Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PCF DU JARNISY 54
  • PCF DU JARNISY 54
  • : PCF du Jarnisy Section Henri Bezon
  • Contact

PERMANENCES HEBDOMADAIRES

Tous les vendredis de 16h à 18 heures
à La Maison du
 Peuple de Jarny,
elles sont ouvertes à tous!!!

VISITEURS :



compteur pour site web


compteur visite

Pcf du Jarnisy

Créez votre badge 

26 avril 2015 7 26 /04 /avril /2015 22:06

Le bureau de section invite les camarades à se rendre au rassemblement organisé par les différentes organisations syndicales le 1er mai à 10 heures 30 devant la gare de Metz.

Venez nombreux !

Festivités :

  • Fête du 1er mai des mineurs à TUCQUEGNIEUX (restauration)

  • Fête de la brocante à THIL (restauration)

  • Le chiffon rouge à Woippy (restauration)

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54 - dans rendez-vous
commenter cet article
25 avril 2015 6 25 /04 /avril /2015 14:36

Combien d’enfants, de femmes et d’hommes sont morts noyés dimanche 19 avril dans le naufrage de leur embarcation au large de la Libye ? 700, 800, 900 aux dires de certains survivants ? On ne le saura peut-être jamais, mais ce naufrage fait suite à d’autres tout autant effroyables.

Quand cette hécatombe cessera-t-elle ? Combien de Syriens, d’Érythréens, de Soudanais ou de Somaliens devront encore mourir aux portes de l’Europe avant que l’Union européenne daigne lever le petit doigt ?

Avec la multiplication des passeurs sur les côtes libyennes et l’afflux de migrants ces derniers mois, l’urgence de la situation était connue. Et qu’a fait l’Union européenne ? Elle a refusé de participer au financement du dispositif de sauvetage mis en place par l’Italie, qui avait fait ses preuves en sauvant 150 000 vies.

En réduisant le nombre et la portée des patrouilles, les dirigeants de l’UE ont fait le choix de laisser mourir ceux qui tenteraient la traversée. C’est de la non-assistance à personne en danger. Les dix-huit navires et les deux hélicoptères qui ont été envoyés sur les lieux du drame, mais après le naufrage, rajoutent à l’ignominie.

Après avoir séché leurs larmes de crocodile, ces mêmes dirigeants s’entendront pour durcir leur politique criminelle contre les migrants. Car s’ils veulent que l’Europe « coopère », ce n’est pas pour sauver les migrants, c’est pour les refouler !

Leur problème immédiat est de trouver en Libye une personne qui puisse, comme Kadhafi le faisait si bien, garder les côtes du pays. C’est dire que le sort de ces femmes et de ces hommes ne les intéresse pas du tout.

Nombre de candidats à l’immigration voudraient arriver par des voies sécurisées et légales pour demander l’asile. Au lieu de cela, ils sont traqués comme des parias et se retrouvent sous la dépendance de passeurs sans scrupules. Hollande et les dirigeants européens peuvent dénoncer les passeurs, mais ce sont eux qui exposent les migrants à des risques de plus en plus grands.

Près de quatre millions de Syriens ont fui leur pays, en guerre depuis 2011 ; l’an dernier, la France n’en a accueilli que 3 000 ; la grande majorité s’est réfugiée en Turquie ou au Liban, c’est-à-dire dans les pays voisins, comme c’est le cas pour tous ceux qui sont chassés de leur pays.

Parmi eux, seule une petite fraction tente de rejoindre l’Europe développée, mais cela suffit aux plus démagogues comme le Front national pour parler d’une « bombe migratoire ». Agiter ce fantasme quand des enfants, des femmes et des hommes meurent sous des bombes, bien réelles celles-là, est révoltant.

Les dirigeants européens s’échinent à tenir les peuples les plus pauvres à distance. Mais le système qu’ils servent multiplie la misère, les guerres et les persécutions.

Ils ont toujours les mots « démocratie », « paix », et « développement » à la bouche. Mais qu’ont-t-ils apporté à l’Afrique, si ce n’est le pillage continu de ses richesses ? Alors que la France est intervenue militairement des dizaines de fois en Afrique et au Moyen-Orient, elle n’y a amené qu’une succession de dictatures et la dévastation.

