PERMANENCES HEBDOMADAIRES

Tous les vendredis de 16h à 18 heures
à La Maison du
 Peuple de Jarny,
elles sont ouvertes à tous!!!

Présentation

VISITEURS :



compteur pour site web


compteur visite

Pcf du Jarnisy

Créez votre badge 

FLASHCODE:

 

flashcode

 

Capturelgugvsd

Texte Libre

 

Economie

Vendredi 8 novembre 2013 5 08 /11 /Nov /2013 13:05

http://www.watersportverbond.nl/data/images/Nieuwsbrief/2010/Bestuur%2010%20okt/ecotax_groot.jpgLa course au moins-disant social qu’on appelle pudiquement « la compétitivité » est en marche. N’ayant pas l’obligation de verser un salaire minimum à leurs employés, les patrons allemands dont travailler pour 2 ou 3 euros de l’heure des armées de Polonais ou de Roumains placés sous le régime du détachement instauré par les directives européennes. Résultat : près de 800 000 porcs élevés en Bretagne sont mis en pièce chaque année outre-Rhin , laissant les abattoirs bretons sur la paille. L’écotaxe qui mobilise par ailleurs n’est donc pour rien dans les événements dramatiques qui ont secoué l’entreprise agroalimentaire Gad à Josselin.

Avec ou sans taxe écologique, prise au piège de la concurrence libre et non faussée, la Bretagne est frappée par une crise économique qui s’étend. L’exaspération aussi. Dans ce fief socialiste où François Hollande a recueilli 31,74 % des voix au premier tour de la présidentielle t 56,35 % au second, la déception de l’électorat de gauche est profonde. Où cela nous mène-t-il ? Les  colères bretonnes vont-elles faire tache d’huile ?

Par PCF du Jarnisy 54 - Publié dans : Economie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 4 novembre 2013 1 04 /11 /Nov /2013 16:57

http://blogdenico.fr/wp-content/uploads/2012/05/Le-RSA-encourage-t-il-l-assistanat_articleimagepelerin.jpgL’assistanat et les méchants pauvres qui en abusent ; un mensonge à la française

Ça commence à être bien casse couilles d’entendre, déclamé ça et là par des gens qui ne savent pas de quoi ça cause dans la réalité, le fait que notre pays croulerait sous les aides en tout genre et assumerait la fainéantise d’un tas de RSA socle, RSA activité, CMU, aide au logement, ...

D’ailleurs, remarquons de suite que l’aide à l’éducation n’est jamais remise en cause ; tu m’étonnes ; tout le monde la touche, même les détracteurs des autres aides -. Alors on nous parle des fameux serpents de mer de la discipline ; les bénéficiaires qui roulent en bagnole de luxe, comme si nos routes étaient parsemées de jeunes bronzés - par ce qu’en plus, les bénéficiaires de ces aides, pour ces gens là, sont principalement jeunes et bronzés - qui friment aux volants de belles allemandes ou de jolies italiennes.

Et, le pire du pire, c’est qu’il existe des gens qui croient réellement qu’un étranger à plus de droits, en France, qu’un français et que notre république se meurt financièrement de déficits liés à ces aides, dont une grande partie, selon eux, est délivrée à des faux chômeurs. Or, dans la réalité, tout étranger - comme dans la majorité des pays occidentaux - bénéficie, à la seule condition qu’il travaille de manière déclarée - et donc qu’il paye charges et impôts - des mêmes droits que les nationaux (assurance maladie, indemnisation des accidents du travail, congés de maternité pour les femmes) ; ni plus, ni moins.

La fraude aux prestations sociales en France n’est pas celles des particuliers

Ainsi, si les réacs et autres nous rabâchent régulièrement les oreilles de la fraude aux prestations sociales, celle-ci est bien moins importante que les indus non intentionnels, relevant d’une erreur de l’administration. Par exemple, sur les indus versés par la Cnaf en 2009, 30 % seulement relevait de fraudes ; les 70 % restant sont des erreurs de l'administration elle-même. Selon la Cour des comptes (2010), la fraude aux prestations pour le régime général de Sécurité Sociale représenterait entre 2 et 3 milliards d’euros (elle serait de plus de 5 milliards d’euros en Grande Bretagne). 

