PERMANENCES HEBDOMADAIRES

Tous les vendredis de 16h à 18 heures
à La Maison du
 Peuple de Jarny,
elles sont ouvertes à tous!!!

Présentation

VISITEURS :



compteur pour site web


compteur visite

Pcf du Jarnisy

Créez votre badge 

FLASHCODE:

 

flashcode

 

Capturelgugvsd

Texte Libre

 

Elections

Samedi 15 décembre 2012 6 15 /12 /Déc /2012 21:00

blog-9.png.jpgLes communistes du Jarnisy se sont prononcés vendredi 14 décembre 2012 sur l’un des 4 textes proposés : le projet de la direction sortante et 3 textes alternatifs.

Malgré les turbulences de cette année, la section ne dépose pas le marteau et la faucille à terre. Elle garde ses positions de classe et prépare la riposte  face à la politique programmée de super austérité et à la violence sociale qu’elle engendre.

Les camarades se sont déplacés à la Maison du Peuple de Jarny pour marquer leur union militante et s’exprimer clairement

A 95,16% pour le texte alternatif  n°3 «  Un parti résolument communiste dans l’affrontement de classe. Ni abandon, ni effacement, cosigné par Jean Baus (secrétaire de la section) et Christian Tabaglio (membre du conseil national),

3.23%  pour la base commune adoptée par le Conseil national «  il est grand temps de rallumer les étoiles »

1.61%  pour le texte  alternatif n° 2 « Combattre l’austérité, en finir avec le capitalisme »

 et 1 bulletin  nul

La section du Parti Communiste du Jarnisy enfonce le clou pour un parti résolument communiste dans l’affrontement de classe.

Par PCF du Jarnisy 54 - Publié dans : Elections
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 9 décembre 2012 7 09 /12 /Déc /2012 22:39

blog-7.png Rien ne fait plus de mal aux travailleurs que la collaboration de classes. Elle les désarme dans la défense de leurs intérêts et provoque la division.

 La lutte de classes, au contraire, est la base de l’unité, son motif le plus puissant. C’est pour la mener avec succès, en rassemblant l’ensemble de tous les travailleurs, que nous devons nous battre. La lutte de classes n’est pas une invention, c’est un fait, camarades. C’est la volonté d’un Parti Communiste fort et influent !

Dans la partielle de Béziers, Paul Barbazange  a choisi à nouveau d’aller à contre sens. Il a effacé  son Parti pour une démarche floue, Don Quichotte dans un Front de Gauche satellite du PS, qui prive toute volonté, toute ambition révolutionnaire !!!

Dimanche, le candidat FdG enregistre une chute vertigineuse, passant de 6,26% en juin à 4,48%  en décembre dès le 1er tour,  ce triste résultat marque les limites du texte alternatif n° 1,  "Pour un PCF de combat, marxiste, populaire et rassembleur," que défend notre camarade. Il accentue l’abandon et les renoncements du drapeau rouge du mouvement ouvrier.

Plus grave encore, il oblige dès aujourd’hui, 9 décembre 2012,  toutes les victimes de la crise à se livrer pieds et mains liés à l’exploitation et à l’écrasement !

Mes camarades, battons-nous pour un Parti résolument communiste, dans l’affrontement de classes.

« L’émancipation des Travailleurs sera l’œuvre des     Travailleurs eux-mêmes » (KARL MARX)

 

MONNINI Eric,

Membre du bureau de section

Membre du Comité Fédéral de Mthe et Mlle

Par PCF du Jarnisy 54 - Publié dans : Elections
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 5 décembre 2012 3 05 /12 /Déc /2012 18:02

blog-5.jpg Aux législatives de juin dernier, le candidat du PS, Philippe Kemel, a été élu avec 118 voix d’avance sur la candidate du FN, Marine Le Pen, dans la 14ème circonscription du Pas-de-Calais (Hénin-Beaumont, Carvin…).