Quant aux dernières manœuvres guerrières des puissances impérialistes en Irak, en Syrie ou en Libye, elles ont conduit au dépeçage des États par des milices armées.

Condamne+r les peuples au dénuement extrême, les emprisonner dans leur situation d’exploités fait partie de la guerre menée par la bourgeoisie contre les pauvres. La lutte que les États riches mènent contre les migrants en est un aspect infâme.

Les exploités d’ici n’ont pas à se protéger des plus pauvres, mais des plus riches, c’est-à-dire des capitalistes. C’est leur pouvoir sur la société qui crée tant d’inégalités et d’injustices.

Depuis plus d’un siècle, les moyens de production sont largement suffisants pour satisfaire les besoins de toute l’humanité sans que les peuples aient besoin de s’entre-déchirer pour disposer du nécessaire.

L’Europe elle-même concentre de formidables richesses. Mais elles s’accumulent dans les poches d’une minorité, sont gaspillées dans des caprices de riches ou dans la spéculation, et manquent cruellement pour satisfaire les besoins de la majorité.

Avec la bourgeoisie parasitaire au pouvoir, ce système n’accordera jamais à tous le droit de vivre dignement. Pour mettre fin à cette barbarie.

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
10 avril 2015 5 10 /04 /avril /2015 19:29
Succès de la manifestation nationale du 9 avril : des militants, des salariés, disposés, décidés à affronter la politique du MedefSuccès de la manifestation nationale du 9 avril : des militants, des salariés, disposés, décidés à affronter la politique du Medef

Une « très belle manif ». C’est l’impression revigorante que nous partageons de la mobilisation nationale à Paris, à l’initiative de la CGT (rejointe par trois autres syndicats), ce 9 avril, contre la politique antisociale du gouvernement.

Il y avait plus de 250.000 manifestants à Paris dans un défilé qui s’est étalé sur pas moins de quatre heures. Des grèves, notamment dans l’éducation nationale ont également été bien suivies.

On n’est pas surpris que, malgré sa force, cette mobilisation aura à peine fait parler dans les médias, beaucoup moins que les divergences ou connivences stratégiques au sein de la famille Le Pen…

Mais on a pu apprécier, d’abord chez les militants et les salariés en lutte, une détermination nouvelle à aller à l’affrontement, une attente d’une ligne combative générale. Le lourd poids des illusions semées avant les élections de 2012, et de la désillusion qui s’en est suivie, commence enfin à être dépassé. Le cortège de la CGT, au moins 80% de l’ensemble, portait des revendications précises, secteur par secteur ou globalement, contre le projet de loi Macron notamment. Les grévistes de Radio France ont reçu hier aussi un soutien massif dans leur bataille d’enjeu national pour le service public.

Les communistes de la section du PCF du Jarnisy défilaient avec leur syndicat.

Une nouvelle fois, nous avons constaté la force du repère de classe que représente notre emblème, la faucille et le marteau. Cette mobilisation, la première vraiment réussie depuis plusieurs années, peut et doit amener d’autres mouvements forts, dans les entreprises et dans le pays. Le 1er mai est la prochaine étape nationale du mouvement d’ensemble attendu et à construire. Communistes, toutes nos actions iront dans ce sens.

Comme tous les manifestants d’hier, nous sommes « regonflés » !

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
8 avril 2015 3 08 /04 /avril /2015 18:04
Mory Global : 2 150 licenciements en vue

Mardi 31 mars, la justice a décidé du sort des 2 153 travailleurs de l’entreprise de transport Mory Global. La société a été mise en liquidation puisqu’il n’y avait aucune offre de reprise, la dernière ayant été retirée la semaine dernière. Dans les 50 sites Mory Global, les travailleurs se sont mobilisés, ont bloqué les routes pour se faire entendre et obtenir la continuation de l’activité ou des indemnités de licenciement plus élevées.

Leur patron, Arcole Industrie, entend ne rien céder et ne rien perdre dans cette faillite. Et dans le domaine il est un spécialiste. Déjà, en 2014, propriétaire de ce qui était encore Mory Ducros, il s’était déclaré en faillite puis avait proposé la reprise d’une partie des activités, licenciant au passage 2 800 des 5 000 salariés et fermant 35 des 85 agences. Il avait obtenu le soutien de la justice et du gouvernement qui validait ce plan de « sauvetage » en accordant même à Mory Ducros devenu Mory Global un prêt de 17,5 millions d’euros au titre du Fonds de développement économique et social.

