Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PCF DU JARNISY 54
  • PCF DU JARNISY 54
  • : PCF du Jarnisy Section Henri Bezon
  • Contact

PERMANENCES HEBDOMADAIRES

Tous les vendredis de 16h à 18 heures
à La Maison du
 Peuple de Jarny,
elles sont ouvertes à tous!!!

VISITEURS :



compteur pour site web


compteur visite

Pcf du Jarnisy

Créez votre badge 

3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 18:56

blog10.jpg

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
31 décembre 2012 1 31 /12 /décembre /2012 12:51

http://lachinevueduwebdotcom.files.wordpress.com/2012/11/les-e_tudiants-de-fudan-faucille-et-marteau.jpg

Mon parti m'a rendu mes yeux et ma mémoire

Je ne savais plus rien de ce qu'un enfant sait

Que mon sang fût si rouge et mon coeur fût français

Je savais seulement que la nuit était noire

Mon parti m'a rendu mes yeux et ma mémoire

 

Mon parti m'a rendu le sens de l'épopée

Je vois Jeanne filer Roland sonne le cor

C'est le temps des héros qui renaît au Vercors

Les plus simples des mots font le bruit des épées

Mon parti m'a rendu le sens de l'épopée

 

Mon parti m'a rendu les couleurs de la France

Mon parti mon parti merci de tes leçons

Et depuis ce temps-là tout me vient en chansons

La colère et l'amour la joie et la souffrance

Mon parti m'a rendu les couleurs de la France

 

LOUIS ARAGON «La Diane Française» 1944

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
29 décembre 2012 6 29 /12 /décembre /2012 19:24

http://www.lanouvellerepublique.fr/var/nrv2/storage/images/contenus/articles/2012/12/13/exil-fiscal-ces-stars-qui-sont-deja-parties/23519803-1-fre-FR/Exil-fiscal-Ces-stars-qui-sont-deja-parties_reference.jpgListe des 44 familles françaises les plus riches exilées en Suisse (avec estimation de leur fortune en euros, selon le mensuel suisse Bilan )

Famille Wertheimer (Chanel) : de 3,2 à 4 milliards

Famille Castel (vins et spiritueux) : de 3,2 à 4 milliards

Famille Primat (Schlumberger) : de 1,6 à 2,5 milliards

Benjamin de Rothschild (Groupe Rothschild) : de 1,6 à 2,5 milliards.

Famille Peugeot (PSA) : de 1,2 à 1,6 milliard

Famille Lescure (Seb, Tefal, Rowenta, Krups, Moulinex, Calor) : de 1,2 à 1,6 milliard 

Famille Bich (Bic) : de 1,2 à 1,6 milliard

Famille Mimran (Compagnie sucrière sénégalaise) : de1,2 à 1,6 milliard

Héritiers Louis-Dreyfus (Groupe Louis-Dreyfus, OM) : de 815 millions à 1,2 milliard

Claude Berda (fondateur d’AB Prod) : de 815 millions à 1,2 milliard

Paul-Georges Despature (Damart) : de 815 millions à 1,2 milliard

Famille Murray : de 815 millions à 1,2 milliard

Nicolas Puech (Hermès) : de 815 millions à 1,2 milliard

Familles Defforey et Fournier (Carrefour) : de 650 à 730 millions

Famille Zorbibe (Lancel) : de 400 à 490 millions

Roger Zannier (Z, Kenzo, Kookaï, Oxbow, Chipie) : de 400 à 490 millions

Famille Lejeune (Seita) : de 325 à 400 millions

Philippe Jabre (Jabre Capital Partners) : de 325 à 400 millions

Famille Harari : de 325 à 400 millions

Famille Taittinger (champagne) : de 325 à 400 millions

Alexandra Pereyre de Nonancourt (champagne Laurent-Perrier) : de 245 à 325 millions

Denis Dumont (Grand Frais) : de 245 à 325 millions

Michel Lacoste (Lacoste) : de 245 à 325 millions

Georges Cohen (Groupe Sogeti) : de 245 à 325 millions

Nicole Bru-Magniez (laboratoires UPSA) : de 165 à 245 millions

Michel Reybier (Cochonou, Aoste, Justin Bridou) : de 165 à 245 millions

Alain Duménil (Acanthe Développement) : de 165 à 245 millions

Serge Kampf (Capgemini) : de 165 à 245 millions

Bruno Moineville (Réseaux câblés de France) : de 165 à 245 millions

Antoine Zacharias (ex Vinci) : de 165 à 245 millions

Hugues de Montfalcon de Flaxieu (Maxiris) : de 165 à 245 millions

Christian Picart (Buffalo Grill) : de 165 à 245 millions

Jean Pigozzi (Simca) : de 165 à 245 millions

Michèle Bleustein-Blanchet (Publicis) : de 165 à 245 millions

Thierry Roussel (?) : de 165 à 245 millions

Daniel Hechter (Hechter) : de 80 à 165 millions

Philippe Hersant (groupe Hersant Média) : de 80 à 165 millions

Paul Dubrule (Accor) : de 80 à 165 millions

Jean Louis David (Coiffure) : de 80 à 165 millions

Maurice et David Giraud (Pierre & Vacances) : de 80 à 165 millions

Eric Guerlain (Christian Dior) : de 80 à 165 millions

Famille Ducros (Ducros) : de 80 à 165 millions

Jérôme DeWitt (horlogerie) : de 80 à 165 millions

Dominique Frémont (Mauboussin) : de 80

 

Sportifs

Jean Alesi, réside en Suisse        Sébastien Loeb, réside en Suisse

Marion Bartoli, réside en Suisse               Paul-Henri Mathieu, réside en Suisse

Julien Benneteau, réside en Suisse        Gaël Monfils, réside en Suisse

Arnaud Boetsch, réside en Suisse           Christophe Moreau, réside en Suisse

Arnaud Clement, réside en Suisse          Amélie Mauresmo, réside à Genêve en Suisse

Nicolas Escudé, réside en Suisse              Stéphane Peterhansel, réside en Suisse

Guy Forget, réside en Suisse     Cédric Pioline, réside en Suisse

Richard Gasquet, réside en Suisse          Alain Prost, réside en Suisse

Jean-Claude Killy, réside en Suisse         Fabrice Santoro, réside en Suisse

Henri Leconte, réside en Suisse               Florent Serra, réside en Suisse

 Gilles Simon, réside en Suisse Vincent Rives, réside en Irlande

Jo-Wilfried Tsonga, réside en Suisse      Jean-Philippe Gatien , réside aux Etats Unis 

 

“Artistes” : Chanteurs

Charles Aznavour, réside en Suisse        David Hallyday, réside en Suisse

Johnny Hallyday, réside à Gstaad en Suisse        Patricia Kaas, réside en Suisse

Florent Pagny, réside en Patagonie (Argentine)              Michel Polnareff, réside aux Etats-Unis

Marie Laforêt, résidente et citoyenne suisse 

 

Acteurs - Auteurs

Daniel Auteuil, réside en Belgique          Emmanuelle Béart réside en Belgique

Laetitia Casta, réside au Royaume-Uni José Garcia, réside en Belgique

David Habibi, réside au Canada                Alain Delon, résident et citoyen Suisse 

Christian Jacq, réside en Suisse                Marc Levy, réside au Royaume-Uni

Michel Houellebecq, réside en Espagne (en Irlande auparavant) 

 

Patrons et Actionnaires

Jacques Badin (Carrefour) réside à Bruxelles en Belgique

Thomas Bata (marque de chaussures Bata) réside en Suisse

Famille Baud, dont Jean, (Franprix et Leader Price, 2 à 3 milliards de CHF), résident en Suisse

Lotfi Belhassine, président d’Air Liberté, réside en Belgique. Il a fui la France car l’ISF représentait       93% de ses revenus

Claude Berda, AB Groupe, réside à Cologny en Suisse

Des membres de la famille Bich (Groupe Bic) résident en Suisse

Corinne Bouygues, réside à Genêve en Suisse

Des membres de la famille Mulliez (propriétaire de Auchan, Décathlon, Mondial Moquette, Norauto et Kiabi), résident en Belgique

Georges Cohen, informatique et armement, réside en Suisse

Bernard Darty, fondateur de Darty, réside en Belgique

Jean-Louis David, fondateur des salons de coiffure éponyme, réside en Suisse

Des membres de la famille Defforey, à l’origine de la société Carrefour, résident en Belgique

Des membres de la famille Despature (dont Paul-Georges Despature), propriétaire des marques Damart et Somfy, résident en Suisse et en Belgique.