 

C’est aussi la circonscription où le Front de gauche avait décidé de parachuter Jean-Luc Mélenchon. La direction du PCF a alors obtenu un revirement étonnant de la direction de la fédération du PCF du Pas-de-Calais. Celle-ci est passée, en quelques jours, d’héritière des positions fédérales contre l’effacement du PCF à soutien actif de sa nouvelle formule, le Front de gauche. Le secrétaire fédéral, Hervé Poly, devenu suppléant, s’est montré le serviteur loyal, sans défaut, de Mélenchon tout au long de la campagne.

 

Malgré cela, malgré le ralliement d’élus socialistes de la circonscription, malgré les prestations de personnalités de gauche (Guy Bedos…), Mélenchon est arrivé derrière le maire PS de Carvin.

 

Bien des observateurs ont souligné comment sa croisade populiste autant que politicienne, superficielle et parisianiste a même servi Marine Le Pen, surtout après le ralliement « sans conditions » à François Hollande. Le point de vue communiste, en tout cas, indépendant, était absent.

 

Au plan national, après les présidentielles, la candidature Mélenchon dans le Pas-de-Calais a servi d’étiquette et de profession de foi aux autres candidats du Front de gauche, provoquant un premier dégonflement électoral.

 

Le FN a déposé un recours en invalidation de l’élection. Le Conseil constitutionnel doit statuer dans les semaines qui viennent.

 

118 voix d’écart, ce n’est rien, d’autant que toutes les forces politiques avouent que les procès-verbaux des bureaux de vote sont un peu approximatifs. Le Conseil constitutionnel dispose donc d’une grande latitude pour une décision qui sera très politique.

 

Pour l’instant, les rumeurs annoncent plutôt une validation par le Conseil de l’élection de Philippe Kemel. L’annuler, alors que la politique antisociale de son parti commence à battre son plein et que l’UMP est en pleine crise, ce serait faire le jeu de l’extrême-droite, offrir une tribune à Mme Le Pen, très tôt dans le quinquennat.

 

Mais les voies du Conseil constitutionnel sont impénétrables ! Et certains commencent à s’inquiéter gravement, en premier lieu… les tenants du Front de gauche, ainsi qu’ils le montrent dans les médias. Si une nouvelle élection doit être organisée dans les deux mois, comment Jean-Luc Mélenchon pourra-t-il se faire porter pal ?

 

Les dilemmes de Mélenchon

 

Il ne peut pas ne pas se présenter. 

En juin, il est venu jouer le matador à Hénin-Beaumont. Après la claque électorale, pour limiter les dégâts politiques, il a dû jurer grands dieux qu’il ne lâcherait rien dans ces terres jusqu’alors inconnues. S’il ne revient pas faire rempart à Marine Le Pen, il se déconsidère.

 

Mais s’il se représente, il risque la mort politique et celle du Front de gauche.

A nouveau candidat, Mélenchon risque fort de porter la responsabilité de l’élection de Marine Le Pen.

En effet, il n’a qu’un créneau possible, dans sa posture politique, celui de la contestation à gauche de son ex-parti, le PS : une contestation arrogante dans les mots mais complaisante dans les propositions. A Hénin-Beaumont et Carvin, il sera obligé d’attaquer le député PS sur sa probité, sur les affaires qui agitent la fédération PS du Pas-de-Calais. Mais sur le fond, Maastrichien avéré, partisan de l’UE « sociale », il laissera le terrain à nouveau à la démagogie de Marine Le Pen.

Eliminé à nouveau au 1er tour (surtout si le PS, réconcilié dans le 62 a pu recomposer ses réseaux clientélistes), ou au second par Marine Le Pen, Mélenchon encourt un échec majeur, rédhibitoire, pour lui-même mais aussi pour le Front de gauche.

 

La direction du PCF perçoit bien le danger, à quelques semaines de son congrès.