Moins de deux ans après, Arcole Industrie met la clé sous la porte. En deux vagues de licenciements, il aura réussi à effacer de la carte une entreprise de 5 000 travailleurs qui se vantait d’être le numéro deux européen dans son domaine. Dans cette opération il avait non seulement l’appui du gouvernement et de la justice, mais aussi celui de la plupart des centrales syndicales, notamment la CFDT, qui avait dit oui à la création de Mory Global et aux 2 800 licenciements avec l’argument honteux que l’accord permettait de sauver 2 200 emplois… Aujourd’hui les 2 200 salariés « sauvés » à l’époque sont sacrifiés sur l’autel de la rentabilité capitaliste. Et au moment même où le couperet tombe, Manuel Valls laisse jusqu’au bout les mains libres à Arcole Industrie, dont il se fait le complice.

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 13:03

Les listes soutenues par le Front de gauche réalisent un score de 9,4 % au niveau national (PCF)

La totalisation des résultats publiés ce matin par le ministère de l'Intérieur rend volontairement illisibles les scores des candidates et candidats présenté-e-s et soutenu-e-s par le PCF et le Front de gauche, avec dans de nombreux cantons un large rassemblement de forces de gauche et écologistes.

La réalité de ces totalisations est la suivante : les listes soutenues par notre rassemblement réalisent un score de 9,4 % au niveau national. Le PCF avec le Front de gauche fait plus que résister, il progresse par rapport aux élections départementales de 2008 et 2011. Ces résultats sont un encouragement à poursuivre le travail de rassemblement et d'espoir pour une autre politique à gauche.

L'heure est maintenant au rassemblement le plus large à gauche pour empêcher l’élection de nouveaux élus de droite et d'extrême droite qui ont dans leur viseur les services publics et les politiques de solidarité et de progrès social portés par les départements . La question essentielle, celle qui doit nous mobiliser et nous rassembler jusqu'à dimanche prochain, est le maintien et le renforcement de ces politiques publiques.

Parti communiste français

Paris, le 23 mars 2015.

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 19:18
LES LUNETTES ROSES DE BERGER

Alors que quatre confédérations syndicales préparent une journée de grève le 9 avril 2015 contre l’austérité, le secrétaire de la CFDT, Laurent Berger, a expliqué pourquoi il n’y participerait pas. D’après ce syndicaliste, en France, « il y a de la rigueur, des gens en bavent, mais il n’y a pas d’austérité » ; ce n’est ni la Grèce ni l’Espagne, donc aucune raison de manifester.

Le patronat étrangle les travailleurs, le PS tient la corde

Berger attend de voir si c’est grave.

La section du Parti communiste français du Jarnisy participera à cette journée de mobilisation à Paris. Un bus partira de Jarny, pour tous renseignements supplémentaires s’adresser à la Maison du Peuple à Jarny (en face de la gare SNCF) le vendredi de 16 heures à 18 heures

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 16:48
Le gouvernement veut se refaire une santé au détriment des médecins et des patients

L’examen de la loi santé de Marisol Touraine démarre à l’Assemblée nationale. On l’a vu dimanche 15 mars, avec la manifestation des professions libérales, les médecins sont vent debout contre la généralisation du tiers payant.

Cette mesure serait pourtant salutaire. Le tiers payant pour tous serait un soulagement car avancer 23 euros à chaque consultation, une ou plusieurs fois dans le mois selon les situations, est un obstacle pour nombre de familles populaires. Que certains médecins et des représentants nationaux s’y opposent par principe, au nom de la « responsabilisation » des patients, relève du mépris social.

Quant aux médecins qui expriment leur crainte « d’être transformés en salariés », ils colportent les préjugés classiques de la droite. Ils repoussent avec horreur l’idée d’être salariés, mais ils dépendent déjà, par tous les bouts, des organismes publics. Et que deviendraient-ils s’il n’y avait pas l’État pour organiser le système de santé et pour prendre en charge leur formation ?

