre nouveau que les efforts immenses faits par les services de sécurité, de police et de gendarmerie, dont il faut saluer le dévouement, trouveront leur pleine efficacité.

 

Au-delà, c'est un autre avenir de développement et de solidarité, un avenir d'humanité commune, qu'il faut mettre à l'ordre du jour, en France, en Europe et dans le monde. Nous ne voulons plus de ce monde de l'argent, des concurrences et des guerres, qui nourrit tous les égoïsmes et les racismes.

 

Contre le déferlement de haine et de démagogie qui ouvrent aujourd'hui la voie aux populismes en tous genres et aux extrêmes droites violentes et xénophobes, les communistes œuvreront sans relâche pour que notre peuple, et toutes celles et ceux qui ont choisi la France pour y vivre, puissent débattre sereinement et démocratiquement de ces enjeux majeurs.

 

2017 sera pour cela une année cruciale durant laquelle nous ne laisserons pas le débat politique se rouler dans la fange.

 

Notre pays mérite mieux, afin de construire un dialogue avec les forces démocratiques du monde pour une humanité de paix, d'égalité et de partage.

 

Pierre Laurent - Paris le 19 juillet 2016

 

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
20 juillet 2016 3 20 /07 /juillet /2016 12:54

Elle se déroule les 26, 27 et 28 août à Angers.

C'est un moment important pour la visibilité du parti, mais aussi pour la formation de ses militants.

Pour s'inscrire, lien ci-joint : http://universite-ete.pcf.fr/89234

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
20 juillet 2016 3 20 /07 /juillet /2016 12:53

Elle se déroulera à Champigneulles au lieu dit "Les fonds de Toul", Route du souvenir français, samedi 23 juillet à 18h.
La fédération est invitée à y participer, par les Maires de Champigneulles et Auboué.
Une gerbe sera déposée pour la fédération.

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article