Pour poursuivre le processus d’effacement et de transmutation réformiste du PCF, après l’épisode des « collectifs antilibéraux », Marie-George Buffet, Francis Wurtz, Pierre Laurent… sont allés chercher Mélenchon pour constituer le « Front de gauche ». Ils ont placé leur destin, sinon celui de notre Parti, entre les mains d’un opportuniste trotskyste, mitterrandien, socio-démocrate, pro-UE…  Peu a importé le coût, même en termes d’élus, avec la perte de la moitié des conseillers régionaux et des députés PCF. Même la frénésie médiatique électorale retombée, Mélenchon demeure le 3ème opposant potentiel à Hollande, après Fillon et Copé, avec  17%, dans un sondage BVA. Pierre Laurent obtient 1%.

Dans cette période de préparation du congrès du PCF, un désaveu de la personnalité Mélenchon mettrait à mal la poursuite imposée de cette stratégie. Sans Mélenchon, plus de Front de gauche : la direction du Parti se retrouverait directement en face de ses reniements !

Pour sauver la mise, si jamais le Conseil constitutionnel invalidait, quel recours ?

En mai et juin, Mélenchon, sauveur, a traité les communistes locaux, 100 fois plus importants que son PG, avec condescendance, en substance : « vous avez été des nuls mais merci de coller mes affiches ». La Fédération du Pas-de-Calais du PCF a cédé aux pressions de la direction du Parti et joué totalement le jeu de Mélenchon.

Maintenant, elle est en situation de lui sauver la mise. Secrétaire fédéral, ex-suppléant de Mélenchon sur la circonscription, Hervé Poly  avance dans la presse, notamment dans l’hebdomadaire du PCF « Liberté 62 », la nécessité d’une candidature commune à gauche contre le FN.

Voilà Mélenchon sorti d’affaire ! Ses alliés communistes préfèrent aller avec le PS dès le 1er tour ! Lui, il n’y peut rien. Il doit respecter son allié et son inféodation au PS.

Dans l’alignement derrière le PS, comme derrière Mélenchon, le plus grave est l’abandon des positions communistes, de notre organisation dans les quartiers et les entreprises, dans une terre comme le Pas-de-Calais où notre parti représente tant. Mme Le Pen distribue aux portes de la Française de mécanique sans être refoulée par les salariés. Elle prend garde de ne pas attaquer l’héritage communiste mais de cibler le PS. Elle reprend, sans avoir à ressortir ses vieux relents nationalistes, l’opposition à l’UE.

Dans la stratégie du Front de gauche, le PCF choisit l’effacement ! Pour sauver la mise à Mélenchon et à l’opération nationale qui prive le pays, les travailleurs, leurs syndicats, de leur force politique révolutionnaire historique, le PCF.

De petits calculs électoraux traduisent de pauvres mais graves compromissions.

Ne laissons pas faire ! Au nom du PCF !

 

Par PCF du Jarnisy 54 - Publié dans : Elections
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 8 mai 2012 2 08 /05 /Mai /2012 09:55

Capture3.JPGCapture4.JPG

 

Une quarantaine de camarades se sont retrouvés dans une ambiance festive et fraternelle

tout le long de la soirée (non-stop) à la Maison du Peuple, pour savourer la défaite de Nicolas Sarkozy. Trois promesses d’adhésion à notre parti ont été réalisées au cours de cette soirée.

 

Les Français se sont mobilisés nombreux pour battre Nicolas Sarkozy et sa politique. Certes, depuis pas mal d’années, les gouvernements successifs détricotent les avancées sociales et démocratiques conquises avec le Front populaire et le Conseil National de La Résistance, sans oublier Mai 68.

Mais jamais depuis 5 ans, un gouvernement n’avait fait preuve de tant de cynisme envers le peuple, poussé aussi loin la casse du pays, affiché aussi violemment sa volonté que les riches s’enrichissent au détriment des salariés et des pauvres, méprisé autant les valeurs républicaines d’égalité, de fraternité, de liberté.

C’est pourquoi nous avons appelé sans hésiter à infliger une sévère défaite à Nicolas Sarkozy, en votant pour François Hollande au second tour de la présidentielle le 6 mai.

Au-delà, nous savons que notre pays a besoin de profonds changements pour renouer avec la justice, la solidarité, la démocratie, le progrès social. Il faut rompre avec 20 ans de régression.

Le pouvoir d’achat est une préoccupation majeure. Le SMIC à 1 700 euros et l’augmentation des salaires, la hausse des allocations familiales et des minima sociaux ne sont pas du luxe pour que chacun puisse vivre dignement.

Le blocage des prix, des produits de première nécessité — alimentation, énergie, loyers — sont absolument nécessaires pour que la misère et l’exclusion reculent.

Les services publics doivent être reconstruits et développés : école, santé, transports, électricité, postes… pour renouer avec l’égalité.

La retraite à 60 ans à taux plein, volée aux salariés, doit être rétablie sans délai.

Au plan international, il faut rompre avec la politique guerrière et sortir de l’OTAN.

Tout cela exige de se soustraire aux diktats du capital en nationalisant des secteurs essentiels de l’économie et de la finance, en se libérant des traités-carcans de l’union européenne, en refusant de payer une dette qui relève de l’usure. Le bilan de l’euro doit être fait.

De telles mesures ne sont pas dans le programme de François Hollande et ne seront en aucun cas « données» sans de grandes batailles.

Les commissaires de la Commission européenne, les charognards de la marchandisation mondialisée, les vautours de la finance ne vont pas lâcher prise.

En France, comme en Grèce, ils veulent faire payer le peuple. Il va falloir beaucoup de courage, d’engagement, de luttes, de solidarité, pour faire reculer le pire, gagner ou regagner des mesures permettant des progrès sociaux et démocratiques.

Elisons de nombreux députés communistes qui seront des points d’appui et des relais à l’Assemblée nationale. Pour  la 6ème circonscription, Julie Meunier, sera la candidate du  Parti  communiste.

Faisons de cette victoire sur Sarkozy

un premier pas de la contre-offensive populaire !

 

Le bureau de section du parti communiste du Jarnisy

Par PCF du Jarnisy 54 - Publié dans : Elections
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 23 février 2012 4 23 /02 /Fév /2012 06:13

http://static.mcetv.fr/img/2012/01/%C3%A9lection-pr%C3%A9sidentielle-2012.jpg

Pour la 2ème fois, en 2012, les élections Présidentielles et législatives seront concomitantes. Ces deux élections revêtent, chacune à leur niveau, des enjeux de classe importants. Les salariés, le monde du travail et de la culture… ont bien saisi ces enjeux.

 

Les élections présidentielles, le niveau du débat politique, la politique spectacle, les « affaires » et déballages de tout genre occultent les véritables préoccupations du peuple, du monde du travail, leurs revendications pour l’emploi, les salaires, le retour de la retraite à 60 ans et 55 ans pour les métiers pénibles… Elles relèguent au second plan les élections législatives et les débats nécessaires de la représentation nationale sur les sujets qui intéressent les salariés et leur avenir. Elles bafouent la démocratie représentative et enterrent la réelle démocratie directe des travailleurs et du peuple pour lequel nous luttons. La réforme des retraites en 2010 est emblématique de la dérive autoritaire de l’Etat. Contre l’avis de millions de salariés et de retraités, c’est en force que le gouvernement a fait passer sa loi, allongeant la durée de cotisations à 42 ans.

 

Le patronat, les dirigeants de l’UMP, mettent leurs pas dans ceux du FN en annonçant dès maintenant la poursuite de la privatisation et de la casse du service public et de l’emploi, l’accélération de la réforme des retraites pour aller vers une retraite à 65 ans ou 67 ans, une réforme de l’assurance maladie impliquant davantage les assureurs privés, l’instauration autoritaire de la « TVA sociale », véritable recul de civilisation, la mise en cause des salaires et du Smic, des conventions collectives, une attaque frontale contre les libertés.

Les travailleurs, les salariés, les pauvres exigent plus de fermeté contre les capitalistes et les riches, plus d’actes concrets permettant de combattre la pauvreté tout de suite et jeter les bases d’une société plus juste et plus humaine. Les travailleurs ont besoin plus que jamais de renforcer le courant politique révolutionnaire en luttant pour des changements fondamentaux. Leur vote aux prochaines élections présidentielle et législatives sera d’autant plus utile qu’il permettra de renforcer le poids de ceux qui agissent réellement pour des changements radicaux et pour combattre les ornières d’une gestion de gauche de la même austérité pour les pauvres.

 

Votons pour les candidats

du Parti Communiste Français

 

Par PCF du Jarnisy 54 - Publié dans : Elections
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 21 février 2012 2 21 /02 /Fév /2012 12:49

http://i.huffpost.com/gen/502098/thumbs/s-AFFICHE-SARKO-large300.jpgLe cadre de la campagne de Nicolas Sarkozy est désormais posé, c’est du 100% réac ! Pour séduire l’électorat d’extrême droite, il refuse le mariage homosexuel et relance le débat sur l’identité nationale qu’il oppose à la religion musulmane. Sans honte, il ose prétendre que « la France est née de la rencontre entre la volonté des rois et celle de l’Eglise ».  Le peuple n’existe pas et même Jeanne d’Arc n’est plus qu’un point de rencontre entre la couronne et la croix…

C’est l’histoire revue par Nicolas-Du-Chardonnet et ses cohortes intégristes. Que Marine Le Pen ne s’inquiète pas ! Si elle ne parvenait pas à réunir les parrainages nécessaires à sa candidature, ses idées seraient bien présentes dans la campagne électorale.  Et si c’était le but ?

Le Figaro Magazine n’est pas encombré ce week-end de grands desseins, mais de calculs minuscules.

Par PCF du Jarnisy 54 - Publié dans : Elections
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 4 mai 2011 3 04 /05 /Mai /2011 11:23

http://www.agoravox.tv/IMG/jpg/vote_ouvrier_2012.jpg

 

Face au FN, il est « urgent de se réveiller », selon Alain Bocquet (PCF)

 

Sondages. Mme le Pen séduit l’électorat ouvrier. C’est ce que révèle en tout cas un sondage IFOP publié en début de semaine par le « JDD », en plaçant la présidente du FN à 36% des intentions de vote chez les ouvriers. En comparaison, les candidats de gauche semblent largués : Dominique Strauss-Kahn est le mieux placé avec 17% des intentions de vote, alors que Jean-Luc Mélenchon et Olivier Besancenot sont respectivement à 2% et 1%. Les ouvriers déçus par Nicolas Sarkozy (15%) ne se retrouvent donc toujours pas à gauche.

« Cela ne m’étonne pas du tout », explique le député communiste du Nord, Alain Bocquet. « Je ressens depuis des années, sur le terrain, cette fuite de la classe ouvrière qui existe pourtant bel et bien. Plus largement, le monde du travail a été particulièrement meurtri par les promesses non tenues du temps de la gauche, sous Mitterrand comme sous la gauche plurielle. » Pour le député communiste, « il ne s’agit pas d’un vote d’adhésion à des idées racistes mais de l’expression d’une colère forte », tandis qu’en face, « il n’y a pas de perspectives crédible à gauche ». «  Le monde du travail s’est fait avoir par le vote Sarkozy, et met un coup de pied dans la fourmilière avec le vote Le Pen ». Et Alain Bocquet de fustiger la « démagogie sans borne » de la présidente du FN. Selon lui, « on ne s’en sortira qu’avec une grande franchise envers le monde du travail, avec du concret, dans les luttes ».

« Il y a urgence à se réveiller, et faire un travail de fond, de proximité avec les gens », prévient-il.

Par PCF du Jarnisy 54 - Publié dans : Elections
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 25 avril 2011 1 25 /04 /Avr /2011 07:04

http://laregledujeu.org/files/2010/08/Nicolas-Sarkozy.jpg

"Je veux que, d'ici à deux ans, plus personne ne soit obligé de dormir sur le trottoir et d'y mourir de froid."