Face à ces propos réactionnaires, la ministre de la Santé a le beau rôle. Mais la légèreté avec laquelle elle a géré la mise en place technique du tiers payant témoigne de son hypocrisie.

Après des mois de discussions, Marisol Touraine est toujours incapable d’assurer la mise en place d’un guichet unique permettant aux médecins d’avoir un seul interlocuteur, à la place des centaines de mutuelles. Et pour cause : elle ne peut pas réduire les moyens de l’Assurance-maladie, diminuer son personnel, semer la zizanie dans les services administratifs, d’un côté, et, de l’autre, promettre des miracles.

C’est pourquoi même les médecins les mieux disposés à l’égard du tiers payant et des patients ont de quoi être en colère. Alors, s’il y a un obstacle à la généralisation du tiers payant, il est surtout à chercher du côté du gouvernement.

À travers cette mesure, le gouvernement veut faire un bon coup politique. Il veut avoir l’air de faire une politique de gauche sans dépenser un centime de plus pour la population et même, si possible, en enlevant des moyens à la santé.

Cette mesure sert de cache-misère au gouvernement, car sa politique de santé ne permet ni de faciliter l’accès aux soins, ni de lutter contre la médecine à deux vitesses.

Que prévoit le gouvernement pour lutter contre les déserts médicaux qui se multiplient dans les campagnes et les banlieues populaires ? Que prévoit-il contre les dépassements d’honoraires sur les soins dentaires ou d’optique ? Rien.

Il y a plus de trois millions de personnes sans mutuelle. Elles ont à payer de leur poche le reste-à-charge, qui n’a fait qu’augmenter au rythme des franchises et des déremboursements de médicaments de ces dernières années.

La facture s’allonge même quand on est soigné à l’hôpital public, parce que le forfait hospitalier est de plus en plus cher, parce que le transport en ambulance est de plus en plus restrictif, parce que l’hôpital ne délivre plus les médicaments dits de confort, parce qu’il faut payer pour avoir une chambre individuelle… Dans certains hôpitaux, la douche chaude et la couverture ne sont même plus garantis. Alors, quand le gouvernement impose aux hôpitaux trois milliards de nouvelles coupes budgétaires, cela augure du pire.

À cause des restrictions budgétaires, des hôpitaux de proximité fusionneront, fermeront des services, ce qui signifiera un nombre moindre de lits et des temps d’attente plus longs. Sous couvert de développer la chirurgie ambulatoire et de diminuer les durées d’hospitalisation, on va renvoyer des malades chez eux au plus vite.

Et, comme si les personnels hospitaliers n’étaient pas déjà surmenés et dans l’incapacité de prendre tous leurs repos, le gouvernement prévoit de supprimer 22 000 postes dans les hôpitaux.

Voilà le véritable visage de la politique de santé du gouvernement. Et tout cela pourquoi ? Parce qu’il ne veut pas mettre d’argent dans les services publics. De l’argent, il y en a pour payer la dette aux banquiers, il y en a pour arroser le grand patronat mais, pour la santé, il n’y en a plus.

La dégradation du système de santé est le fruit de la politique anti ouvrière du gouvernement Valls, mais c’est aussi le résultat d’une évolution vers une société où toutes les activités humaines doivent rapporter de l’argent, dégager des profits, sans quoi elles sont vouées à disparaître, même si elles sont indispensables à la population. Au-delà de la politique d’austérité, c’est le capitalisme qui est dangereux pour notre santé.

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
15 mars 2015 7 15 /03 /mars /2015 10:03

SAISIR L’OCCASION DE SE FAIRE ENTENDRE

Les syndicats CGT, FO, FSU et Solidaires appellent l’ensemble des travailleurs du public et du privé à faire grève et à manifester le 9 avril prochain contre les « politiques d’austérité ». « Le pacte de responsabilité, la rigueur budgétaire, la réforme territoriale, nombre de dispositions du projet de loi libérale de Macron, ainsi que plusieurs décisions des pouvoirs publics et du patronat aggravent la situation des salariés, des retraités et des chômeurs », peut-on lire dans la déclaration syndicale commune datant du 18 février.

