Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PCF DU JARNISY 54
  • PCF DU JARNISY 54
  • : PCF du Jarnisy Section Henri Bezon
  • Contact

PERMANENCES HEBDOMADAIRES

Tous les vendredis de 16h à 18 heures
à La Maison du
 Peuple de Jarny,
elles sont ouvertes à tous!!!

VISITEURS :



compteur pour site web


compteur visite

Pcf du Jarnisy

Créez votre badge 

8 avril 2015 3 08 /04 /avril /2015 17:04
Mory Global : 2 150 licenciements en vue

Mardi 31 mars, la justice a décidé du sort des 2 153 travailleurs de l’entreprise de transport Mory Global. La société a été mise en liquidation puisqu’il n’y avait aucune offre de reprise, la dernière ayant été retirée la semaine dernière. Dans les 50 sites Mory Global, les travailleurs se sont mobilisés, ont bloqué les routes pour se faire entendre et obtenir la continuation de l’activité ou des indemnités de licenciement plus élevées.

Leur patron, Arcole Industrie, entend ne rien céder et ne rien perdre dans cette faillite. Et dans le domaine il est un spécialiste. Déjà, en 2014, propriétaire de ce qui était encore Mory Ducros, il s’était déclaré en faillite puis avait proposé la reprise d’une partie des activités, licenciant au passage 2 800 des 5 000 salariés et fermant 35 des 85 agences. Il avait obtenu le soutien de la justice et du gouvernement qui validait ce plan de « sauvetage » en accordant même à Mory Ducros devenu Mory Global un prêt de 17,5 millions d’euros au titre du Fonds de développement économique et social.

Moins de deux ans après, Arcole Industrie met la clé sous la porte. En deux vagues de licenciements, il aura réussi à effacer de la carte une entreprise de 5 000 travailleurs qui se vantait d’être le numéro deux européen dans son domaine. Dans cette opération il avait non seulement l’appui du gouvernement et de la justice, mais aussi celui de la plupart des centrales syndicales, notamment la CFDT, qui avait dit oui à la création de Mory Global et aux 2 800 licenciements avec l’argument honteux que l’accord permettait de sauver 2 200 emplois… Aujourd’hui les 2 200 salariés « sauvés » à l’époque sont sacrifiés sur l’autel de la rentabilité capitaliste. Et au moment même où le couperet tombe, Manuel Valls laisse jusqu’au bout les mains libres à Arcole Industrie, dont il se fait le complice.

Partager cet article

Repost 0
Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article

commentaires