 

JAMAIS RÉALISÉ

– Cette promesse quelque peu incantatoire semblait déjà difficile à réaliser lorsque Nicolas Sarkozy l'avait évoquée voilà cinq ans. La crise a définitivement mis fin à cette idée, même si le chef de l'Etat a évoqué, en 2008, la possibilité de placer les SDF arbitrairement à l'abri en cas de grand froid. On peut également parler du "droit au logement opposable", qui permet de former un recours pour un logement. Cent mille dossiers ont été déposés, selon la Fondation Abbé-Pierre, pour à peine trois mille relogements. Un collectif recensait trois cent quarante SDF morts dans la rue en 2010, dont une partie du fait du froid.

Par PCF du Jarnisy 54 - Publié dans : Elections
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 30 mars 2011 3 30 /03 /Mars /2011 07:47

pcf

Au lendemain des élections cantonales qui ont mis en lumière, dans un contexte historique d'abstention, la défaite de la majorité présidentielle et la poussée du FN, un des enseignements majeurs du scrutin semble échapper à nombre de commentateurs. Il s'agit du score du Parti communiste avec 113 communistes élus. Les clichés sur le coma dépassé du PCF volent en éclat. Le Parti Communiste devient la deuxième force de gauche avec, pour ordre de grandeur, 5 fois plus de conseillers généraux qu'EELV en France, soit près de 250 conseillers généraux. En plus de garder la présidence des conseils généraux de l'Allier et du Val-de-Marne, le PCF renforce ses positions et se remet en situation de conquête pour les prochaines législatives et municipales.

Fort de ces bons résultats, le PCF va amplifier la démarche politique qu’il a initiée. Il va consacrer toute son énergie à mobiliser les salarié-es qui n'en peuvent plus de la politique gouvernementale. La démocratie est malade dans notre pays. L'ostracisme médiatique à l'égard du PCF, en dépit des résultats du suffrage universel, n'a que trop duré. Il n'est pas trop tard pour faire cesser cette discrimination. Le vote des 20 et 27 mars a démontré qu'il demeurait, au risque d'en faire tousser quelques uns, une force politique majeure qui comptera pour l'avenir.

Par PCF du Jarnisy 54 - Publié dans : Elections
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mardi 29 mars 2011 2 29 /03 /Mars /2011 07:36

http://bellaciao.org/fr/IMG/jpg/pierre_laurent_pcf.jpg

Les résultats du scrutin, connus à cette heure, garantissent la victoire des forces de gauche contre la droite et l'extrême droite. Les électeurs ont clairement sanctionné la politique de Nicolas Sarkozy à l'occasion de cette élection.Il est confirmé ce soir comme la deuxième force à gauche. Plus de 100 conseillers généraux qui représentaient notre rassemblement dans cette élection seront élu-es ou réélu-es. Parmi eux, la quasi totalité des sortants communistes. Les deux conseils généraux qu'un communiste présidait le seront demain avec des majorités confortées. J'adresse à tous ces élu-es mes sincères et chaleureuses félicitations. C'est une très bonne nouvelle pour les populations qui disposeront, dès demain, de conseillères et conseillers généraux de gauche combatifs et déterminés à mettre en œuvre des politiques départementales conformes à leurs intérêts. Je veux féliciter tous les militants communistes dont l'engagement a été décisif pour obtenir ce résultat. Les leçons de ce scrutin ne doivent pas être oubliées. Alors que la droite est aujourd'hui rejetée et que la défiance à l'égard de la vie politique est grandissante, la priorité des forces sociales et démocratiques doit désormais être à la construction d'une alternative crédible à gauche. Le Parti Communiste Français consacrera toute son énergie à mobiliser les salarié-es qui n'en peuvent plus de la politique gouvernementale et à contrer les opérations démagogiques du Front national qui visent à détourner l'aspiration au changement des Français-es. J'appelle les communistes, dans tout le pays, à l'appui des résultats de ce scrutin, à multiplier les initiatives dans les semaines et les mois qui viennent pour créer la dynamique politique et populaire qui permettra de sortir la France de la crise et de réussir le changement.

Par PCF du Jarnisy 54 - Publié dans : Elections
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés