Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PCF DU JARNISY 54
  • PCF DU JARNISY 54
  • : PCF du Jarnisy Section Henri Bezon
  • Contact

PERMANENCES HEBDOMADAIRES

Tous les vendredis de 16h à 18 heures
à La Maison du
 Peuple de Jarny,
elles sont ouvertes à tous!!!

VISITEURS :



compteur pour site web


compteur visite

Pcf du Jarnisy

Créez votre badge 

17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 11:39

http://borghesio.typepad.com/.a/6a00d8341c710a53ef016769241f2c970b-800wiLes réformes du marché du travail  de l’ex chancelier Schröder ont coûté au Parti social-démocrate une part substantielle de son électorat, qui est passé de 34,2% des suffrages en 2005 à 23% en 2009. Son actuelle campagne en faveur d’un salaire minimum à 8,50€ lui permettra-t-elle de reconquérir les déçus de Hartz IV ?

4,5 millions de personnes dépendent du revenu minimum de 382 euros parce qu’elles sont sans emplois depuis plus de douze mois, ou sans revenus disponibles. S’y ajoutent 1,4 millions de « Aufstocker », qui perçoivent un complément de revenu minimum parce que leur mini-job (1 euro/heure en sus de l’indemnité chômage) ne leur suffit pas pour subvenir à leurs besoins. 7,9 millions de personnes sont employées dans les secteurs à bas revenus, 4 millions perçoivent moins de 7 euros de l’heure.

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
15 septembre 2013 7 15 /09 /septembre /2013 18:25

http://news.abidjan.net/photos/photos/Francois%20hollande.jpgLa rentrée budgétaire portant annonce des prévisions de dépenses et de recettes de l’Etat pour 2014, a été sonné par Bercy et Matignon sur des accords majeurs triomphants. Autrement dit, le gouvernement s’est adonné à une grande opération de communication pour calmer et séduire l’opinion. Une de plus ! Résumons-la : tout va mieux, madame la Marquise, et tout ira très bien dans l’avenir. À s’en tenir à ces coups de clairon, l’Etat s’apprêterait à pondre un budget de justice sociale et de relance économique. La mer est calme, le capitaine fait des prouesses à la barre, tout le monde peut dormir tranquille…

Ce type de communication est tellement connu, tellement usé, qu’il invite, pour comprendre le dessous des cartes, à retenir l’inverse des affirmations pour se rapprocher de la vérité ; S’ils disent ça, c’est qu’ils nous cachent quelque chose… et , en effet, au vue des chiffres, le budget 2014 sera avant tout une mise en musique, chiffrée de grands principes des politique libérales d’austérité : baisse du coût du travail, prélèvements fiscaux supplémentaires sur les ménages, réduction des dépenses publiques. Au cœur du dispositif, trônent 20 milliards de crédit d’impôt pour les entreprises, venant en diminution des « charges » salariales. Sans aucune condition de créations d’emplois ! Pire : c’est le consommateur populaire qui paiera une partie de l’addition par le biais de nouveaux taux de TVA. D’autres «  gestes » sont annoncés  par le MEDEF, dont un allègement des cotisations familiales en compensation d’un infime effort pour les retraites. C’est la gauche à l’envers.

Quelques dispositifs sont prévus par le gouvernement en direction des ménages les plus pauvres, comme la réindexation du barème de l’impôt sur l’inflation ou la création d’une décote pour accéder au seuil des revenus non imposables. Mais c’est un effort à la marche qui ne coutera qu’un milliard à l’Etat. Un cheval, une alouette…

Pas de quoi grimper aux arbres pour fêter un retour à la croissance qui recule sous les pas de cette politique.

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
12 septembre 2013 4 12 /09 /septembre /2013 17:31

3-copie-1.jpgPlus de 1600 personnes ont répondu à l’appel des organisations syndicales (CGT, FSU, FO et SOLIDAIRE) dans les rues de Périgueux.

En vacances en Dordogne, Elise et Jean, se sont réveillés de bon matin, ce mardi 10 septembre, afin de participer à la manifestation régionale.

Au cours de cette matinée, nos deux camarades ont apporté  le soutien de la section du Jarnisy aux salariés des papeteries de Condat, dont les emplois sont fortement menacés avec une fermeture programmée à court terme de leur usine. Les effectifs, dans cette papeterie, ces dernières années ont fondu comme neige au soleil en passant de 1200 emplois à 500 à ce jour.

Prolétaires de tous les pays unissez-vous

4-copie-1.jpg

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
12 septembre 2013 4 12 /09 /septembre /2013 17:05

http://www.boursier.com/illustrations/photos/l_arcelormittal-logo.jpgLe gouvernement sénégalais a obtenu une victoire judiciaire sur ArcelorMittal dans un litige sur des mines de fer, à la suite du non-respect par ArcelorMittal du contrat signé par les deux parties en 2007 pour l’exploitation des mines de fer de la Falémé.

Un nouveau revers en Afrique pour le géant de l’acier, quelques mois après l’annonce par l’Algérie de la nationalisation de l’une de ses filiales.

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54 - dans L'Internationale
commenter cet article
10 septembre 2013 2 10 /09 /septembre /2013 18:57

1-copie-1.jpgLes gesticulations guerrières de Hollande en direction de la Syrie ne peuvent certainement pas nous faire oublier les coups portés aux travailleurs. Avec l’attaque du gouvernement contre les retraites, l’occasion nous est donnée d’exprimer  notre colère contre sa politique anti-sociale.

Notre section s’était mobilisée pour une distribution de tracts(400) devant la gare de Jarny dès 6h du matin lundi 9 septembre 2013 !!

 2-copie-2.jpg

Puis ce Mardi 10 septembre 2013, les camarades de notre section sont descendus nombreux dans les rues de Metz pour protester contre ce nouveau racket sur les pensions.

Tout est odieux, dans cette attaque : l’allongement de la durée de cotisation à 43 annuités, dont le but est d’abaisser les pensions ; l’augmentation des cotisations, à sens unique, puisque les patrons ont l’assurance qu’elle sera compensée tandis que les travailleurs, eux, paieront ; le report de la revalorisation des pensions du 1er avril au 1er octobre, qui est un vol dissimulé de 1,5 milliard dans les poches des retraité

Cette attaque contre les retraites justifie à elle seule de manifester, mais il y a bien d’autres raisons. Flambée des prix, gel des salaires, angoisse du chômage et de la précarité, les conditions de vie sont menacées par tous les bouts.

Et comment payer toujours plus quand son salaire stagne, baisse ou, pire, disparaît ? Car en dépit des boniments sur la « reprise », le grand patronat veut encore laminer les salaires, les primes, les majorations. Il veut allonger le temps de travail, accroître la flexibilité. Il pense qu’il peut tout se permettre !

Alors poursuivons notre lutte….. Jusqu’à ce qu’ils soient contraints de reculer.

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Initatives et rendez-vous
commenter cet article
3 septembre 2013 2 03 /09 /septembre /2013 10:51

0.pngNon à toute intervention militaire française en Syrie ! Empêchons que les soldats français soient expédiés en mercenaires de l’impérialisme !

 

Les puissances impérialistes ont saisi cyniquement l’occasion du « printemps arabe » pour mettre à l’ordre du jour la déstabilisation de la Syrie. Là se trouve l’origine du drame actuel du peuple syrien. La France s’accommodait très bien de Bachar El Assad au point de l’inviter à la tribune officielle du 14 juillet en 2008…

Communistes, nous refusons l’escalade de la guerre et de ses atrocités. Nous appelons l’opinion à s’opposer à toute intervention militaire française en Syrie. Pas un homme, pas un sou pour la guerre impérialiste en Syrie !      

L’arrêt des ingérences impérialistes est le préalable nécessaire à un retour à la paix, au retour des réfugiés, à la reconstruction du pays, au rétablissement de sa cohésion, à une évolution démocratique après l’expérience de la tragédie.

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54 - dans L'Internationale
commenter cet article
1 septembre 2013 7 01 /09 /septembre /2013 10:31

01.jpg02.jpg

Samedi 31 août 9 heures, dès l’ouverture des magasins, de nombreux camarades étaient présents sur la zone commerciale de Conflans pour distribuer un tract (1200 tracts ont été distribués en moins d’1h30 sur la future réforme des retraites) et pour appeler la population à venir manifester contre cette réforme injuste le

MARDI 10 SEPTEMBRE A 14 HEURES 30

PLACE MAZELLE

A METZ

Un covoiturage aura lieu à 13 heures devant la Maison du Peuple à Jarny (en face de la gare SNCF)

 

PROCHAINE DISTRIBUTION

 

Lundi 9 septembre dès 6 heures devant la gare SNCF à Jarny

03.jpg04.jpg

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Politique locale
commenter cet article
28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 11:09

000000.jpgLes propos tenus vendredi 23 août 2013 par Jean-Luc Mélenchon à l’encontre de Pierre Laurent sont inacceptables pour les communistes, d’autant plus de la part d’un « allié ».

Rappelons les mots employés. Il a accusé en conférence de presse Pierre Laurent de « répondre  de manière quasi instantanée, dans un garde à vous impeccable, aux injonctions d’Harlem Désir » avant d’ajouter en meeting à son endroit : « On ne gagne rien au rôle de tireur dans le dos ».

Dans la bouche de Mélenchon, spécialiste des « formules », on sait qu’il ne s’agit pas d’un écart de langage mais d’une déclaration réfléchie rentrant dans une tactique politique.

Jusque-là, Pierre Laurent avait été ostensiblement épargné. Maintenant, il a droit au même traitement que d’autres membres de la direction du Parti, que nombres de communistes dans les localités de la part des disciples de Mélenchon, notamment à l’approche des municipales.

Les derniers propos de Mélenchon ne peuvent rester sans suites, cette politique agressive du Parti de gauche à l’encontre du PCF sans réaction nationale.

La question ne pourra pas se régler par une réconciliation entre dirigeants après les « universités d’été » et par un constat de la « diversité du Front de gauche ». Elle doit conduire pour les communistes au réexamen total de l’alliance avec le PG et, conséquemment, de la stratégie du Front de gauche, voulue par la direction du PCF. Les outrances calculées de Mélenchon doivent aussi ouvrir les yeux de ceux qu’un mirage ou un espoir électoral aurait aveuglés en absence de véritable alternative politique.

il est plus que temps de se démarquer publiquement de certains positionnements personnels de Mélenchon, de les condamner. Combien de temps il aura fallu à Pierre Laurent pour commencer à s’inquiéter (dans l’interview de Libération qui lui vaut l’ire de Mélenchon) du mode de « la provocation et de l’invective » ! La surenchère populiste fait objectivement le jeu de la politique gouvernementale qu’elle prétend combattre, voire celui du pire populisme. Notre parti ne peut pas laisser passer encore des sorties telles que l’approbation d’une intervention militaire en Libye, la qualification de la guerre d’Algérie en « guerre civile» etc.

La direction du Parti doit cesser de fermer les yeux devant les jeux politiciens de Mélenchon. Il reproduit, en farce, l’OPA de son inspirateur Mitterrand sur ce qu’il reste de l’électorat et de l’influence communistes. Sa « façon de faire de la politique », son opportunisme dans les postures « radicales », ses combinaisons à géométrie variable (main tendue à Cohn-Bendit puis Eva Joly) représentent le contraire de la conception communiste de la politique.

Une dernière fois, nous sommes obligés de déchiffrer le calcul de Mélenchon.

En attaquant Pierre Laurent et les communistes, Mélenchon ne cherche pas un instant à remettre en cause le Front de gauche ni à divorcer de la direction du PCF. Au contraire.

Il n’y a aucun intérêt, dénué qu’il est de véritables troupes et appareil. Il a besoin de la caution PCF pour être mis en avant comme chef de la gauche de la gauche. Pour les municipales, le PG est beaucoup plus prudent que ses déclarations n’en donnent l’image. Le résultat y est incertain : Mélenchon ne pourra pas compter les voix comme les participants à ses marches citoyennes, avec son coefficient multiplicateur de 6… D’où sa recherche d’alliances avec EELV. Il n’y aura sans doute de listes du PG seul que dans quelques villes centres, bourgeoises (aussi faute de candidats ailleurs!).

En attaquant le PCF sur ses alliances avec le PS, Mélenchon fait d’une pierre trois coups. Il taille des croupières à son partenaire sachant que l’attractivité du Front de gauche est principalement liée à sa posture d’opposition au PS. Il fait oublier ses 30 ans de sinécure dans le parti gouvernemental, comme, depuis, son appel à voter Hollande sans conditions. Enfin, il rend encore plus difficile à la direction du PCF de se séparer de lui : elle le ferait « sur la droite » et sortirait disqualifiée.

Mélenchon sait qu’il peut se permettre d’aller très loin sans rompre la corde. Grâce à la direction du PCF, c’est lui qui personnifie le Front de gauche. Sans lui, la stratégie initiée par la direction du PCF tombe à l’eau.

Tout cela, Mélenchon ne l’emportera sans doute pas au paradis. Mais les communistes doivent se dégager des impasses stratégiques du PCF qu’il prend soin d’exploiter.

Si nous n’avons pas de leçons à recevoir de transfuges du PS, la question de sortir de la dépendance institutionnelle du PCF au PS se pose. Celle-ci a été aggravée par les choix de la « Mutation » dans les années 90, liquidant l’organisation militante de base, les cellules, et priorisant la participation aux institutions sur l’action dans les luttes. La part des dirigeants locaux et nationaux du PCF liés à des mandats électifs, obtenus avec le PS, est devenue prépondérante, créant une condition structurelle à l’alignement sur la social-démocratie et son fonctionnement. Pour autant, on ne corrigera pas tout cela en quelques mois avant les municipales. C’est aux communistes localement de décider. Tous les cas de figure existent dans le PCF, de la poursuite d’une conception d’une union de combat à une désolante caution à des politiques locales social-libérales.

Mélenchon fait du chantage : « sans moi, plus de Front de gauche ». Pour les communistes, l’alternative ne saurait être : « Le Front de gauche sans Mélenchon ».

D’une part, parce que Mélenchon ne se trompe pas. La direction du PCF est allée le chercher en 2008 pour constituer le FdG (en doublant le congrès du Parti), après l’échec des « collectifs antilibéraux » de 2006, et celui en 2007 de la tentative de remise en cause de l’existence même du Parti. Les présidentielles ont fini de l’introniser comme dépositaire du Front de gauche.

D’autre part parce que toutes les composantes du Front de gauche, Mélenchon et la direction du PCF en tête, au-delà des divergences tactiques et structurelles, occupent le même espace politique et partagent les mêmes conceptions et perspectives.

La rupture avec Mélenchon ne peut que coïncider avec une rupture avec la stratégie du Front de gauche :

- Une rupture avec la conception institutionnelle et électoraliste de la politique et de l’organisation

- Une rupture avec la perspective de recomposition de la gauche et d’émergence d’un deuxième pôle de « gauche » (réformiste) à côté du PS, entretenant l’illusion de tirer à gauche le PS et étouffant le PCF.

Le 5 mai à la Bastille, Mélenchon se dit prêt à devenir premier ministre de Hollande ou ministre de Montebourg. Il invite Eva Joly. Côté Pierre Laurent, le changement implique systématiquement de rassembler toute la gauche. Dans une interview au même journal Libération en août 2012 ,il estimait que le « PCF devait être l’héritier des traditions socialistes et communistes de la 1ère moitié du 20ème siècle » (donc de Blum !). Aux « assises citoyennes » du 16 juin convoquées par la direction du PCF, on retrouve ensemble sur la tribune principale aux côtés de Pierre Laurent, la PS Lienemann, l’ex bras droit de Delanoë, Autain, le secrétaire d’EELV Durand, Mélenchon…

- Une rupture avec les positionnements réformistes, dissimulés autant par l’utopisme, l’humanisme, le gauchisme que par les diatribes de Mélenchon.

Avec nombre de responsables d’organisations locales du PCF, de militants, nous proposons de commencer par ce dernier point, pour répondre à l’urgence et à la colère sociales, pour développer les luttes et rassembler les travailleurs, pour commencer à faire reculer la politique au service du capital.

Nous proposons de lancer notamment ces campagnes nationales :

- Pour le rétablissement de la retraite à 60 ans avec 37,5 annuités de cotisation (quand la pétition reprise par le FdG, « pas un trimestre de plus, pas un euro de moins », entérine les lois Fillon et Woerth et dédouane le pouvoir actuel).

- Pour la nationalisation intégrale des constructeurs automobiles et de la sidérurgie (quand le FdG privilégie une autre distribution des aides publiques aux entreprises – il faut tendre à les supprimer !)

- Pour la reconquête des monopoles publics des grands services publics et leur renationalisation à 100% (au lieu de vouloir rester « eurocompatibles »).

- Pour la rupture avec l’Union européenne et l’abandon de l’euro (quand le FdG, suivant le Parti de la gauche européenne, entretient l’illusion d’une réorientation sociale de l’UE).

Les calculs et polémiques de Mélenchon et du Front de gauche redeviendront ce qu’ils sont : dérisoires, anecdotiques, si le PCF joue son rôle dans la lutte des classes.

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Politique nationale
commenter cet article
24 août 2013 6 24 /08 /août /2013 18:14

ldd.jpgEcole : la question des rythmes masque la question des moyens. De l’argent pour l’école et NON pour la guerre !

En 2007/2008, nous nous sommes engagés contre la « réforme » du ministre Darcos établissant la journée de 4 jours.

La question des « rythmes scolaires » a servi de couverture à la politique de diminution des moyens et de l’offre d’enseignement, notamment la suppression massive de postes.

L’abandon des cours le samedi matin, moment privilégié de la rencontre entre enseignants et parents, avait aussi pour but de céder au lobby de l’industrie du tourisme aux dépens des élèves.

Les activités périscolaires, plus ou moins sous-traitées selon les moyens des communes, allaient être de qualité pédagogique et d’accès inégaux. Cela s’est confirmé.

Les postes détruits, d’enseignant, de remplaçant, de personnel technique, n’ont pas été recréés. Les établissements sont mis au régime sec par l’austérité nationale. Les conditions de travail et de rémunération se sont dégradées encore depuis 2008.

La question des rythmes ne doit pas dissimuler l’importance :

  • de la maternelle et la scolarisation des enfants de moins de 3 ans.
  • des effectifs dans les classes et en particulier dans les quartiers populaires.

Ces questions sont liées aux nombres d’enseignants et donc au nombre d’élèves par classe. Voilà les questions qui sont centrales pour les communistes.

Elles ne doivent pas être masquées par les « débats de spécialistes » (parfois intéressants) sur les rythmes scolaires.

Prenons les choses dans l’ordre, le nombre d’enseignants doit augmenter, les moyens donnés à l’école aussi, le nombre d’élèves par classe doit diminuer pour une meilleure ambiance, une meilleure écoute, un meilleur accompagnement et une meilleure école !

Le retour à la semaine de 4,5 jours ne peut se faire sans tenir compte de cette situation face au surcroît de travail et de coût pour les établissements, pour les personnels et pour les familles.

Par ailleurs, école le mercredi matin et école le samedi matin, ce n’est pas pareil et ce n’est pas pareil pour tout le monde, en matière de ramassage, de cantine, de charges sur les budgets des communes.

L’éducation nationale doit rester une question nationale !

L’état doit donner les moyens, tous les moyens, pour l’école afin qu’elle soit l’école pour tous et une école avec des moyens partout en France. L’école ne doit pas dépendre des moyens des collectivités locales.

De l’argent pour l’éducation nationale, l’hôpital et tous les services publics et non pour la guerre.

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
21 août 2013 3 21 /08 /août /2013 19:07

53756.jpgLes travailleurs de PSA Citroën d’Aulnay ont mené une lutte héroïque pendant de longs mois contre la fermeture de leur usine et la suppression de milliers d’emplois. Dès le début notre bureau de section a soutenu la lutte de ces travailleurs, d’abord par une aide financière, des centaines de signatures ont été recueilli parmi la population du Jarnisy.

C’est avec une grande dignité que ces travailleurs ont fait plier par leur courage et leur détermination la direction de PSA.

Jean-Pierre Mercier secrétaire du syndicat CGT de PSA Aulnay, étant de passage à Thionville avec son organisation politique le mercredi 21 aout, a souhaité rencontrer une délégation de notre bureau de section pour les remercier du soutien que ces derniers leur ont apporté tout au long  de cette lutte.

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article