Des membres de la famille Ducros résident à Cologny en Suisse

Pierre-François Grimaldi (iBazar), réside en Belgique

Eric Guerlain réside en Grande-Bretagne

Philippe Jaffré, ancien président d’Elf

Robert Louis-Dreyfus réside à Zurich en Suisse.

Des membres de la famille Mimram (dont Jean-Claude Mimram), résident à Gstaad en Suisse.

Des membres de la famille Nonancourt, propriétaire des champagnes Laurent-Perrier, résident en Suisse.

Denis Payre, fondateur de Business Objects, réside en Belgique ou il a démarré une nouvelle société, Kiala, qui a embauché 100 personnes

Des membres de la famille Peugeot (entre 5 et 6 milliards de CHF), résident en Suisse.

Michel Reybier, ancien PDG de Justin Bridou, réside en Suisse

Jacques Tajan, ancien premier commissaire-priseur de France, réside en Belgique

Des membres de la famille Wertheimer, héritiers de Chanel, résident à Cologny en Suisse

Roger Zannier, à la tête de Kookaï ou Absorba, réside à Cologny en Suisse 

Alain Ducasse, cuisinier, a troqué sa nationalité française pour rejoindre Monaco

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Economie
commenter cet article
27 décembre 2012 4 27 /12 /décembre /2012 12:41

http://www.voici.fr/var/voi/storage/images/media/multiupload-du-01-fevrier-2012/gerard-depardieu/8064052-1-fre-FR/gerard-depardieu.jpg

Alors que l'acteur français pensait être fiscalement tranquille du fait de son exil en Belgique dans le village des millionnaires de Néchin, situé à un kilomètre de la frontière française, le Parti du travail de Belgique a décidé de l'accueillir en grande pompe avec un magnifique cadeau: une boîte de la taxe des millionnaires. Une manière d'expliquer à l'acteur que la Belgique ne sera peut-être pas toujours un paradis fiscal. Le PTB propose une taxe qui rapporterait 8 milliards d'euros.

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54 - dans L'Internationale
commenter cet article
23 décembre 2012 7 23 /12 /décembre /2012 08:48

blog-10.png.jpg.gifMalgré ce menu démoralisant

Le bureau de section vous souhaite ses meilleurs vœux pour l’année 2013.

Demain, partout, et d’abord chez nous, on peut vaincre la misère, le chômage, le travail épuisant, oui on le peut, avec un Parti communiste fort et influent.

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Politique nationale
commenter cet article
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 21:53

LOGO RESEAU NATIONALCommuniqué des initiateurs du texte alternatif « Un parti résolument communiste dans l’affrontement de classe. Ni abandon, ni effacement »,  16 décembre 2012

Les 14 et 15 décembre 2012, les communistes étaient appelés à voter pour choisir la motion qui servira de « base commune » pour le 36ème  congrès du PCF, des 7 au 10 février.

Les résultats appellent une première constatation : le niveau extrêmement bas de la participation, malgré l’importance de l’enjeu. Il y aurait eu 34.000 votants officiellement, c’est-à-dire moins du quart des 140.000 adhérents revendiqués.

Autre constatation inquiétante : le nombre des « inscrits » n’atteint que 63.000. Moins d’un adhérent annoncé sur deux est reconnu comme cotisant. C’est 16.000 de moins que lors du même vote au dernier congrès statutaire de 2008. Les annonces sur le flux d’adhésion depuis le Front de gauche sont démenties par les chiffres de la direction eux-mêmes. En vérité, fédération, section par section, une nouvelle et grave étape dans la déstructuration des organisations militantes a été franchie.

La faiblesse de la participation traduit les dispositions prises par la direction sortante pour minimiser la portée du vote, esquiver les débats de fond, ficeler le 36ème congrès.

Le vote sur les motions est le seul moment où pouvait se tenir une réflexion et une expression nationales, collectives et contradictoires, sur le bilan et la poursuite de la stratégie d’effacement du PCF et de ses positions dans le Front de gauche. Rappelons que cette stratégie a été imposée unilatéralement depuis 2008, hors de tout congrès statutaire.

Les documents sur lesquels on votait sont arrivés quelques jours à peine avant le vote, dilué dans un magma de textes annexes, le tout représentant l’équivalent d’un roman de 500 pages. C’était mission impossible de les lire en entier, encore moins de les étudier en section. Auparavant, l’information préalable, dans le Parti comme dans l'Huma, a été minimale et partiale. Quant à l’organisation du vote lui-même, elle a relevé bien souvent du bricolage, sinon de l’irrégularité. Dans un contexte de discrédit du fonctionnement des partis politiques « bourgeois », il est inconcevable que la direction du PCF donne ce spectacle de caricature de démocratie interne.

Pourtant, l’enjeu du 36ème congrès est grave : Comment le PCF, organisation politique révolutionnaire historique de la classe ouvrière en France, prépare, anime la résistance des travailleurs et de la population à la politique de super-austérité programmée par le nouveau gouvernement en collaboration avec le patronat et l’Union européenne.

La direction a réussi à imposer son texte, intitulé « rallumer les étoiles ». Mais au forceps ! Malgré le légitimisme entretenu, tous les moyens à disposition des directions nationale et départementales, contrôlant l’appareil de vote, l’Humanité, etc.  il n’obtient officiellement que 24.000 voix, même pas 20% des adhérents. La direction du PCF sort affaiblie, désavouée doublement : par ses méthodes et par leur résultat. Elle n’est pas légitime pour poursuivre sa stratégie d’effacement du Parti et d’abandon de ses positions révolutionnaires. C’est pourtant bien à quoi vise son texte, devenue maintenant « base commune » du Congrès. Sous un verbiage poétique et d’infinies diversions, il a escamoté les questions essentielles ouvrant à des remises en cause : le bilan des positions du Front de gauche, des illusions semées sur le nouveau gouvernement, de l’acceptation de la dictature de l’UE du capital…

Les options destinées à canaliser les sceptiques et les opposants ont moins bien fonctionné que les fois précédentes.

Le texte alternatif n°2 émanait d’un groupuscule trotskyste, transfuge du PS passé au PCF, maintenant au Front de gauche. Le fait est largement ignoré des communistes. La capacité de diversion de ce groupe, qui prétend « renouer avec le marxisme » tous les 5 ans sans jamais rompre avec l’entrisme, s’est dégonflée de moitié depuis le congrès de 2008. 

Les initiateurs du texte alternatif n°1, à la fois des caciques, élus du Parti et des responsables de groupe, ont essayé de rassembler, sur la base de la confusion, tout à la fois des partisans du Front de gauche, des résignés au Front de gauche et des opposants au Front de gauche. Le résultat de cette démarche, électoraliste en interne, atteint 11%, malgré l’appui notamment de la direction de la puissante fédération du Pas-de-Calais. Comment être crédibles sur des positions « identitaires », par exemple sur l’UE, lorsque l’on s’est trouvé suppléant de Mélenchon aux législatives dans le Pas-de-Calais, lorsqu’on est candidat du Front de gauche à la législative partielle de Béziers, après y avoir animé les collectifs anti-libéraux pro-Bové en 2007, ou bien lorsque l’on s’est rangé derrière la proposition de candidature Front de gauche de Braouezec en 2009 aux régionales en Ile-de-France ? Démarche peu claire pour objectifs peu clairs. Clarifiez, camarades !

Avec le texte alternatif n° 3, nous avons défendu une toute autre option, à contre-courant : celle de la rupture avec le processus de mutation-transformation-liquidation du PCF maintenant dans le Front de gauche et dans le Parti de la gauche européenne.

Sans surprise, nous avons rencontré l’adversité, souvent mesquine, de dirigeants, nationaux et locaux, avec de rares exceptions.

Pour nous, ce vote, dans ces conditions caricaturales, n’est qu’une étape. Partout où nous avons réussi à imposer le débat parmi les communistes - notre attention aussi rivée vers les travailleurs, les luttes et la jeunesse - nos propositions ont marqué des points, souvent parce qu’elles sont celles que l’on attend du PCF. Cela se traduit dans la répartition géographique des 6% obtenus.

Dès la semaine prochaine, comme nous l’avons dénoncé, les camarades vont recevoir leur nouvelle carte plastifiée, indéchirable et pluriannuelle. C’est une provocation. D’un côté, la nouvelle carte entérine le programme « L’Humain d’abord » du Front de gauche et de Mélenchon dont les communistes n’ont jamais discuté. Sur l’autre face, la carte porte, symboliquement en lieu et place de la faucille et du marteau, l’étoile du Parti de la gauche européenne, cette officine financée par le Parlement et la Commission européenne pour sa fidélité à l’UE du capital, un des ennemis principaux des peuples de Grèce, du Portugal ou de France ! La direction du Parti aura attendu la fin du vote interne pour pousser encore, de façon hautement symbolique, le processus d’effacement du Parti. C’est lamentable.

Plus que jamais, dans la période qui s’ouvre, avant et après le congrès, nous poursuivrons notre démarche constituant à faire vivre et renforcer le PCF, ses organisations, sur une base de lutte, sur une base de classe. Nous continuerons à rassembler les communistes, écartés dans les faits de leur parti, pour qu’ils se le réapproprient, comme les travailleurs et les jeunes qui ont besoin dans leurs luttes d’une organisation porteuse, ni d’accompagnement et de réformisme, même sur le mode du cri, mais de ruptures révolutionnaires.

Nous continuerons à mettre en avant dans le Parti l’exigence de grandes campagnes nationales pour la nationalisation des secteurs clés de l’économie et la reconquête des grands services publics, pour la rupture avec l’UE et l’euro, etc. dans la perspective d’un projet de société : le socialisme au 21ème siècle.

Il y a et il y aura des révolutionnaires conséquents dans notre pays. Ils seront organisés. Ils seront communistes ! Vive le Parti communiste français !    

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Politique nationale
commenter cet article
18 décembre 2012 2 18 /12 /décembre /2012 21:53

http://fr.globedia.com/images/nouvelles/2012/3/30/pour-fran-ois-hollande-probleme-est-chomage-des-jeunes-pas-les-chomeurs_1_593922.jpgLe taux de chômage dans cette population reste élevé : 22.7% des jeunes actifs sont aujourd’hui sans emploi, soit le double de la moyenne nationale.

Il n’est pas surprenant que le chômage des jeunes augmente quand la priorité est donnée à l’allongement de la durée du travail des seniors. Il y a quelque chose d’extraordinairement absurde dans cette société à reporter la retraite de 60 ans vers 67 ans, au moment où l’on a 5 millions de chômeurs réels. Pendant que les salariés, même usés, sont obligés de rester à leurs postes pour atteindre difficilement le nombre d’annuités nécessaire à une retraite de niveau décent, des centaines de milliers de jeunes s’impatientent au seuil de l’emploi. Il y a aussi quelque chose de scandaleux quand on a 5 millions de chômeurs à ce que la durée légale de 35 heures par semaine, en pratique, soit largement dépassées, et qu’en moyenne la durée du travail soit de 41-42 heures. Il s’y ajoute un milliard d’heures supplémentaires non déclarées, non payées, non majorées, ce qui est un vol massif de salaires, et c’est surtout équivalent de 600 000 emplois. Enfin, la précarité n’est pas une fatalité, elle n’est imposée par aucune exigence économique, c’est un choix patronal dans le seul but de freiner les salaires et de faire plier l’échine aux jeunes avant de leur accorder un emploi. Car, en fait, entre 29 ans et 54 ans, il y a 95% de CDI, et même la durée de ces CDI s’est allongée et elle est passée de 9.5 ans à 11.5 ans, ces 25 dernières années : le CDI pourrait être la norme dès 18 ans si le Code du travail prenait les mesures pour l’imposer. Le constat est sévère : s’il y a chômage des jeunes, c’est le fruit d’une volonté politique suffisante en face pour l’empêcher

Pourquoi s’acharne-t-on à continuer dans cette voie ? Prenons un exemple symptomatique. Dans les emplois d’avenir, il y a un volet spécifique destiné aux futurs enseignants de niveau licence2. Ils pourront enseigner avec une décharge de trois heures pour préparer leurs examens mais une rémunération de 900 euros, soit en dessous du seuil de pauvreté…

Aucune logique économique n’impose la précarité aux jeunes, et surtout pas le prétexte de formation, ou d’inexpérience. Dans le passé, les patrons formaient les jeunes, et c’était normal : maintenant, ils veulent des jeunes tout formés et, qui plus est, serviles. Pour les faire rentrer dans le moule de la précarité, de la flexibilité, ils les forcent à un parcours du combattant, de 19 ans à 29 ans, de CDD en intérim, de stages en heures supplémentaires non payées. Mais tout ça, c’est pour augmenter à l’infini les marges et répondre aux ratios de profit exigés par les banques. Clairement, les entreprises sont les grandes bénéficiaires de ces mesures. Il s’agit de démanteler le droit du travail et la protection sociale, ni plus ni moins. Les jeunes sont une porte d’entrée efficace pour atteindre cet objectif. Avec les femmes et les migrants, il s’agit d’une catégorie utilisée pour tirer les droits sociaux vers le bas, par des dispositifs d’exception.

« La précarité permet un ‟dégraissage ”de la masse salariale. En toute liberté et en toute légalité. »

On ne peut pas améliorer le capitalisme, il est responsable de ce qu’il  a de plus mauvais dans le monde. Il faut que les jeunes soient partie prenante. Ils faut qu’ils entrent dans la lutte.

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Economie
commenter cet article
15 décembre 2012 6 15 /12 /décembre /2012 21:00

blog-9.png.jpgLes communistes du Jarnisy se sont prononcés vendredi 14 décembre 2012 sur l’un des 4 textes proposés : le projet de la direction sortante et 3 textes alternatifs.

Malgré les turbulences de cette année, la section ne dépose pas le marteau et la faucille à terre. Elle garde ses positions de classe et prépare la riposte  face à la politique programmée de super austérité et à la violence sociale qu’elle engendre.

Les camarades se sont déplacés à la Maison du Peuple de Jarny pour marquer leur union militante et s’exprimer clairement

A 95,16% pour le texte alternatif  n°3 «  Un parti résolument communiste dans l’affrontement de classe. Ni abandon, ni effacement, cosigné par Jean Baus (secrétaire de la section) et Christian Tabaglio (membre du conseil national),

3.23%  pour la base commune adoptée par le Conseil national «  il est grand temps de rallumer les étoiles »

1.61%  pour le texte  alternatif n° 2 « Combattre l’austérité, en finir avec le capitalisme »

 et 1 bulletin  nul

La section du Parti Communiste du Jarnisy enfonce le clou pour un parti résolument communiste dans l’affrontement de classe.

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Elections
commenter cet article
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 19:49

http://www.lamontagne.fr/photoSRC/W1ZTJ1FdUTgIBhVOGwYSHgYNQDUVGFdfVV9FWkM-/lakshmi-mittal-en-conference-de-presse-au-luxembourg-le-8-fe_911651.jpegÇa suffit ! La Lorraine, et singulièrement les sidérurgistes de la Fensch, n’en peuvent plus d’être les otages de marchés indignes.

Indigne, le jeu cynique de la famille Mittal. Indignes, les batailles de pouvoir dans les palais parisiens. Indigne, le mépris des uns et des autres pour les ouvriers et les techniciens d’Arcelor, pour les salariés des sous-traitants de la sidérurgie, pour les élus locaux.

Qui nous convaincra que les vieilles rivalités entre le Premier ministre et son ministre du Redressement productif n’ont pas pesé d’un poids néfaste sur le traitement du dossier Florange par le gouvernement ? Qui osera affirmer que la direction d’ArcelorMittal a attendu mercredi, quatre jours après la conclusion de l’accord de Matignon, pour s’aviser que le projet Ulcos serait émaillé de difficultés techniques telle qu’il en devenait irréalisable en l’état ?

Toutes les  justifications du monde n’y changeront rien. Les sidérurgistes mosellans, qui ont fait preuve d’un incroyable sang-froid depuis le début de leur bras de fer avec le magnat indien, se voient en retour condamnés à subir le poids d’enjeux qui les dépassent. Et à travers leur drame, c’est toute une région qui voit son image à nouveau dégradée, alors qu’elle se bat ici pour inventer un avion, là pour accueillir les marchés de l’Orient, ailleurs pour construire l’automobile du futur. Alors, maintenant, vraiment, il est plus que temps que l’on cesse de jouer avec les nerfs des Lorrains. Ça suffit !

RL du 7 décembre 2012

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Politique regionale
commenter cet article
12 décembre 2012 3 12 /12 /décembre /2012 17:55

blog-8.png.jpg

Sans débat interne, sans discussion, sans même l’avis du conseil national, la « faucille et le marteau » ont disparu de la nouvelle carte du PCF, remplacés par le logo de l’euro-compatible « Gauche européenne »…

Qui peut nier l’effacement communiste et qu’en pensent les adhérents ?    

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Politique nationale
commenter cet article