PERMANENCES HEBDOMADAIRES

Tous les vendredis de 16h à 18 heures
à La Maison du
 Peuple de Jarny,
elles sont ouvertes à tous!!!

Présentation

VISITEURS :



compteur pour site web


compteur visite

Pcf du Jarnisy

Créez votre badge 

FLASHCODE:

 

flashcode

 

Capturelgugvsd

Texte Libre

 

Syndicats

Vendredi 20 juillet 2012 5 20 /07 /Juil /2012 22:03

http://static.lexpansion.com/medias/24/chereque_432.jpgCertains aimaient Jacques Chérèque, d'autres adorent François, son fils, secrétaire général de la CFDT qui, concernant l'augmentation des prélèvements obligatoires pour sauver la France, a déclaré que celle de la CSG était la "seule acceptable".

 

  Petit rappel d'histoire sociale: La CSG fut inventée par Michel Rocard, en son temps premier ministre de François Mitterrand. Jacques Attali, orfèvre en matière d'économie libérale et conseiller de François Mitterrand, déclarait jadis à ce sujet: "Avec la CSG, la gauche a trouvé le moyen d'inventer une fiscalité injuste". On ne saurait mieux dire. Mais, Jacques Chérèque, le papa de François, que vient-il faire là-dedans?

  Eh bien, Jacques Chérèque, secrétaire général adjoint de la CFDT, devint ministre de Michel Rocard de 1988 à 1991. il fut en charge de l'aménagement du territoire et de la reconversion industrielle (on dit aujourd'hui redressement productif). il fut l'auteur du célèbre: "Il faut retirer les hauts fourneaux de la tête des sidérurgistes lorrains". De ce fait, il entérina la fermeture de nombre de sites sidérurgiques français, notamment ceux de Lorraine.

  Et voilà que son fiston est d'accord avec l'augmentation de la CSG, comme papa fut d'accord avec sa création. Oui, bon sang ne saurait mentir.

Par PCF du Jarnisy 54 - Publié dans : Syndicats
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 18 juillet 2012 3 18 /07 /Juil /2012 22:45

http://www.lexpress.fr/pictures/708/362661_jean-pierre-mercier-le-13-juillet-2012-a-aulnay-sous-bois.jpgLe responsable syndical CGT à l’usine PSA d’Aulnay-sous-Bois, Jean-Pierre Mercier, a jugé "insuffisants" samedi les propos de François Hollande sur le plan social au sein du groupe, estimant que l’Etat avait "les moyens d’interdire la fermeture" du site et "les licenciements".

 

"Le seul point commun qu’on a avec François Hollande, c’est la reconnaissance du fait que Peugeot a menti pendant 12 mois à l’opinion publique. Les dirigeants avaient décidé de fermer l’usine d’Aulnay dès 2010, la fermeture de l’usine n’a rien à voir avec la baisse des ventes en 2012", a dit M\. Mercier à l’AFP.

"Pour le reste", les propos du chef de l’Etat sont "insuffisants", a poursuivi le leader syndical.

 

"Pour nous, l’Etat a les moyens d’interdire la fermeture de l’usine et les licenciements. Récemment, il a interdit à Peugeot de vendre près de 200.000 véhicules à l’Iran, qui est le premier marché international de Peugeot. S’il peut faire cela, il peut interdire les licenciements", a-t-il affirmé.

Par PCF du Jarnisy 54 - Publié dans : Syndicats
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 11 juillet 2011 1 11 /07 /Juil /2011 08:52

http://4.bp.blogspot.com/-3ynV8H2hEck/ThWI0EUsC4I/AAAAAAAAAXk/MJ7A-Bzz-8Q/s320/monoprix-boycott-vol-melon-benne-ordures.jpegUn salarié est menacé de licenciement pour avoir récupéré des fruits dans une poubelle

Viré pour avoir fouillé une poubelle ? C’est la mésaventure qui risque d’arriver à un employé d’un magasin Monoprix à Marseille. Lundi, Kader, cinquante-neuf ans, employé par l’enseigne depuis huit ans, a été mis à pied à titre conservatoire pour avoir récupéré six melons et deux salades dans la benne à ordures du magasin !