La fraude sur les prélèvements sociaux s'élèverait, quant à elle, à 16 milliards d’euros et serait principalement imputable aux employeurs. Alors quoi ? Et bien tout simplement, que si on prend les montants liés à la fraude des particuliers et que l’on met en face les montants liés aux personnes qui pourraient demander ces aides et ne le font pas ; on est bien loin du compte.

La réalité de l’aide sociale en France : de nombreux français n’en demandent pas

on parle beaucoup moins du grand nombre de personnes qui ne reçoit pas les prestations auxquelles elles peuvent prétendre. Le taux de non recours au « RSA socle » s’élève en France à 35 % et à 68 % pour le « RSA activité » (destiné aux personnes qui ont repris une activité partielle). 

On estime le manque à gagner pour les bénéficiaires à 432 millions d’euros en décembre 2010. En 2009, la Caisse nationale de l’assurance maladie des travailleurs salariés (Cnamts) évaluait à 29 % le taux de non-recours à la Couverture maladie universelle complémentaire (Cmu-C) des bénéficiaires du Rsa. Concernant le Droit au logement opposable, alors que les préfectures et le ministère du Logement estimaient à 648 568 le nombre de recours potentiels, seuls 206 008 recours avaient été déposés au 31 décembre 2010 (pour 68 368 réponses favorables).

Pour le Centre d’analyse stratégique, si les motivations des fraudes semblent évidentes, celles qui produisent du non recours apparaissent plus obscures. De fait, il est probablement lié à des comportements individuels (non connaissance, refus de demande), à la responsabilité de l’administration (mauvaise information, trop grande complexité dans l’accès aux droits) ou à la conception même des prestations (prestations trop complexes ou mal définies par rapport aux besoins).

Alors ? La France est-elle pourrie par les fraudes des “pauvres”, des “étrangers” ?

On résume : fraudes des particuliers : 2 à 3 milliards d’euros, des patrons d’entreprises : 16 milliards d’euros, erreurs de l’administration : 1,2 à 1,3 milliards d’euros et personnes ne demandant pas d’aides sociales alors qu’elles y ont droit :5,7 milliards d’euros.

Pour les particuliers, les fraudes les plus importantes concernent les indemnités journalières (IJ) pour arrêts maladie. Le montant détecté a été en 2010 de 5,4 millions d'euros. Il s'agit d'assurés sociaux qui ont continué à percevoir des IJ alors qu'ils avaient repris le travail.

La France est-elle pourrie par les fraudes des “pauvres”, des “étrangers” ? Non ; les plus fraudeurs de notre systèmes sont les chefs d’entreprises et les personnes qui bossent et qui posent des IJ pour arrêts maladie. Alors, si vous croisez un petit jeune dans une jolie voiture, ne vous demandez pas si c’est un RSA qui fraude, mais plutôt si c’est un chef d’entreprise qui plombe le budget des autres, ou bien d’un jeune cadre qui a posé des IJ pour prolonger ses vacances. Et, s’il est “bronzé” ; c’est sans doute qu’il revient de Saint Barth’...

Par PCF du Jarnisy 54 - Publié dans : Economie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 12 juillet 2013 5 12 /07 /Juil /2013 15:53

564.jpgLes tarifs de l’électricité vont augmenter de 5% en août, puis encore de 5%en 2014.

Une mesure qui va renforcer la précarité pour les usagers, dénoncent les associations. 

 

Le gouvernement vient de décider de deux augmentations de 5% des tarifs de l’électricité pour les mois d’août 2013 et 2014. C’est l’une des plus fortes hausses de ces dix dernières, mais aussi un renoncement à l’engagement pris de les limiter à l’inflation. « Cette augmentation n’est pas justifiée. Ni économiquement car EDF a dégagé 3,3 milliards d’euros net de bénéfices l’année dernière ; ni socialement car aujourd’hui 18% de la population française se trouvent en situation de précarité énergétique.

La fédération des mines et de l’énergie de la CGT souligne que « ces 5% de 2014 prendront en compte l’augmentation de 2013, donc, au final, la hausse sera supérieure à 10% »

EDF verse un peu plus de 2 milliards d’euros de dividendes par an à ses actionnaires, dont l’Etat à hauteur de 84%. Une manne substantielle en ces temps de disette budgétaire. « Il faut que l’Etat prenne moins de dividendes, cela ferait de l’argent pour financer les investissements d’EDF et réduire le prix de la facture pour les consommateurs ». Mais l’Etat semble attaché  au fait qu’EDF lui rapporte de l’argent. Une tactique payante, en tout cas sur les marchés : hier, l’action d’Edf s’est envolée de près de 8% à la Bourse de Paris…


LINKY : 150 EUROS PAR MENAGE…

Votre facture est trop salée ? prenez Linky. C’est le conseil de Jean-Marc Ayrault, qui a annoncé hier le renouvellement des 35 millions de compteurs, à partir de cet été, jusqu’en 2020. Ces compteurs dits « intelligents » pourront suivre la consommation en temps réel.

L’investissement est estimé à 5 milliards d’euros, pour lequel les Français seront mis à contribution : 150 euros par habitation. « Indolore » dit Matignon qui invoque un étalement des factures.

Par PCF du Jarnisy 54 - Publié dans : Economie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 27 avril 2013 6 27 /04 /Avr /2013 19:23

http://cdn-lejdd.ladmedia.fr/var/lejdd/storage/images/media/images/economie/lakshmi-mittal/3934907-1-fre-FR/Lakshmi-Mittal_pics_809.jpgSidérurgie.Lakshmi Mittal ne manque pas d’air. Le jour où ArcelorMittal entérine la fermeture définitive des deux derniers hauts-fourneaux de Florange, le PDG du groupe sidérurgiste fait dans la provocation.

Auditionné mercredi 17 avril à l’Assemblée nationale par la Commission d’enquête parlementaire sur la sidérurgie, il est venu « faire la leçon » aux députés présents. « Un brin de cynisme, un ton condescendant. Cet homme ne manque pas de toupet ».

Lakshmi Mittal a implicitement reconnu qu’il ne respecterait pas l’accord conclu le 30 novembre 2012 avec le gouvernement. Contrairement à ce qui laissait croire la formule de «  mise sous cocon », il a clairement signifié que les deux derniers hauts-fourneaux de Lorraine ne redémarreront jamais. Après l’abandon du projet ULCOS de production d’acier avec un faible niveau d’émission de CO, le PDG a écarté la possibilité que le nouveau projet baptisé LYS soit développé à Florange. « Il a aussi adressé une fin de non-recevoir au projet d’aciérie électrique défendu par la CGT.

Mais Lakshmi Mittal ne s’est pas contenté de reconnaître sans gêne qu’il ne respecterait pas ses engagements, il y est allé de « ses recommandations ». Conseillant aux députés de verser dans le protectionnisme, le PDG a dénoncé « le coût du travail trop élevé », citant comme exemple les salariés chinois qui travaillent pour 3 euros de l’heure.

Lakshmi Mittal n’est pas un industriel. L’avenir de l’industrie en France ne l’intéresse pas. C’est un financier dont le seul moteur est le profit.

Si « la France veut conserver à terme une filière de l’acier, alors la question de la nationalisation est plus que jamais posée »

Par PCF du Jarnisy 54 - Publié dans : Economie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 22 avril 2013 1 22 /04 /Avr /2013 20:10

http://www.lesoir.be/sites/default/files/imagecache/475x317/2013/01/24/318914149_ID3557064_24_zlakshmi_173057_0290LN_0.JPGMittal charge la barque pour justifier les suppressions d'emplois

 

Alors que ses ventes d'acier n'ont baissé que de 2,3 % en 2012 et que celles de minerai ont, par contre, augmenté de 5,4 %, comment le groupe ArcelorMittal a-t- il bien pu passer d'un bénéfice de 4,9 milliards de dollars en 2011 à une perte nette de 3,7 milliards en 2012 ?

C'est la magie des chiffres...

En réalité, si le chiffre d'affaires global est bien en baisse de 10 % du fait de la chute des prix de l'acier, l'excédent brut d'exploitation est tout de même de 7,1 milliards, en baisse lui aussi, mais en restant tout de même confortable.

Pour réussir à afficher des pertes, ArcelorMittal a chargé la barque. Il a compté en charges des «dépréciations d'actifs» pour cinq milliards, à quoi s'ajoute 1,3 milliard pour ce qu'il appelle «l'optimisation des actifs» ainsi que le coût des restructurations pour près de 600 millions. Par ailleurs, Arcelor a diminué sa dette de 1,4 milliard, et, c'est bien connu, qui paye ses dettes s'enrichit.

Sans tous ces artifices comptables, le groupe aurait affiché un bénéfice de deux milliards de dollars. Gênant quand, dans le même temps, Mittal pleure sur la crise... et massacre l'emploi à la hache. (Source : LO sur le Net)

Par PCF du Jarnisy 54 - Publié dans : Economie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 20 avril 2013 6 20 /04 /Avr /2013 20:06

12312.jpg

Des juges vont enquêter sur les accusations de financement

de la campagne présidentielle de 2007 lancées

par l’homme d’affaires Takieddine

 

 

Accumulation

Les sondages disent que Nicolas Sarkozy ferait un bon candidat de la droite en 2017, la Justice semble prévenir que c'est peut-être aller vite en besogne. Non que les magistrats soient ligués pour priver de revanche le prédécesseur de François Hollande, c'est tout simplement que des procédures engagées avant et depuis la dernière présidentielle sont en train d'enserrer l'ancien président de la République dans un labyrinthe d'affaires dont il n'est pas sûr d'être sorti s'ouvrira la prochaine campagne présidentielle.

A tort ou à raison ? Certes, la présomption d'innocence est un principe, dit-on, mais ce n'est pas du fait de la malveillance politique que Nicolas Sarkozy fait l'objet d'autant de sollicitations judiciaires. Après sa mise en examen pour abus de faiblesse dans l'affaire Bettencourt, le voilà en ligne de mire du fait de l'ouverture, hier, d'une information judiciaire des chefs de « corruption active et passive», «trafic d'influence», «faux et usage de faux», « abus de biens sociaux » et « blanchiment, complicité et recel de ces infractions», à la suite des allégations de Ziad Takieddine, prétendant avoir des preuves du financement par la Libye de sa campagne de 2007. Une information judiciaire n'est pas une instruction judiciaire, mais il est à noter qu'elle intervient après une perquisition de cet intermédiaire sulfureux en matière de contrats d'armement, suite à une plainte... de Nicolas Sarkozy contre le site Mediapart.

Si l'on ajoute les enquêtes menées sur les dépenses considérables de sondages à l'Elysée du temps de Nicolas Sarkozy, si l'on n'oublie pas l'instruction menée par le juge VanRuymbeck sur l'affaire Karachi en relation avec le financement de la campagne Balladur en 1995, ou encore l'arbitrage généreux accordé à Bernard Tapie dans son litige avec le Crédit Lyonnais pour lequel Christine Lagarde est menacée de la Cour de Justice de la République, cela commence à faire beaucoup.

Nicolas Sarkozy s'estime injustement mis en cause et espère que les procédures en cours le démontreront. Mais la justice est lente, faute de moyens. Ces moyens qui ne lui ont pas été vraiment donnés depuis de longues années. Et notamment entre 2007 et 2012.

Paru dans le Républicain Lorrain du 20 avril 2013

Par PCF du Jarnisy 54 - Publié dans : Economie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 9 avril 2013 2 09 /04 /Avr /2013 19:53

http://www.bfmtv.com/i/580/290/481516.jpgL’avocat qui a ouvert le compte en Suisse de Cahuzac est aussi un proche de FN

 L’opération « mains propres » de Marine Le Pen, les Ardennais en rient encore. En visite mardi dans cette terre marquée par la désindustrialisation, la présidente du Front national voulait récupérer à son compte l’affaire Cahuzac. «  Nous n’avons pas d’amis chez les journalistes, chez les grands patrons, dans la grande finance ou les laboratoires pharmaceutiques, c’est une garantie que nous pourrons gouverner sans être l’otage de telle ou telle influence. »  Déclaration prématurée : quelques minutes plus tard était dévoilée l’identité de l’avocat qui avait ouvert le compte en Suisse de Jérôme Cahuzac. Il s’agit d’un proche de l’héritière du FN.

Philippe Peninque, spécialiste dans les montages fiscaux, ancien du GUD et ami du ministre, est également l’un des conseillers de Marine Le Pen. Employé à rétablir la situation financière du parti après l’échec électoral de 2007 ou à préparer un voyage de la présidente en Russie, c’est un homme précieux pour le parti d’extrême droite. C’est  lui qui a appris à sa « grande amie » l’existence du compte en Suisse du ministre : « je lui ai dit que j’étais ami avec Jérôme Cahuzac », et que «  j’avais ouvert ce compte », expliquait récemment le banquier officieux du FN, qui se serait bien passé de cette publicité, à la Radiotélévision suisse.

Marine Le Pen, dont la famille a longtemps bénéficié du placement en douce, par son père, de l’héritage Lambert en Suisse enrage d’être prise à son propre jeu : le gouvernement ne pouvant pas, selon elle, ignorer la situation, elle avait demandé sa démission et la dissolution de l’Assemblée nationale. Un peu vite, semble-t-il.

Par PCF du Jarnisy 54 - Publié dans : Economie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 3 avril 2013 3 03 /04 /Avr /2013 22:53

http://s1.lemde.fr/image/2012/12/05/534x0/1800008_5_19d2_ce-qu-a-ecrit-mediapart-est-factuellement_c4fcbd450c3d3708299e6fa8f42704c1.jpgL’ex-ministre Jérôme Cahuzac a avoué publiquement aujourd’hui avoir menti au Président de la République, au Parlement et au peuple. Il cesse désormais de nier qu’il détient un compte à l’étranger. Il fait l’objet d’une mise en examen pour fraude fiscale et risque l’emprisonnement.

Ces faits sont graves, extrêmement choquants. Pendant des années, le président PS de la Commission des finances de l’Assemblée, puis le ministre du budget a donné des leçons d’austérité aux travailleurs, aux jeunes, aux retraités. Et il n’est pas capable lui-même de s’en tenir au respect des lois fiscales, pourtant déjà si scandaleusement favorables aux riches, qu’il a fait voter.

Les conséquences politiques sont lourdes. La colère contre l’injustice sociale risque d’être détournée encore davantage vers les règlements de comptes politiciens, les attaques personnelles, sur fond de « tous pourris ».

L’UMP saisit aussitôt la balle au bond. Elle veut faire oublier l’affaire Woerth,  faire oublier qu’elle tente sans arrêt de faire passer des lois « d’amnistie fiscale » pour les exilés fraudeurs fiscaux (ses députés viennent encore de déposer une proposition de loi le 28 mars dernier dans ce sens !).

Sarkozy, objet lui-même d’une mise en examen étonnante pour « abus de faiblesse » sur son amie politique Mme Bettencourt, rit sous cape. Politiciens, démagogues et bateleurs, font leur beurre et fourbissent leurs coups et leurs insultes.

Que vérité éclate entièrement et que justice soit faite ! C’est tout ce que nous souhaitons dans le cas lamentable de M. Cahuzac, plus grand commis de l’industrie pharmaceutique que de l’Etat !

Mais la plupart de ses collègues, de droite ou de « gauche », s’en tiennent personnellement à la légalité pour mettre en œuvre leur politique de profonde injustice sociale envers le monde du travail.

C’est avant tout dans les luttes que nous la combattrons et la mettrons en échec, non dans les tribunaux, encore moins dans la vindicte publique.

Ne laissons pas les « affaires » détourner notre attention hors de cette seule perspective de changement politique : le renforcement du camp des travailleurs dans la lutte des classes, dès les semaines prochaines contre la casse industrielle, contre le démantèlement du code du travail, contre les 20 milliards d’euros de « Crédit d’impôt compétitivité » déplacés des poches des travailleurs vers les comptes des possédants, qu’ils soient situés en France ou à l’étranger.

Par PCF du Jarnisy 54 - Publié dans : Economie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 11 mars 2013 1 11 /03 /Mars /2013 12:50

http://blog.jsansonnens.ch/wp-content/crise_victime.gifLe monde n’a jamais compté autant de milliardaires :

Ils sont 1 426 cette année, selon le magazine Forbes. Ils étaient 140 il y a 27 ans.

 

Deux français se hissent aux 9ème et 10ème places de classement annuels des milliardaires selon Forbes : Liliane Bettencourt (l’Oréal) est désormais la femme la plus riche au monde (9ème, 30 milliards de dollars) et Bernard Arnault, propriétaire du groupe de luxe LVMH, est 10ème (4ème l’an dernier) avec une fortune estimée à 29 milliards de dollars).

Ils sont cette année 1 426 milliardaires, 200 de plus que l’an dernier, record absolu reconnu depuis 27 ans que le classement existe. Ils étaient 140 lorsque Forbes avait publié sa première liste, avec une fortune cumulée de 295 milliards. Tous ensemble, ces ultra-riches – dont 138 femmes- pèsent cette année 5 400 milliards de dollars. Le plus grand perdant est cette année le Brésilien Eike Batista ‘énergie, mines) qui a perdu 19.4 milliards, rétrogradant de la 7ème à la 100ème. Il a perdu, souligne Forbes, plus de deux millions de dollars par heure…. 

Par PCF du Jarnisy 54 - Publié dans : Economie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 19 février 2013 2 19 /02 /Fév /2013 19:30

blog-12.jpgLa découverte en Grande-Bretagne de viande de cheval dans les lasagnes fait couler beaucoup d’encre dans ce pays où sa consommation est un tabou mais également en Europe – à juste raison………

On apprend ainsi un  bien curieux et long itinéraire pour cette viande parmi les pays européens.

Ainsi Spanghero (le fournisseur de cette viande) s’est contenté de sous-traiter sa livraison à un trader chypriote qui, lui-même…….a sous-traité sa livraison à un trader hollandais.

Celui-ci a sous-traité (un trader, cela ne produit pas !) sa livraison à un abattoir roumain qui lui-même a également sous-traité, en partie, sa livraison avec des fournisseurs de Pologne, de Hongrie, de Bulgarie, d’Irlande, d’Allemagne.

 

POUR ALLER OU ?

Au moins dans sept enseignes commerciales – Auchan, Casino, Carrefour, Cora, Monoprix, Picard et Système U – qui avait – consciencieusement – étiqueté leurs produits ‟ made in UE” (rassurant non ?)

Au-delà de l’anecdote, c’est bien toute la construction capitaliste européenne qui est en cause. 

 

Une construction centrée :

Ø  AUTOUR DU PROFIT –le profit réalisé par ce voyage de la viande est estimé à 300.000 euros pour les lasagnes - .

Ø  LA BAISSE DU ‟COUT DU TRAVAIL”- on produit là où les salaires sont les plus bas et… on continue à licencier ailleurs -.

Ø  ET LA SPECULATION INTERNATIONALE par laquelle s’enrichissent ces "traders "qui ne produisent rien.

 

Faut-il continuer à confondre l’Europe géographique avec une construction économique qui porte le même nom, faut-il continuer à refuser tout débat sur le retour aux monnaies nationales qui permettrait – tout au moins pour les pays qui le souhaitent – un retour à une agriculture raisonnée ?

 

Poser la question s’est y répondre ?

 

Question subsidiaire pour nos amis "verts" qui continuent à promouvoir cette Europe : combien d’énergie a-t-elle été dépensée en pure perte ?

Par PCF du Jarnisy 54 - Publié dans : Economie
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés