Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PCF DU JARNISY 54
  • PCF DU JARNISY 54
  • : PCF du Jarnisy Section Henri Bezon
  • Contact

PERMANENCES HEBDOMADAIRES

Tous les vendredis de 16h à 18 heures
à La Maison du
 Peuple de Jarny,
elles sont ouvertes à tous!!!

VISITEURS :



compteur pour site web


compteur visite

Pcf du Jarnisy

Créez votre badge 

16 août 2013 5 16 /08 /août /2013 20:05

POUR

NOTRE SALAIRE

NOTRE EMPLOI

NOTRE RETRAITE

NOS CONDITIONS DE TRAVAIL

 

C’est pourquoi, le Parti communiste français, vous propose d’être très nombreux à la première journée d’action unitaire, de grève et de manifestation le 10 septembre 2013.

LA CRISE C’EST EUX ! LA SOLUTION C’EST NOUS !

TOUTES ET TOUS ENSEMBLE !

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
5 août 2013 1 05 /08 /août /2013 07:56

http://www.capital.fr/var/cap/storage/images/media/images/photos/reuters/ofrtp-france-electricite-tarifs-20130315/10431451-1-fre-FR/ofrtp-france-electricite-tarifs-20130315_paysage360.jpgL’hiver, quand le thermomètre baisse, les profits d’EDF grimpent. Pendant les rigueurs interminables du début de l’année, en France et en Europe, les appareils de chauffage électrique ont tourné à plein régime et la consommation a frôlé des records. Et c’est ainsi qu’EDF a vu son bénéfice net augmenter de 3,5% au premier semestre 2013, pour atteindre 2,9 milliards d’euros. Le chiffre d’affaires des six premiers mois de l’année s’élève à 39,75 milliards (+10,77%).

Sur les places boursières, les analystes financiers n’en espéraient pas tant. Pourtant, malgré cette situation florissante, le gouvernement vient d’autoriser l’opérateur historique à augmenter de 5% le prix du KWH. Une hausse qui est intervenue le 1er aout. Ces nouveaux barèmes concernent la majorité écrasante de la population : 93% des ménages sont abonnés au tarif réglementé d’EDF.

Rarement une hausse du prix de l’électricité, la plus élevée depuis une dizaine d’années, n’aura été aussi injustifiée.

Contrairement à ce qui était annoncé, EDF ne consacrera pas 70 milliards à l’entretien de son parc, mais seulement 55 milliards d’ici à 2025. « EDF reverse 55 à 65% de ses bénéfices à ses actionnaires, ce qui est davantage que la moyenne des entreprises du CAC 40. » Dans ces conditions, on ne s’étonne pas que l’action EDF soit très demandée à la Bourse de Paris. Elle s’est envolée de 53.99% ces six derniers mois, ce qui est, là encore, supérieur aux performances déjà élevées du CAC 40.

Bon an mal an, EDF distribue un peu plus de deux milliards à ses actionnaires. Au premier rang de ceux-ci figure l’Etat, qui détient 84.44% du capital.

Le ministère de l’Economie et des Finances, dans une telle logique, a donc tout intérêt à voir augmenter les tarifs d’EDF.

Cette politique a bien sûr un coût pour les ménages. « Cette hausse de 5% est socialement agressive ». Les dépenses énergétiques pour le logement représentent 4 à 5% du budget des ménages.

La hausse du prix du kWh sera suivie d’une autre, de 5% également, le 1er août 2014. Et même si ce n’est pas officiel, le gouvernement a bel et bien l’intention de procéder à une troisième hausse de 5% en 2015. Pour les ménages, l’utilisation de l’électricité risque de redevenir sensiblement plus chère que celle du gaz et de fioul.

LE CHIFFRE 17

C’est en millions, le nombre de foyers qui paieront le kWh 5% plus cher.

Pour les gros consommateurs et les industriels, l’augmentation se limite à 2,3%

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
1 août 2013 4 01 /08 /août /2013 18:53

7-979.pngAlors qu’elle était initialement prévue en 2014, le gouvernement a décidé d’engager une nouvelle réforme des retraites dès cette année. 

Sous couvert de sauvegarder le régime par répartition, cette énième réforme a pour principal objectif de ré­pondre aux injonctions de la Commission européenne et de rassurer les marchés financiers et les agences de notation internationales. Elle s’inscrit également dans les engagements européens pris par François Hollande en acceptant sans renâcle le traité budgétaire européen (TSCG).

Bien que cela demeure volontairement flou, pratique érigée en système de gouvernance, les premiers contours dévoilés de ce que pourrait être cette réforme ne cessent de susciter inquiétudes, amertume et colère parmi les salariés, les jeunes, les privés d’emploi et les retraités. A fortiori que la concertation liée à cette réforme s’en­gage en pleine période estivale avec un calendrier très resserré. C’est ce que la droite faisait précédemment, ce que ne manquait pas de dénoncer avec d’autres le Parti socialiste !

Faut-il travailler plus longtemps quand on vit plus longtemps ?

« C’est la thèse défendue ces dernières années par la droite, le Medef et qu’a

reprise à son compte François Hollande, la mesure la plus juste a-t-il asséné ! »

 

QU’EN EST-IL EXACTEMENT ?

L’espérance de vie augmente certes mais l’espé­rance de vie en bonne santé diminue, ce qui accroît encore plus les inégalités ! L’espérance de vie des ouvriers est inférieure de sept ans par rapport aux cadres supérieurs et cet écart est encore plus éle­vé pour l’espérance de vie en bonne santé.

Au-delà du fait que la pénibilité n’est pas recon­nue dans le secteur privé – et elle est remise en cause dans le public –, la souffrance au travail pro­gresse, les risques psychosociaux se développent et de nouvelles pathologies apparaissent.

Les différentes réformes des retraites intervenues ces 20 dernières années, consacrant le principe de l’allongement de la durée de cotisation, ont contri­bué à pénaliser l’embauche des jeunes, à amputer le pouvoir d’achat des pensions et à plonger des millions de retraités dans des difficultés crois­santes.

Avec un sous-emploi massif, l’allongement forcé de la durée du travail a alimenté le chômage. Les salariés âgés (55-64 ans) ont été incités à rester sur le marché du travail, même si en France au­jourd’hui moins d’un salarié sur deux est en activi­té lorsqu’il liquide ses droits à la retraite. Chiffres à l’appui, la hausse des taux d’emploi (+ 15 % entre 2010 et 2012) s’est faite au détriment des plus jeunes.

Il faut rappeler également que, conjuguée au sys­tème de décote, l’allongement de la durée de coti­sation pénalise plus fortement les personnes aux carrières courtes, en majorité des femmes.

La dégradation ainsi programmée du niveau des pensions incite de plus en plus de retraités à cu­muler leur pension avec un emploi. Depuis 5 ans, le nombre de ces « retraités-travailleurs » a plus que doublé pour atteindre environ 500 000 !! Le patro­nat exploite cette situation en mettant en concur­rence les salariés et en abaissant les normes sa­lariales.

 

LA TECHNIQUE DE L’ALLONGEMENT INDÉFINI DE LA DURÉE DE COTISATION

(42, 44 ANS VOIRE PLUS...) VA FAIRE QUE DE PLUS EN PLUS DE SALARIÉS

NE POURRONT PAS PARTIR À L’ÂGE LÉGAL AVEC UNE RETRAITE COMPLÈTE !

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
28 juillet 2013 7 28 /07 /juillet /2013 20:51

http://www.la-croix.com/var/bayard/storage/images/lacroix/actualite/s-informer/france/christiane-taubira-le-mariage-pour-tous-repond-a-une-exigence-d-egalite-_np_-2012-09-10-851585/27375767-10-fre-FR/Christiane-Taubira-Le-mariage-pour-tous-repond-a-une-exigence-d-egalite_article_popin.jpgLa taxe de 35 euros sur l’accès à la justice va être supprimée par Christiane Taubira. Mais l’aide juridictionnelle reste mal financée.

C’est une grande victoire. La ministre de la Justice, Christiane Taubira, a annoncé, la suppression de la taxe de 35 euros demandée aux justiciables. La mesure serait applicable dès le projet de loi des finances 2014.

Cette taxe était exigée  depuis octobre 2011 à toute personne qui souhaitait saisir la justice pour un litige civil, commercial, prud’homal, rural ou administratif. elle est censée couvrir le coût supplémentaire de l’aide juridictionnelle, provoqué par la réforme de la garde à vue. « Mais, concrètement, c’était un vrai frein à l’accès au juge et l’instauration d’une justice à deux vitesses. »

Christiane Taubira avait annoncé qu’elle abolirait cette taxe, à condition de trouver une solution de remplacement. Finalement, c’est l’Etat qui mettra la main à la poche. les crédits budgétaires affectés à l’aide juridictionnelle seront majorés de 60 millions d’euros, pour remplacer temporairement la taxe. « Espérons que cette solution deviendra pérenne. »

Actuellement, la France y consacre un budget équivalent à 4,90 euros par habitant, contre une moyenne européenne de 8 euros.

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
24 juillet 2013 3 24 /07 /juillet /2013 06:46

http://s1.lemde.fr/image/2013/07/22/534x267/3451119_3_fba3_gilles-bourdouleix-est-maire-de-cholet-depuis_d267ed8afac266cd1093caf33c80dabf.jpg« Comme quoi, Hitler n’en a peut-être  pas tué assez » : les propos incroyables, tenus dimanche, par Gilles Bourdouleix, député-maire UDI de Cholet, à destination des gens du voyage, révèlent un climat nauséabond à droite. »

 

C’est, en années de prison la peine prévue par la loi pour apologie de crimes contre l’humanité, assortie de 45 000 euros d’amende.

 

Victimes oubliées du nazisme

500 000 à 750 000 Tziganes  sont morts assassinés par l’Allemagne hitlérienne entre 1939 et 1945. En France, on estime à 30 000 les Tziganes français internés dans des camps, après le décret-loi de 6 avril 1940 qui interdit la circulation des nomades. « La France doit ouvrir les yeux sur ce génocide »

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
22 juillet 2013 1 22 /07 /juillet /2013 15:47

 5.jpgLes cadeaux aux patrons se multiplient, toujours et encore, alors qu’à Bruxelles, la Commission Européenne exige de la France une austérité sans précédente. Cette austérité, mise en place par le gouvernement français bien discipliné et d’une docilité extrême, entraîne une véritable régression sociale qui, si les Travailleurs et leurs familles ne réagissent pas rapidement, s’avérera dramatique à court terme.

 

Le capital et le gouvernement attaquent sur tous les fronts de notre système social. La grosse artillerie néo libérale est de sortie dans les medias audiovisuels, afin de bourrer le crâne des Travailleurs et des Citoyens, pour leur faire croire et accepter, ce qu’ils présentent comme étant la fatalité, avec des arguments à sens uniques et erronés.

 

Si l’on ne réagit pas rapidement, le Programme du Conseil de la Résistance va devenir un vrai champ de ruines, notre santé totalement livrée au privé, déjà avec l’ANI, le code du travail est à jeter à la poubelle et nous travaillerons jusqu’à notre dernier souffle. D’autres mesures sur le plan fiscal laissent clairement entrevoir que la guerre aux pauvres est déclarée.

 

Le capital entretient la crise pour pouvoir casser totalement notre système social.

 

On ne peut pas accepter d’être taillables et corvéables à merci. Les luttes vont se développer à la rentrée, très certainement sur les retraites et d’autres sujets aussi et il faudra que tous ensemble nous répondions présents.

 

Le gouvernement, qui s’est délibérément rangé à droite, a entériné avec satisfaction l’ANI, signé par le MEDEF et les syndicats collaborateurs (CFDT, CFTC, CGC). Cet accord nous n’avons pas réussi à le combattre, certainement par la méconnaissance de ses conséquences de la part des salariés et de beaucoup de nos militants.

 

La loi transcrivant cet accord, intitulée « Sécurisation de l’emploi », a été définitivement adoptée le  14 mai.

 

Plusieurs de ses articles entreront très prochainement en application.

 

Vous serez sans doute rapidement confrontés dans votre entreprise à cet accord.

Mais au fait, aujourd’hui, connaissez-vous le texte de loi issu de cet accord

 

Et les conséquences ?  

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
16 juillet 2013 2 16 /07 /juillet /2013 16:42

 4.jpgSamedi 13 juillet dès 6h30 les camarades de la section se sont fortement  mobilisés au square Toussaint à Jarny pour la préparation des festivités de la fête nationale.

 

Dans l’après-midi les premières odeurs de la délicieuse pasta ascuita préparée par notre camarade Claude  (ancien sidérurgiste de Gandrange) embaumait déjà notre barnum, et c’est sous un soleil radieux que ces festivités ont pu commencer

Pour notre section c’était également et  avant tout, une présence politique importante pour la défense de la sidérurgie française. Tout au long de la soirée nous avons fait signer une pétition pour exiger de la part du gouvernement Ayrault la nationalisation de cette industrie chère à la Lorraine. Des centaines de signatures ont été recueillis de même que des centaines de tracts ont été distribués sur l’avenir des retraites.

Un nombre impressionnant de personnes, et élus de différents bords politiques sont venus pour échanger, dialoguer et apporter leur soutien à notre démarche sur l’avenir de la sidérurgie.

Défendre les nationalisations c’est défendre  les emplois en France

 

Après le feu d’artifice notre nouveau secrétaire de section Eric a remercié tous les camarades qui ont participé à la bonne réussite de cette journée.

1.jpg2.jpg

3.jpg

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Initatives et rendez-vous
commenter cet article
13 juillet 2013 6 13 /07 /juillet /2013 08:55

87777.jpg

Un enjeu de civilisation

 

La vieillesse a longtemps été un risque : celui d’être trop vieux pour travailler et donc de ne plus pouvoir subvenir à ses besoins. C’est pour se prémunir contre ce risque que les travailleurs ont réussi à imposer, dès la fin du XIXe siècle, les premiers systèmes de caisse de retraite.

 C’est en 1945, dans une France ravagée par la  guerre, qu’Ambroise Croizat, ministre communiste,  crée la Sécurité Sociale et son système de retraite solidaire basée sur la répartition (les systèmes par capitalisation étant déjà en faillite !)

Une nouvelle « réforme des retraites » est en vue. Elle fera suite au énième rapport sur le sujet. Les arguments sont connus, éculés : « On vit plus longtemps, donc il faut cotiser plus longtemps». Contrairement à ses promesses de campagne, François Hollande fait sienne cette vieille rengaine que la droite nous a servi à chaque « réforme », et notamment en 2010.

Cet argument est malhonnête ! En fait, l’enjeu du financement de la retraite, c’est l’enjeu de la nature de notre vie en société. La question fondamentale qui pointe derrière ce débat est celle du partage des richesses crées par les Français : ce partage sert-il l’intérêt général ou les intérêts des actionnaires ? Voilà l’unique question !

Pour financer durablement le système par répartition, maintenir l’âge légal de départ à 60 ans, à taux plein, garantir une retraite aux jeunes générations, de vraies solutions existent !

Il faut la volonté politique de s’attaquer à la logique capitaliste qui a plongé le monde dans la crise : diminuer la part consacrée, dans les richesses produites, à la spéculation boursière, aux dividendes versés aux actionnaires et augmenter celle consacrée au financement de la protection sociale.

C’est d’un choix de société dont il est question.

 

Une autre logique, pour financer nos retraites

 

Une nouvelle cotisation sur les revenus financiers des entreprises et des institutions financières.

Ces revenus financiers qui ne cotisent pas pour la protection sociale représentent plus de 300 milliards d’euros ! Cela au détriment de l’emploi et des investissements. Soumis au taux de la cotisation patronale sur les salaires, soit 9,9% pour les retraites, cela apporterait près de 30 milliards d’euros en ressources au système des retraites.

En finir avec les allègements de cotisations sociales patronales et agir pour baisser le coût du crédit aux entreprises

30 milliards sont accordés annuellement aux entreprises en exonérations de cotisations sociales patronales. Ils pourraient être utilisés, sous le contrôle des salariés et des élus, à inciter les banques à financer des investissements afin que les projets, qui programmeraient plus d'emplois et de formations correctement rémunérés voient le taux d'intérêt de leur crédit abaissé, jusqu'à devenir nul.

Dès maintenant, des Fonds régionaux ayant pour fonction de financer de tels projets, pourraient être mis en place par les conseils régionaux.

100 000 emplois créés représentent

2 millions d’euros de cotisations supplémentaires pour financer les retraites

Réformer l’assiette des cotisations patronales, moduler leur taux pour les rendre efficaces pour l'emploi.

Aujourd'hui, plus une entreprise embauche et accroît les salaires, plus elle paye de cotisations. Mais celle qui licencie, bloque les salaires et choisit les placements financiers, la spéculation, en paye de moins en moins. Ainsi la part des cotisations sociales patronales dans le BTP est plus du double de celle des banques et des compagnies d’assurances. C'est injuste ! D'où la proposition d'une modulation du taux de cotisation : des taux beaucoup plus lourds pour les entreprises qui limitent les salaires et licencient. Des taux plus bas pour celles qui développent les emplois, les salaires, la formation. Cela pousserait les entreprises à créer des emplois et à augmenter les salaires et donc augmenterait aussi les rentrées de cotisations sociales.

8797.jpg

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
12 juillet 2013 5 12 /07 /juillet /2013 13:53

564.jpgLes tarifs de l’électricité vont augmenter de 5% en août, puis encore de 5%en 2014.

Une mesure qui va renforcer la précarité pour les usagers, dénoncent les associations. 

 

Le gouvernement vient de décider de deux augmentations de 5% des tarifs de l’électricité pour les mois d’août 2013 et 2014. C’est l’une des plus fortes hausses de ces dix dernières, mais aussi un renoncement à l’engagement pris de les limiter à l’inflation. « Cette augmentation n’est pas justifiée. Ni économiquement car EDF a dégagé 3,3 milliards d’euros net de bénéfices l’année dernière ; ni socialement car aujourd’hui 18% de la population française se trouvent en situation de précarité énergétique.

La fédération des mines et de l’énergie de la CGT souligne que « ces 5% de 2014 prendront en compte l’augmentation de 2013, donc, au final, la hausse sera supérieure à 10% »

EDF verse un peu plus de 2 milliards d’euros de dividendes par an à ses actionnaires, dont l’Etat à hauteur de 84%. Une manne substantielle en ces temps de disette budgétaire. « Il faut que l’Etat prenne moins de dividendes, cela ferait de l’argent pour financer les investissements d’EDF et réduire le prix de la facture pour les consommateurs ». Mais l’Etat semble attaché  au fait qu’EDF lui rapporte de l’argent. Une tactique payante, en tout cas sur les marchés : hier, l’action d’Edf s’est envolée de près de 8% à la Bourse de Paris…


LINKY : 150 EUROS PAR MENAGE…

Votre facture est trop salée ? prenez Linky. C’est le conseil de Jean-Marc Ayrault, qui a annoncé hier le renouvellement des 35 millions de compteurs, à partir de cet été, jusqu’en 2020. Ces compteurs dits « intelligents » pourront suivre la consommation en temps réel.

L’investissement est estimé à 5 milliards d’euros, pour lequel les Français seront mis à contribution : 150 euros par habitation. « Indolore » dit Matignon qui invoque un étalement des factures.

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Economie
commenter cet article
10 juillet 2013 3 10 /07 /juillet /2013 14:07

Un an après l’élection d’un nouveau président, le changement n’est toujours pas pour maintenant. Comme cela se fait depuis 2008, la crise est le prétexte pour le Medef, comme pour les gouvernements, à des reculs sociaux. La logique est toujours la même : le coût du travail trop élevé. Conséquence, la dégradation  de la qualité de vie au travail est réelle, comme l’affirment sept salariés sur dix dans un sondage réalisé pour l’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail. C’est pourtant à partir du travail, de sa richesse, de sa reconnaissance, de son sens, de son contenu, que se construiront les solutions à la crise.  Un processus de luttes, d’actions commence à s’engager. De l’entreprise au territoire, il prend petit à petit de l’ampleur. Les aiguilleurs du ciel, les cheminots, les professionnels de santé viennent d’en faire la démonstration.

Partout en Europe, les salariés, avec leurs syndicats réclament la fin de l’austérité et le changement de cap. C’est pour éviter l’éruption de ce mouvement social que le gouvernement veut débattre, durant l’été, un énième plan de sauvetage des retraites qui ne sera pas plus efficace que les précédents, et qui n’a pour but que de baisser les pensions.

 

Profitons de l’été pour aller à la rencontre des salariés

afin de préparer une rentrée offensive

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article