Depuis des mois en effet, le patronat multiplie les attaques contre les travailleurs, avec l’aide du gouvernement. Les grandes entreprises du CAC40 ont augmenté leurs profits de 37 % et les actionnaires se sont distribué 56 milliards de dividendes tirés de l’exploitation du travail de centaines de milliers de salariés, mais les licenciements continuent et les salaires restent bloqués. Les grands patrons continuent d’obtenir du gouvernement des milliards d’aides, le CICE, le pacte de responsabilité, des allégements de cotisations sociales, qui signifieront autant d’emplois en moins dans les hôpitaux, dans les transports, dans les écoles.

Nombre de militants ouvriers savent que ce n’est pas par le dialogue social, prôné par les gouvernements et les directions des confédérations syndicales, qu’il sera possible d’imposer des reculs aux patrons, mais par un rapport de force. Les travailleurs doivent retrouver confiance dans leur capacité à rendre les coups, et pour ce faire être déjà convaincus qu’ils sont dans leur bon droit en défendant leurs revendications.

L’appel syndical à cette journée du 9 avril vient tard, alors que depuis des mois les attaques contre les travailleurs et leurs droits se multiplient. Mais elle peut être un début, si les travailleurs saisissent l’occasion de faire entendre leurs intérêts.

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
15 mars 2015 7 15 /03 /mars /2015 10:03

La section du Parti Communiste Français du Jarnisy s’associe et sera présente au rassemblement intersyndical qui aura lieu le

mardi 17 mars à 14 heures 30

devant la Sous- Préfecture de Briey

afin de soutenir les retraités contre le gel de leur pension, et, de revendiquer une augmentation immédiate du pouvoir d’achat

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
8 mars 2015 7 08 /03 /mars /2015 00:00
Journée internationale des femmes

Vu le nombre de lois consacrées à l’égalité salariale entre les sexes, on pourrait s’étonner que les salaires féminins n’ont pas rejoint ceux des hommes. L’égalité entre hommes et femmes n’est pas tant une question de légalité que de luttes pour l’imposer. Aujourd’hui, les femmes sont victimes plus souvent qu’à leur tour des bas salaires, du chômage non indemnisé, de la précarité, des emplois à temps partiel subi. Malgré l’appellation de congé « parental », c’est le plus souvent leur carrière à elles qui s’interrompt avec l’arrivée d’un enfant. En conséquence, quand les gouvernements enchaînent réforme sur réforme pour les retraites, les femmes sont, là encore, les premières à en faire les frais.

Les quelques progrès obtenus dans le sens d’une émancipation des femmes l’ont été de haute lutte. C’est le cas du droit à la contraception et à l’avortement. Pour que la ministre de droite Simone Veil arrache une loi aux députés de son propre camp, il avait fallu que des milliers de femmes et d’hommes se mobilisent, bravent les interdictions et n’acceptent plus que des juges, des médecins, des députés, des religieux de diverses obédiences décident à la place des femmes. Mais ces dernières années, avec la fermeture de nombreuses maternités, le nombre de services pratiquant les IVG se restreint, ce qui limite les possibilités d’y avoir recours dans les délais. Le droit des femmes à disposer de leur propre corps est ainsi à sauvegarder, voire à reconquérir.

Les violences contre les femmes révèlent à quel point dans tous les milieux, y compris ceux qui ont accès à la culture, la lutte pour l’émancipation des femmes reste un combat. À travers le monde, des femmes, souvent minoritaires, s’organisent et se battent contre le port du voile, derrière lequel se cache une soumission, contre les mutilations sexuelles, contre les mariages forcés.

La lutte pour la libération des femmes a fait partie des combats du mouvement ouvrier au même titre que le combat pour l’émancipation sociale. En 1910, à l’initiative de la militante socialiste allemande Clara Zetkin, un congrès de l’Internationale ouvrière avait pris l’initiative d’organiser une fois par an, au mois de mars, une journée internationale des femmes. Elle eut son heure de gloire en Russie le 8 mars 1917 quand, en plein conflit mondial, les ouvrières du textile de Petrograd se mirent en grève. Ce fut le début de la révolution russe, qui se termina par le renversement de la monarchie tsariste et du pouvoir de la bourgeoisie.

En combattant pour son émancipation, la classe ouvrière combattait pour l’émancipation des femmes ; celles-ci trouvèrent largement leur place dans cette lutte pour débarrasser le monde de toutes les oppressions.

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article