Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PCF DU JARNISY 54
  • PCF DU JARNISY 54
  • : PCF du Jarnisy Section Henri Bezon
  • Contact

PERMANENCES HEBDOMADAIRES

Tous les vendredis de 16h à 18 heures
à La Maison du
 Peuple de Jarny,
elles sont ouvertes à tous!!!

VISITEURS :



compteur pour site web


compteur visite

Pcf du Jarnisy

Créez votre badge 

20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 07:57

cfhxhf

Repost 0
Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Politique nationale
commenter cet article
19 février 2011 6 19 /02 /février /2011 10:00

http://slauro.blog.pacajob.com/public/argent.bmp

Il est des coïncidences qui ne trompent pas.

D'un coté, on apprend que les revenus des patrons du CAC 40 sont repartis à la hausse en 2009, 928 000 euros en moyenne contre 864 000 euros en 2008.

De l'autre, le gouvernement annonce vouloir relever le plafond de l'ISF de 800.000 euros à 1,3 millions d'euros.

Enrichir les riches, voilà l'urgence de la droite !


  Non content de se goinfrer sur le dos des salariés, il leur faut en plus que l'État passe à la caisse avec de nouvelles dispositions de défiscalisation ! C'est faire peu de cas d'une société qui part en lambeaux, où l'immense majorité de la population se demande tout simplement : « Comment je vais pouvoir m'en sortir… Quel avenir pour mes enfants? »


  Cette cupidité n'a que trop duré. Les temps sont aux changements. Ils viennent de l'autre rive de la Méditerranée avec un vent d'une force puissance 7. Le gouvernement ferait mieux d'y prendre garde et de calmer l'indécent appétit de la bande du Fouquet's.

Repost 0
Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Economie
commenter cet article
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 12:27

http://jcelfassi.com/wp-content/uploads/2011/02/mam.jpegSemaine après semaine, les révélations par la presse sur les vacances de la ministre des affaires étrangères en pleine révolution tunisienne, n'en finissent plus d'alimenter le débat médiatique.
  Après la polémique de l'avion privé, tous frais payé par un homme proche du pouvoir Ben Ali, voilà qu'on apprend que les parents de la ministre, âgés de 92 et 94 ans, auraient racheté des parts appartenant à ce même homme d'affaires dans une société civile immobilière le 30 décembre dernier, en plein voyage controversé de la ministre en Tunisie. On touche le fond !
  Cette comédie n'a que trop duré. Que Michèle Alliot Marie cesse de prendre les Français-e-s pour des imbéciles. Si MAM avait un minimum de dignité, elle tirerait elle-même les conclusions qui s'imposent ! Le débat public mérite autre chose que ce torrent de boue continu.

Repost 0
Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Politique nationale
commenter cet article
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 09:28

Capture65418648964.PNG

André Chassaigne, député communiste du Puy de Dôme sera présent le 1er mars 2011 à 20 heures à AUDUN LE ROMAN espace Louis Aragon, et tiendra un meeting de soutien aux candidats communistes pour les prochaines élections cantonales qui auront lieu les 20 et 27 mars 2011.

Pour pouvoir se rendre à ce meeting, la section du Parti communiste français du Jarnisy organise gratuitement un départ collectif en bus :

19h devant la Mairie de Jarny,

19 h 10 à Conflans en face du cinéma

19 h 15 devant la maison de retraite de Labry

S’inscrire impérativement en téléphonant au 03/82/33/97/37 ou 06/49/77/79/15

Repost 0
Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Initatives et rendez-vous
commenter cet article
17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 07:00

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/d1/Fret_SNCF_437023.JPG/800px-Fret_SNCF_437023.JPG

A partir du 14 février, le CCE-SNCF, associé au CE Fret de la SNCF, lance une campagne pour la défense du fret ferroviaire. Cette campagne prendra la forme d’affiches d’un format de 4x3 mètres en mode statique ou de 4x2 mètres en mode déroulant. Ces affiches seront apposées durant une semaine sur environ 1 900 panneaux dans plusieurs points de l’Hexagone.

 

Une telle initiative revêt de notre part un caractère inhabituel. La situation apparaît à bien des égards comme préoccupante, voire critique. Entre 2000 et 2009, la part du fret ferroviaire a été divisée par deux, passant de 55,4 milliards de tonnes kilomètre (GTK) à 26,5 milliards de tonnes kilomètre (GTK).

Entre 2008 et 2010, les effectifs dédiés à Fret SNCF sont passés de 14 933 à 11 793 cheminots. En 2010, cette branche a connu une baisse de ses effectifs de 18,6 %. Quelle entreprise serait en mesure d’encaisser un tel plan social ? Avec une part modale de l’ordre de 15 % (contre plus de 80 % pour la route), le fret ferroviaire en France est en déclin constant, bien loin de pays comme l’Allemagne (33 %), l’Autriche (37 %) ou la Suisse (40 %).

 

Dans un tel contexte, l’objectif annoncé lors du Grenelle de l’environnement, de porter, d’ici 2022, à 25 % le volume des marchandises transportées en mode alternatif (fluvial et ferroviaire), sera difficile à atteindre. Aujourd’hui, la SNCF s’apprête à porter le coup de grâce à l’activité du Wagon isolé, qui représente pourtant 60 % des trafics. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’offre : « multilots multi-clients » qui se profile est loin de séduire les chargeurs.

 

 Somain, Villeneuve-Saint-Georges, Sotteville, Miramas… la liste des triages menacés de fermeture s’allonge, au point de se demander s’il ne s’agit pas de faire de la place aux opérateurs privés. Ce démantèlement risque en effet d’affecter définitivement les capacités de production de la SNCF. Parallèlement, tandis que l’infrastructure ferroviaire est dans de nombreuses régions en mauvais état, les pouvoirs publics continuent d’investir dans le transport routier, avec en 2010

des projets de construction de 819 kilomètres d’autoroutes supplémentaires.

Repost 0
Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Initatives et rendez-vous
commenter cet article
16 février 2011 3 16 /02 /février /2011 07:57

http://idata.over-blog.com/2/81/39/01/banque.gif« Ma banque m'a tué », c'est le cri du cœur de nombreux petits entrepreneurs, artisans ou commerçants, qui reprochent à leur banque de les « laisser tomber à la première difficulté », précipitant la faillite de leur entreprise. De nombreux experts partagent cet avis. « Nos banques ne croient pas aux PME », nous dit un spécialiste, René Hans, qui a créé un cabinet pour venir en aide aux entreprises lâchées par leur banque. Résultat : des centaines de PME, entreprises comptant moins de 250 salariés, et de petits commerces qui pourraient être sauvés avec un coup de pouce bancaire déposent le bilan et licencient.

 

L'année dernière, 61.749 petites entreprises françaises ont ainsi fait faillite, dans les secteurs de l'industrie, du commerce et des services. Toutes n'étaient pas viables, mais beaucoup étaient sauvables : les deux tiers d'entre elles réclamaient une aide passagère de moins de 50.000 €, certaines ont été mises en liquidation pour moins de 10.000 € de découvert.
La frilosité de nos banques vis-à-vis des petites entreprises est d'autant plus rageante que nos PME emploient 17 millions de Français, alors que les grands groupes, tels Renault, Bouygues, Total ou Peugeot, chouchoutés par nos banquiers, n'emploient que 2 millions de Français.

Repost 0
Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Economie
commenter cet article
15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 10:16

http://www.francesoir.fr/sites/default/files/dynimagecache/202-0-1321-936-494-351/sipa_00592580_000001.jpgLes éditorialistes de la presse française ne sont pas tendres avec la prestation du président de la République, qui a barbé 8,3 millions de télespectateurs jeudi soir lors de l'émission "Paroles de Français".
Le président de la République n'a pas captivé les Français jeudi soir. Avec 8,3 millions de téléspectateurs, soit 34% de part de marché pour l'émission "Paroles de Français", selon Médiamétrie, la prestation de Nicolas Sarkozy, longue de plus de deux heures et demie sur TF1, a fait moins recette que le précédent exercice de 2010 (8,6 millions).
L'opération de communication que le chef de l'Etat comptait réaliser avec "Paroles de Français" ne semble pas avoir fonctionné.

Repost 0
Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Politique nationale
commenter cet article
14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 22:20

Capture65418648964.PNG

André Chassaigne, député communiste du Puy de Dôme sera présent le 1er mars 2011 à 20 heures à AUDUN LE ROMAN espace Louis Aragon, et tiendra un meeting de soutien aux candidats communistes pour les prochaines élections cantonales qui auront lieu les 20 et 27 mars 2011.

Pour pouvoir se rendre à ce meeting, la section du Parti communiste français du Jarnisy organise gratuitement un départ collectif en bus :

19h devant la Mairie de Jarny,

19 h 10 à Conflans en face du cinéma

19 h 15 devant la maison de retraite de Labry

S’inscrire impérativement en téléphonant au 03/82/33/97/37 ou 06/49/77/79/15

Repost 0
Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Politique locale
commenter cet article
14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 07:49

Capture1.PNGEtat d’une personne qui ne peut réaliser toute seule les actes de la vie quotidienne. C’est la définition du dictionnaire mais en aucun cas on parle d’une personne âgée.

            La vieillesse n’est pas un état mais un processus multiforme qui rend compte des conditions de vie inégalitaire selon les classes sociales.

            Au lieu d’un débat démocratique sur le sens de la vieillesse, sur les choix nécessaires de permettre au plus grand nombre un vieillissement réussi, on réduit le débat public à celui d’experts, laissant penser qu’il ne concerne tous les retraités âgés, auquel ils constitueraient une lourde charge pour la protection sociale.

            Pourquoi accoler la dépendance aux personnes âgées, nous sommes tous dépendants les uns des autres.

            Maintenant à 60 ans, on ne relève plus des dispositifs « Handicap », mais des dispositifs « Dépendance » qui ne sont inclus dans la Sécurité sociale. C’est une volonté délibérée qui s’articule au discours sur La Vieillesse.

            Le résultat : des coûts insupportables pour les familles. Une maison de retraite médicalisée, c’est entre 1500 et 3000 euros par mois.

            Sarko a dit que la dépendance pouvait ruiner l’Assurance Maladie alors qu’elle n’en relève pas.

            L’enjeu doit concerner toute la Sécurité sociale ; c’est une meilleure prise en charge de la perte d’autonomie, et son intégration dans la Sécurité sociale et son financement.

On demande :  - La construction d’un droit universel de compensation à la perte d’autonomie pour tous les âges,

                            - L’intégration de ce droit dans la Sécurité sociale, dans la branche Assurance Maladie (CNAMTS) par la création d’un cinquième risque qui comprendra l’aide matérielle et humaine en outre,

                            - La définition d’une aide personnalisée en regard des situations de vie à partir d’une évaluation indépendante, pluridisciplinaire, suivie et commune à tous les intervenants,

                            - La mise en place d’une prévention tout au long de la vie, dans le cadre de la politique nationale de santé incluant les médecins scolaires et du  travail, ainsi que la mise en œuvre d’un suivi post-professionnel.

Claude Régnier

                                                                                                         

Repost 0
Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Politique nationale
commenter cet article
13 février 2011 7 13 /02 /février /2011 07:38

Lettre de la fédération du Puy-de-Dôme à la direction nationale du PCF

http://lh4.ggpht.com/_7b4ODzw8BeU/S17tJAXp9OI/AAAAAAAABSU/X4VOpcRGAKs/AuvergneFrontGaucheAndreChassaigneOK.jpg


A Pierre LAURENT, Secrétaire national du PCF
Aux membres du Conseil National
Aux Secrétaires Fédéraux

Chers camarades,

La convocation de notre Conférence Nationale des 4 et 5 juin prochain ouvre officiellement le débat sur la question de l’élection présidentielle et celle de l’accord politique que nous souhaitons au sein du Front de Gauche. La discussion sur notre projet et sur celui ou celle qui portera à cette occasion notre parole collective est posée. Ainsi l’adresse du Conseil National aux communistes «  invite toutes les fédérations à prendre le maximum de dispositions pour permettre à chaque communiste d’être partie prenante de ce débat essentiel ».


André Chassaigne s’est adressé aux communistes dans une lettre ouverte rendue publique à l’Assemblée des animateurs de section dans laquelle il fait le bilan d’un tour de France débuté en septembre au lendemain de son offre de candidature.


Cette lettre ouverte, pourtant riche d’enseignements, n’a pas été portée à la connaissance des communistes.


Il est de plus en plus évident que la candidature d’André Chassaigne n’est pas et ne sera pas soutenue officiellement par le Parti. La résolution de notre dernier Congrès indiquait que « dans la perspective des élections présidentielles, des personnalités communistes étaient légitimes à s’engager comme candidat  », une lecture particulière conduit à privilégier des candidatures individuelles excluant, de fait, la possibilité pour notre Parti de désigner un candidat à la candidature.


Sans soutien officiel ni appui du parti (notamment du point de vue du travail collectif, de l’accompagnement matériel et humain, de la communication autour de la démarche d’André…), c’est sur son équipe parlementaire, sur la Fédération du Puy-de-Dôme et sur des individualités que reposent le poids et la gestion de cette précampagne.


Précampagne dont André montre bien dans sa lettre ouverte toutes les difficultés. N’étant pas soutenue, cette candidature apparaît comme isolée face au poids lourd médiatique Mélenchon. Comment André peut-il lutter à armes égales sur ce terrain en n’étant pas soutenu par son propre Parti ?


Depuis le mois de septembre dernier qu’il s’est déclaré disponible, l’Humanité n’a guère donné d’échos à sa démarche, à la différence du traitement dont a bénéficié Jean-Luc Mélenchon notamment lors de l’officialisation de sa candidature. En trois jours, trois articles sont parus dans l’Humanité dont une pleine page où Jean-Luc Mélenchon pouvait expliquer le sens de sa candidature. Dans cet article daté du 27 janvier 2011, la journaliste interroge Jean-Luc Mélenchon sur la visibilité du PCF et de la GU s’il était choisi pour représenter le Front de Gauche. Mais elle ne l’interroge pas sur une autre hypothèse, celle où il ne serait pas choisi. Il aurait été intéressant que Jean-Luc Mélenchon puisse répondre à cette question ayant déclaré au journal Libération que, s’il n’était pas choisi, « alors, les compteurs seraient remis à zéro ».


De nombreux communistes se sont inquiétés de cette situation. Après une rencontre avec le secrétaire national, notre Fédération s’est adressée le 25 novembre dernier à l’exécutif national à travers une motion de son Conseil Départemental. Cette motion exprimait notre crainte de voir une absence de soutien à la candidature d’André se dessiner. Elle expliquait le handicap que cela constituait pour que cette candidature puisse se développer et demandait des éclaircissements sur les conditions dans lesquelles cette candidature allait se poursuivre. A ce jour, nous n’avons toujours pas de réponse à nos interrogations.


Nombreux sont les communistes qui attendent de la Direction Nationale le maximum de dispositions pour permettre à chaque communiste d’être partie prenante de ce débat essentiel, comme l’indique l’adresse du CN.


Un débat doit avoir lieu dans le Parti. Au-delà des hommes, il doit porter sur le fond, sur la démarche, sur l’avenir du Front de Gauche. Mais comment avoir un débat serein, franc, qui n’exclut aucun élément à disposition, qui n’écarte aucune hypothèse a priori, qui n’omet aucune information si tous les éléments de ce débat ne sont pas donnés aux communistes et surtout si le débat n’est pas organisé nationalement ?


Les faits énoncés plus haut, mis bout à bout, amènent de plus en plus de communistes à penser que le choix est déjà fait, que la Direction Nationale a d’ores et déjà choisi de présenter Jean-Luc Mélenchon comme candidat du Front de Gauche. Nombreux sont aussi les communistes à reprocher cette situation à notre direction faisant peser un danger sur notre Parti.


Mais comment ce choix pourrait-il être fait alors même que les communistes débutent cette discussion ? Le rôle d’une direction n’est pas de décider puis de demander aux adhérents s’ils partagent le choix fait. Sa responsabilité est de permettre un débat de qualité entre les communistes pour que ceux-ci soient les véritables décideurs des choix de leur Parti.


Toutes les opinions doivent être respectées, car c’est par le débat, la confrontation saine et sereine que nous avancerons ensemble. Il faut accepter ce débat, il faut accepter qu’il n’aboutisse pas obligatoirement là où on le souhaiterait. C’est accepter les règles démocratiques dont nous nous sommes dotés et que nous avons tous acceptées en adhérant à ce parti.


La Direction nationale doit donc organiser ce débat. Elle doit faire confiance à l’intelligence des communistes et mettre tout en œuvre pour que les choix que nous ferons soient des choix partagés parce que débattus.

Le Secrétariat Fédéral
Cyril CINEUX, Secrétaire Départemental
Boris BOUCHET ; Roger BOURDOULEIX ; Julien BRUGEROLLES ; Germaine CUERQ ; Jacques LANOIR.


Repost 0
Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Politique nationale
commenter cet article