« Quand je suis passé devant la poubelle, j’ai vu ces fruits qui allaient être jetés. Je les ai trouvés en bon état. J’ai décidé de les rapporter pour la maison. J’ai juste pour les manger », a expliqué Kader dans la Provence.

Mais voilà le règlement intérieur de la grande surface stipule qu’il est interdit de se servir dans les bennes. «  Je ne savais pas », assure ce réassortisseur dont le travail consiste à placer les produits en rayon.

Mercredi, la CGT et les collègues de Kader se sont réunis devant le magasin pour le soutenir, alors qu’il était convoqué à un entretien préalable à son licenciement, deux ans à peine avant sa retraite. « Ça ne se passe pas dans une contrée moyenâgeuse, mais en France en 2011, dans une entreprise dont l’actionnaire principal, Casino, vient de battre des records de profits au CAC 40 », s’insurge la déléguée syndicale.

De son côté, la direction affirme qu’aucune décision n’a été prise pour la sanction.

Par PCF du Jarnisy 54 - Publié dans : Syndicats
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 2 février 2011 3 02 /02 /Fév /2011 07:34

http://ns200061.ovh.net/~alabowda/images/paulo/07-10-27/la_poste.jpgLe Syndicat Départemental CGT FAPT de Meurthe-et-Moselle a l'honneur de déposer un préavis de grève illimité à compter du 2 février 2011 à 3h couvrant l'ensemble des Personnels Titulaires et Non Titulaires de l'ensemble de la plaque de la PPDC d'Homécourt.

Ce préavis porte sur les revendications suivantes:

 

-  Trop de semaine de sécabilité

-  Indemnités intempéries

-  Manque de personnel (Tournée non couverte lors de l'absence du Titulaire.)

-  Conditions de travail des personnels de Jarny

Par PCF du Jarnisy 54 - Publié dans : Syndicats
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Samedi 29 janvier 2011 6 29 /01 /Jan /2011 07:51

    http://www.agoravox.fr/IMG/chereque-sarkozy.jpgLa carotte et le bâton, c’est la modernité. En substance, c’est ce que François Chérèque, secrétaire général de CFDT, a laissé entendre à propos des primes au mérite pour les proviseurs. Luc Chatel avait annoncé qu’il donnerait jusqu’à 6000 euros sur trois ans aux proviseurs (ou principaux de collèges) dont les établissements génèrent de bons résultats. Pas scandaleux pour le patron de la CFDT, qui voit là « une façon de moderniser la fonction publique ». Cette mesure a été vivement critiquée par le Snes-FSU, le Parti communiste (PCF) ou le Nouveau Parti anticapitaliste (NPA).

Par PCF du Jarnisy 54 - Publié dans : Syndicats
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Dimanche 28 novembre 2010 7 28 /11 /Nov /2010 18:53

 

nicole-notat.1196440402.jpg denis-kessler-494690.jpg

 

 

Nicole Notat, ancienne secrétaire générale de la CFDT, va devenir la nouvelle présidente du Siècle, association qui rassemble l’élite de la bien-pensante. Elle remplacera Denis Kessler, ancien vice président du MEDEF. C’est le changement dans la continuité idéologique

Par PCF du Jarnisy 54 - Publié dans : Syndicats
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 25 novembre 2010 4 25 /11 /Nov /2010 18:01

Son zoo, son casino, ses thermes, l’aménagement d’une forêt, toutes ces initiatives de Jean Kiffer ont fait l’objet de recours devant la justice. La création du golf a par exemple engendré 45 procès, dont un s’est soldé par le versement d’une amende de 200 000 francs à l’époque. L’implantation du plan d’eau du bois de Clouange a aussi fait l’objet de « nombreuses polémiques judiciaires », écrit le maire d’Amnéville sur son blog, en se plaignant d’avoir dû verser la somme de 30 000 euros de ses deniers personnels

http://static.blog4ever.com/2010/01/382612/artimage_382612_2701124_20100513563753.jpg

 

VICTOIRE DES POLICIERS CGT D’AMNÉVILLE           




Le Conseil d’Etat a ordonné la réintégration des deux employés municipaux d’Amnéville, en Moselle, qui avaient été révoqués par le maire après s’être présentés sur une liste CGT

« Merci à la CGT »c’est en ces termes que Thierry Barle, policier municipal à Amnéville (Moselle), s’est exprimé à l’annonce, lundi dernier, de la décision du Conseil d’Etat ordonnant au maire UMP de la ville d’Amnéville, Jean Kiffer, de le réintégrer dans son poste et de lui verser environ 20 000 euros d’indemnités. Après deux ans de lutte, Thierry et son collègue Raphaël Cacciti, qui va bénéficier des mêmes dispositions, se disent soulagés :


«  Sans l’aide de la CGT, de notre avocat et des soutiens de tous nos collègues agents territoriaux de la France entière qui sont venus manifester plusieurs fois devant les portes de la mairie, nous n’aurions pas tenu jusqu’à cette décision. Cela n’a pas été facile pour nos familles. Nous avons vécu toutes ces deux années de combat avec le RMI. Nous espérons maintenant retrouver le plus rapidement possible notre emploi », souligne Thierry Barle.


Les deux policiers municipaux avaient été révoqués en juin 2009 pour avoir, selon le maire, remis quatre ans plus tôt au procureur de la République de Metz un rapport d’information dans lequel ils dénonçaient la gestion des thermes de la ville. Dans les faits, c’est surtout pour avoir proposé leurs candidatures aux élections professionnelles avec l’étiquette CGT. Le conseil de discipline de recours de la région lorraine avait estimé que les agents n’avaient commis aucune faute et qu’il n’y avait pas lieu de les sanctionner.


L’anti syndicalisme acharné du maire a conduit à plusieurs recours devant des tribunaux  administratifs pour s’achever devant le Conseil d’Etat. La réintégration de Thierry et de Raphaël devrait intervenir dans les prochaines semaines, selon Denis Pesce, secrétaire de l’union départementale CGT. « En fait, cela fait cinq ans que le maire s’emploie à pourrir la vie de Thierry et Raphaël pour l’unique raison qu’ils ont osé se syndiquer à la CGT. Dans cette commune, les droits des salariés sont bafoués quotidiennement sans que les autorités de l’Etat osent intervenir. J’espère maintenant qu’avec cette décision de haute juridiction de l’Etat, le préfet usera de son pouvoir pour remettre l’ordre républicain au cœur de cette municipalité », espère-t-il


Lu dans l’Humanité le 24 novembre 2010



Par PCF du Jarnisy 54 - Publié dans : Syndicats
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 24 novembre 2010 3 24 /11 /Nov /2010 12:52

Au cours de la réunion du Comité Hygiène et Sécurité du 4 octobre dernier, M. le Maire affirme que la Mairie demeure « la Maison du Peuple ».

Le lendemain, c'est-à-dire le mardi 5 octobre 2010 à 16h50, la Police Municipale accompagnée du Directeur Général des Services et d’un Maire-Adjoint ont évacué par la force le Collectif Hayangeois « Pour 1 ATSEM par classe ». 

Cette pratique scandaleuse est indigne de la conception démocratique pour laquelle nous militons. La direction a prétexté un trouble de l’ordre public. Il s’agit d’un mensonge. Les nombreux parents d’élèves, les enseignants et les militants syndicaux présents attestent qu’il n’y avait aucune volonté de perturber les services municipaux. Aucun administré et aucun salarié n’ont été gênés.
Les échauffourées sont apparues au moment où la Police Municipale a évacué, avec violence, un de nos militants. Cela s’est passé précisément à 16h50, c'est-à-dire durant les heures d’ouverture au public.
En pratiquant la répression syndicale, la municipalité a franchi un palier dans une spirale dangereuse.

L’Autorité Territoriale supprime des postes et dégrade les conditions de travail, ce n’est pas nouveau. Désormais, elle réprime la contestation.

Nous sommes syndicalistes avec pour objectif la défense du personnel et du Service Public. On peut apprécier ou pas notre activité syndicale mais la violence affichée à notre encontre de la part d’un collègue Territorial est surprenante. Excès de zèle,  perte de sang froid ou autre ? A chacun son idée. 

Le comble dans cette affaire, c’est que le représentant CGT brutalisé, est convoqué devant le Conseil de Discipline du Centre de Gestion de la Moselle pour injure. Il est demandé 15 jours de mise à pied.

Malgré les tentatives de médiation, la municipalité affiche son entêtement en engageant un avocat spécialement pour cette affaire. 

Que faut-il comprendre ?
Alors qu’il existe des faits et des propos plus graves au sein même de la collectivité, un militant CGT venu défendre l’intérêt général est traduit devant un Conseil de Discipline. Il s’agit d’un véritable scandale. Cette répression injuste et irrationnelle, s’inscrit pour intimider et faire taire la contestation actuelle et celles à venir.


En pratiquant une méthode d’un autre temps, Le Maire et la Direction renforcent nos convictions et notre détermination à combattre la politique de réduction de dépense publique,  celle-ci visant à liquider les Services Publics et ses agents.

http://www.devoir-de-philosophie.com/images_dissertations/11943.jpg


La seule réponse à apporter est de participer massivement à une manifestation contre les suppressions de postes et la répression syndicale le :


Samedi 27 novembre 2010 à 10h
devant la Mairie de HAYANGE





Pour le maintien de nos emplois,
Pour la liberté d’expression,
Mobilisons-nous en masse !

Par PCF du Jarnisy 54 - Publié dans : Syndicats
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 13 novembre 2010 6 13 /11 /Nov /2010 19:36

 Déclaration commune des organisations syndicales CFDT, CGT, FSU, Solidaires, UNSA

 

Le mouvement social est légitime et conforté

Après plusieurs semaines de mobilisation et malgré les moyens déployés par le gouvernement pour tenter d’accréditer l’idée que « la page retraite » est tournée, ce sont 1,2 million de salariés qui ont manifesté le 6 novembre dans 243 villes contre cette réforme des retraites injuste et inefficace.


 Si chacun a conscience que la loi sur les retraites est susceptible d’être promulguée dans les prochains jours, l’heure n’est pas à la résignation. Les organisations syndicales continueront d’agir pour la réduction des inégalités, une véritable reconnaissance de la pénibilité et d’autres alternatives pour le financement du système de retraites par répartition. Elles réaffirment leur attachement au maintien de l’âge légal de départ en retraite à 60 ans et de l’âge du taux plein à 65 ans.


 Elles constatent que la situation économique et sociale reste très dégradée et toujours préoccupante pour les salariés, les retraités, les chômeurs et les jeunes qui subissent toujours durement les conséquences d’une crise qui dure.
 Les organisations syndicales considèrent que la mobilisation d’un niveau exceptionnel depuis plusieurs mois a mis en lumière l’insatisfaction criante des salariés et leurs revendications en matière d’emploi, de salaires, de conditions de travail, d’inégalité entre les femmes et les hommes, de fiscalité et de partage des richesses. Elles décident d’approfondir leurs analyses et propositions sur ces questions afin d’interpeller le gouvernement et le patronat.


 Les organisations syndicales décident de poursuivre la mobilisation dans l’unité en faisant du 23 novembre une journée nationale interprofessionnelle de mobilisation par des actions multiformes. Ces actions doivent répondre aux préoccupations des salariés et permettre la participation du plus grand nombre. Elles demandent aux organisations territoriales et professionnelles d’en préciser les modalités (rassemblements, manifestations, meetings, arrêts de travail…).


 Des initiatives dans les territoires et les entreprises sont déjà prévues. Les organisations syndicales veilleront à assurer leurs réussites.


 Les organisations syndicales s’engagent dès à présent à participer activement à la journée d’action Européenne du 15 décembre pour s’opposer aux plans d’austérité qui se multiplient en Europe.

 

 Les organisations se reverront le 29 novembre 2010.

Par PCF du Jarnisy 54 - Publié dans : Syndicats
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 18 mai 2010 2 18 /05 /Mai /2010 23:50

Les organisations syndicales CFDT, CGT, FSU, Solidaires, UNSA


appellent à une journée nationale de mobilisation!!!


Emploi, salaires, retraite : tous mobilisés, rassemblés et exigeants !

Dans un contexte économique et social caractérisé par une situation de l’emploi dégradée, des difficultés de pouvoir d’achat et une aggravation des conditions de travail pour de nombreux salariés, dans le public et dans le privé, en France et en Europe, les organisations syndicales CFDT, CGT, FSU, Solidaires, UNSA réaffirment que la sortie de crise passe par des politiques publiques en faveur d’une relance économique intégrant la satisfaction des besoins sociaux.

Avant même que le Président de la République ne réunisse un "sommet social" le 10 mai 2010, le Premier ministre annonce un gel des dépenses de l’Etat pour les 3 ans à venir. Les organisations syndicales CFDT, CGT, FSU, Solidaires, UNSA condamnent cette annonce et considèrent que la réduction des déficits ne peut être envisagée sans assurer la cohésion sociale et la réduction des inégalités, en particulier par une fiscalité plus redistributive.

Donner la priorité à l’emploi stable, améliorer les salaires et le pouvoir d’achat, réduire les inégalités, réorienter la fiscalité vers plus de justice sociale, investir pour l’emploi de demain par une politique industrielle prenant en compte les impératifs écologiques et par des services publics de qualité restent nos objectifs communs.

Concernant les retraites, elles rappellent que l’emploi "en quantité, en qualité et qualifié, reconnu et valorisé" doit devenir une priorité dans les entreprises et les administrations pour redonner du sens au travail, à la société toute entière. C’est une source de financement incontournable pour assurer le devenir et la pérennité de notre système de retraites par répartition basé sur la solidarité intergénérationnelle. Une plus juste répartition des richesses, la réduction des inégalités, l’égalité entre les Femmes et les Hommes au travail s’imposent aussi pour garantir à tous un bon niveau de vie à la retraite. L’âge légal de départ en retraite à 60 ans doit être maintenu. La pénibilité du travail doit être reconnue et ouvrir des droits à un départ anticipé à la retraite.

La concertation en cours, le calendrier extrêmement serré imposé n’offrent pas une qualité de dialogue social acceptable pour répondre à un tel enjeu de société, d’autant que les seuls éléments de la réforme proposée restent le recul de l’âge légal de départ à la retraite et l’allongement de la durée de cotisation dans un cadre budgétaire constant.

Pour toutes ces raisons et dans un cadre unitaire, les organisations syndicales CFDT, CGT, FSU, Solidaires, UNSA appellent les salariés, les retraités, les jeunes et les privés d’emploi à une journée nationale de mobilisation le jeudi 27 mai 2010 pour interpeller ensemble les pouvoirs publics, tous les employeurs et peser sur les choix à venir.

Elles appellent l’ensemble de leurs organisations à se rencontrer pour décider, dans les entreprises et lieux de travail, d’actions unitaires de haut niveau donnant lieu à des grèves et des manifestations interprofessionnelles dans les territoires.

 

Au niveau régional, une manifestation interprofessionnelle pour


l’emploi, les retraites et le pouvoir d’achat est organisée à Metz.


RENDEZ VOUS A 14H30, PLACE DE LA GARE.


Le PCF du Jarnisy s'associe à cette journée et organise un départ


collectif pour la manifestation de Metz avec départ devant la


Maison du Peuple de Jarny à 13h30. 

Par PCF du Jarnisy 54 - Publié dans : Syndicats
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés