Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PCF DU JARNISY 54
  • PCF DU JARNISY 54
  • : PCF du Jarnisy Section Henri Bezon
  • Contact

PERMANENCES HEBDOMADAIRES

Tous les vendredis de 16h à 18 heures
à La Maison du
 Peuple de Jarny,
elles sont ouvertes à tous!!!

VISITEURS :



compteur pour site web


compteur visite

Pcf du Jarnisy

Créez votre badge 

11 avril 2012 3 11 /04 /avril /2012 19:26

http://www.franceculture.fr/sites/default/files/imagecache/ressource_full/2012/04/11/4421827/AubracLP.jpgNous pleurons ce héros de la Résistance, ce grand serviteur de la France libre et républicaine qu’il est resté jusqu’à son dernier souffle.

Tout au long de sa vie, Raymond Aubrac fut compagnon de route du Parti communiste français. Son nom restera à jamais indissociable de celui de Lucie.

Après que Raymond Aubrac se soit échappé de prison en 1940, avec Lucie il s’installe à Lyon. Puis il organise le mouvement de libération Sud.

Raymond, Lucie et le groupe franc armé et au péril de leur vie, ils participent à la libération de personnalités de la Résistance à l’hôpital de l’Antiquaille, opération qui se solde par une franche réussite.

Le 20 juin 1943, Raymond rencontre Jean Moulin à la maison du Goujon. Arrêtés tous deux le lendemain, ils seront interrogés par Klaus Barbie au siège de la Gestapo.

C’est encore Lucie qui réussi l’exploit de le faire libérer, avec l’aide du groupe franc de Libération lors d’un transfert du boulevard des Tchécoslovaques vers la prison de Montlluc.

Raymond Aubrac rejoint ensuite Londres et le Général de Gaulle.

En 1944, il sera nommé commissaire régional de la République pour la Provence.

Raymond Aubrac est une personne hors du commun. Il fait une rencontre inédite avec le Président Hô Chi Minh. Il crée un bureau d’études moderne dénommé : « le BERIM ». Il a également travaillé avec le gouvernement du Maroc auprès du secrétaire général des Nations-Unies à la FAO et devient un interlocuteur privilégié lors de la conférence de Paix à Paris qui mettra fin à la guerre du Vietnam en 1975. Après 1978, il va consacrer son activité à des travaux de coopération internationale dans le cadre de l’UNESCO.

Raymond Aubrac, c’est l’Honneur et la fierté de la France.

Repost 0
Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
10 avril 2012 2 10 /04 /avril /2012 18:45

http://www.ctms.fr/photos/451/detecter-faux-billet-euro.jpg« L’argent sert en masse à la spéculation au lieu de servir l’économie »

 

Les élections présidentielles et législatives à venir sont un moment important dans la vie et le débat démocratique à condition que les souhaits des citoyens soient entendus. Pour nous, il s’agit d’engager notre pays sur la voie de la justice en supprimant les inégalités.

            Les politiques capitalistes libérales ont conduit à la crise financière et ont accru les injustices sociales. Elles ont consisté à développer massivement le chômage et la précarité( il n’y a qu’à voir l’explosion des besoins de celles et de ceux qui sont obligés d’aller aux Restos du cœur, au Secours populaire…). Elles compriment toujours plus les salaires et les pensions, réduisent de façon importante l’emploi public, taillent dans les dépenses utiles socialement (éducation, santé…). Elles remettent en cause des fondements solidaires de la protection sociale comme le droit à la retraite à soixante ans, vident de sa substance le Code du Travail. Et avec l’annonce de l’instauration d’une TVA sociale (diminuant les rentrées de cotisations sociales dites patronales), le président s’attaque de front à un de nos piliers de la solidarité : la protection sociale.

            C’est la course au profit qui domine sur tout. Les actionnaires exigent  de plus en plus de rentabilité financière. L’argent sert en masse à la spéculation au lieu de servir l’économie. Les attaques des financiers contre les Etats remettent en cause la démocratie et aggravent, à des degrés divers, le niveau des peuples européens. La Grèce est aujourd’hui la plus touchée.

            Militants chrétiens en classe ouvrière, nous menons le combat avec toutes celles et tous ceux qui luttent pour une société solidaire. Quand le profit devient le moteur de la marche du monde, que devient l’homme ? Quel sens a sa vie ? Nous refusons que la finance soit utilisée pour broyer les peuples au profit des plus riches.

            Dans ce rendez-vous électoral nous voulons dire qu’il est impératif, pour le bien des femmes et des hommes, de transformer cette société, de changer de politique et de modèle économique, d’instaurer une juste répartition des richesses produites, de se libérer des oppressions du capitalisme qui se nourrit des inégalités, gaspille les ressources, détruit la planète.         Notre vote sera guidé par les programmes qui vont favoriser un travail pour tous, le respect des étrangers, une forte augmentation du SMIC et des retraites, le renforcement de la protection, le droit à la retraite à soixante ans. Nous invitons les travailleurs comme tous les citoyens à refuser la poursuite d’une politique de droite, à rejeter l’extrême droite et à ne pas se réfugier dans l’abstention.

 

Vu dans l’humanité du 6 avril 2012

Repost 0
Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Economie
commenter cet article
9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 08:40

http://nainsportentnawak.net/wp-content/uploads/Sarko.jpgLes efforts de Sarkozy n’y font rien, la population refuse d’oublier ses préoccupations quotidiennes, l’emploi, l’augmentation des prix, le manque de logements…

 

Sarkozy met pourtant le paquet pour instrumentaliser les drames de Montauban et Toulouse à des fins électorales et politiciennes. Sa volonté de dévoyer la légitime émotion de la population sur le terrain sécuritaire, sur celui du nationalisme et de la xénophobie envenime le climat politique.

 

Invoquant la lutte contre le terrorisme, Sarkozy voudrait faire accepter ses réponses répressives face à la régression sociale, restreindre les libertés. Au nom de l’ « union nationale », il voudrait étouffer le mécontentement social et faire oublier son sinistre bilan en attisant les inquiétudes et les peurs. Il rêve de dévoyer la colère des travailleurs, des classes populaires contre l’austérité, les bas salaires, la montée continue du chômage qu’il ose, avec cynisme, qualifier de « modeste » !

Marine Le Pen est la première à utiliser ce climat pour distiller sa haine contre les immigrés, le racisme. Elle prétend, elle dont les liens avec des forces ouvertement fascistes sont de notoriété publique, partir en guerre contre ce qu’elle appelle « le fascisme vert » au nom de la chrétienté ! La droite et l’extrême droite flattent les obscurantismes réactionnaires pour diviser celles et ceux qui sont victimes de la politique des classes dominantes responsables de la crise. Rejeter cette démagogie répugnante est une raison suffisante pour chasser la droite et l’extrême droite. Mais, Hollande se laisse, lui aussi, entrainer sur le terrain des surenchères sécuritaires. S’il conteste les dernières mesures répressives demandées par Sarkozy c’est pour insister sur le « renforcement des moyens ». Plus les lois sécuritaires ou plus de police, la réponse n’est pas là.

 

Le premier tour de l’élection présidentielle sera l’occasion de dire que nous ne sommes pas dupes.

C’est au cœur du problème qu’il faut s’en prendre, à l’insécurité, à la régression sociale, au chômage et à la précarité qui secrètent la misère, la pauvreté.

A l’origine de la violence, il y a la violence sociale quotidienne qui délite les relations sociales, entraîne les frustrations, le désespoir et les peurs. C’est elle qui exacerbe les tensions au point que bien des personnes au sein même des quartiers populaires ne voient d’issue que dans plus de police. Pourtant il n’y aura pas d’issue sans créer les conditions d’une vie sociale solidaire et démocratique en mettant fin à cette violence sociale. En mettant fin aussi à la violence des guerres qui ravagent le monde en particulier contre les peuples afghan et palestinien. Les surenchères sécuritaires et répressives ne peuvent qu’accentuer le recul social et démocratique. L’issue dépend de notre mobilisation pour imposer une autre répartition des richesses, créer les conditions sociales et politiques d’une réelle démocratie maintenant.

Repost 0
Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Politique nationale
commenter cet article
7 avril 2012 6 07 /04 /avril /2012 17:36

Image144444-copie-1Dans les années soixante-dix, alors que les salariés courbaient l’échine pour profiter des dernières années des  « Trente glorieuses », il était de coutume de dire que « la politesse était la seule richesse de l’ouvrier ». Il en avait bien sûr beaucoup d’autres, dont celle de la générosité et de la solidarité. Puis sont venues les années destructrices du pouvoir de l’argent, celle où le monde est devenu fou car il abandonnait ses valeurs pour se soumettre au diktat des financiers. A tel point que l’on s’était fait à l’idée que l’on ne pouvait plus rien faire puisque nous étions dans le cadre d’une mondialisation incontournable, sans issue et suicidaire.

         

Ses partisans sont encore légion. En Europe, ils condamnent les peuples à l’austérité. En France, ce sont les gros bras de la campagne présidentielle.

 

« Révolution » puisqu’il s’agit de changer la gouvernance du pays et d’instaurer un nouveau fonctionnement démocratique. « Citoyenne » parce qu’elle se fera avec le peuple et commencera pas une assemblée constituante. Il ne faut pas dire aux mots autre chose que ce qu’ils signifient. Agiter les peurs comme le font la droite et le Medef n’est qu’une vieille recette usagée.

 

Plus personne ne peut ignorer qu’un grand élan populaire est en marche sans que l’on sache quel sera son ampleur au fond des urnes au soir du 22 avril.

Repost 0
Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Politique nationale
commenter cet article
6 avril 2012 5 06 /04 /avril /2012 18:44

http://photosblog.top-news.fr/nicolas-sarkozy.jpgLe président des riches tire sur tous ceux qui luttent !

Après avoir attaqué la CGT pendant des semaines, il s’en est pris, hier matin, « aux permanents de la CFDT » de Florange.

 

Nicolas Sarkozy  a attaqué « directement les militants de la CFDT dans le but de les opposer aux vrais salariés », a estimé hier le syndicat. Dans un entretien à la presse régionale, le candidat de l’UMP s’en est pris aux  « permanents de la CFDT » d’ArcelorMittal qui, d’après lui, « trahissent la confiance des salariés » et « font de la politique au lieu de défendre (leurs) intérêts ». Dans la journée,  Sarkozy récidivait en s’en prenant cette fois à la CGT : « Si les syndicats font le travail des partis politiques, faut pas s’étonner que les syndicats ne peuvent pas participer au dialogue social. Fort heureusement, il y a beaucoup d’organisations syndicales moins engagées politiquement que M. Thibault. »

 

Chef de file de la CFDT d’ArcelorMittal, Edouard Martin rétorque vertement : « Si, pour lui, que des ouvriers essaient de défendre leur usine qui est menacée de fermeture c’est faire de la politique, alors là, je lui réponds : oui, on fait de la politique ! » Dans la même veine, Yves Fabbri, délégué CGT de Florange, insiste : « Devant l’effondrement industriel et social que subissent notre région et le territoire, nous vous invitons dans la campagne présidentielle pour interpeller les politiques sur la nécessité de maintenir tous les emplois industriels.

Repost 0
Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Politique nationale
commenter cet article
4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 19:59

http://laurentgbagbo.files.wordpress.com/2011/03/sarkozy-durcit-le-ton-contre-kadhafi.jpg?w=316Sarkozy n’a ni la stature historique du général de Gaulle, ni la solidarité rurale de Pompidou, ni la roublardise aristocrate de Giscard, ni la culture politique de Mitterrand, ni l’enracinement ppulaire de Chirac.

Son « talent » s’est exprimé dans la sphère médiatique, espace instable et précaire s’il en est. Il s’est distingué souvent avec grossièreté, comme l’homme de main du grand patronat. Il avait été chargé par la MEDEF de plusieurs missions : détruire le « modèle « social français, aligner le pays sur le libéralisme le plus débridé, atténuer la souveraineté nationale.

Après cinq ans de casse, jusqu’au bout, il a rempli le cahier des charges fixé par la grande finance, la droite réactionnaire et revancharde, celle qui, dans l’histoire de la France, a toujours trahi les intérêts du peuple, voici ce que le patronat et ses représentants au pouvoir voulaient, voici ce qu’ils ont fait.

CE QU’ILS VOULAIENT…

Ø  Casser le modèle social

Ø  Une nouvelle TVA anti sociale

Ø  Détruire les services publics

Ø  Augmenter la durée des cotisations

Ø  Abandonner la retraite à 60 ans

Ø  Baisser les salaires et les pensions

Ø  Augmenter les bénéfices des grandes entreprises industrielles et financières du CAC 40

Ø  Libéraliser le fret ferroviaire

Ø  Favoriser les OGM

Ø  Protéger les pollueurs

Ø  Baisser les financements

Ø  Favoriser l’élitisme

Ø  Appauvrir la création

Ø  Augmenter les loyers

Ø  Privatiser l’hôpital public

Ø  Taxer les mutuelles

Ø  Porter atteinte au droit de grève, au rôle des syndicats, à la représentativité syndicale

Ø  La France de l’OTAN

Ø  L’alignement sur la politique US

Ø  L’ingérence colonialiste

 

CE QUE NOUS VOULONS :

 Revenir à la retraite à 60 ans

 Une véritable justice sociale

 Augmenter le pouvoir d’achat

Repost 0
Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Politique nationale
commenter cet article
3 avril 2012 2 03 /04 /avril /2012 11:30

http://www.impots-economie.com/images-impots-economie/2012/03/sarkozy-elysee-ambassadeurs.jpgA 18 jours du premier tour de la présidentielle,

le président-candidat n’a toujours pas présenté son projet d’ensemble.

 

Ce n’est plus un projet, c’est Godot que l’on attend, ou sœur Anne que l’on ne voit pas venir. Le projet de Nicolas Sarkozy commence à évoquer l’Arlésienne : toujours annonce, sans cesse repoussé. Il était question, dans un premier temps, qu’il le soit hier, à l’occasion d’une conférence de presse du président-candidat. Mais la petite équipe que celui-ci a mise en place, quatre jeunes énarques cornaqués par Emmanuelle Mignon qui avait rédigé le projet de 2007, n’était pas prête. Rendez-vous (peut-être) reporté à jeudi, après un aller-retour du candidat à la Réunion. Sinon après Pâques…ou à la Trinité. Rappelons que le premier tour aura lieu dans dix-huit jours.

Repost 0
Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Politique nationale
commenter cet article
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 19:24

 http://www.pcf.fr/sites/default/files/imagecache/slider/13__london-f1041.jpgLise London est décédée.

 Femme rebelle, elle vient de disparaître à l’âge de 96 ans.

 Une grande dame d’exception, une combattante, elle a même habité Vénissieux, ville dans laquelle elle était secrétaire aux usines Berliet et au comité lyonnais du Parti communiste français.

 J’ai eu l’immense honneur, en tant que maire de Vénissieux, de recevoir Lise London en 1996, pour le 60ème anniversaire des Brigades internationales.

 Lise a un passé exceptionnel avec un parcours élogieux. Elle participe notamment à la constitution des brigades internationales pour aider la jeune République espagnole. Elle est impliquée avec les FTP et Henry Rol-Tanguy dans la Résistance et la préparation de bataille héroïque de la Libération de Paris.

 En 1935, elle rencontre Artur London, militant du Parti communiste tchécoslovaque. Depuis le livre « l’Aveu » écrit par Artur en 1967, elle est toujours identifiée à lui qui dénonce sans relâche les horreurs du stalinisme. Plus tard, ce livre a été traduit et adapté au cinéma par un film dans lequel Yves Montand en était le principal acteur.

 Elle demeurera communiste jusqu’au bout de sa vie. Jusqu’à la mort elle est restée une militante antifasciste appelant à la tolérance et à l’écoute de l’autre.

 Une grande dame vient de disparaître

 André GERIN

Repost 0
Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 15:16

Image144444Un camarade, dans une assemblée de vétérans, rappelait que les communistes ont l’ambition de changer le monde. Pour avancer dans cette perspective, il faut mener des combats. Aujourd’hui, l’un de ces combats, c’est celui de l’élection présidentielle et des élections législatives. Il faut noter, dans ce contexte, la prise de conscience de la responsabilité du capitalisme dans la crise, dans le développement de la précarité, l’aggravation des inégalités sociales, l’extension de la pauvreté, le recul de la démocratie. Les idées libérales qui ont dominé durant quelques trente années sont aujourd’hui en grand recul. Le capitalisme et son avatar financier est dénoncé. L’opinion majoritaire est qu’il n’est pas l’avenir. La question qui est alors posée : comment changer ce système, quelles voies emprunter ? Le Parti communiste a défini le but, et de façon liée, le chemin politique à suivre. Faire grandir la conscience de classe et travailler au rassemblement le plus large de toutes les victimes du capitalisme, de toutes les forces de progrès social et de démocratie. Il s’agit, au cours de la campagne électorale, de créer les conditions d’une majorité politique nouvelle rompant nouvelle rompant radicalement avec la domination du capital.

Des milliers de travailleurs se retrouvent dans nos propositions d’appropriation publique des banques, de mise de l’argent au service du relèvement du pouvoir d’achat, du développement social, de nouveaux pouvoirs aux travailleurs au détriment des actionnaires. Ce sont les bases pour le programme humain, la solidarité, l’union de tous les exploités, de tous les démocrates.

Ainsi, notre tâche est de rencontrer les ouvriers, les employés, les retraités, les agents des services publics, les cadres pour des débats citoyens, des échanges qui permettront l’intervention du plus grand nombre, la constitution de nouveaux fronts de lutte. L’enjeu est fondamental. Nous l’abordons avec toute la force grandissante du Parti communiste, au cœur d’une dynamique de rassemblement.

Fier de notre passé, nous, vétérans, sommes engagés pleinement dans la campagne

 

                                                                                              Daniel Renard

  Président national du PCF des vétérans

Repost 0
Published by PCF du Jarnisy 54
commenter cet article
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 19:53

Image144444Il y a quelques années, l’ancien numéro un du CNPF, ancêtre du Medef, François Ceyrac disait « On ne fait pas la même politique quand on a un PCF à 20% ou à 9%. »

En 1972, François Mitterrand a dit : « Si j’ai signé le programme commun, c’est pour prendre 2 à 3 millions de voix au PCF. »

Dernièrement, François Hollande rassure les financiers de la City de Londres en disant que le PCF étant affaibli, ils ne risquaient rien avec lui.

Tout ce tient.

 

Affaiblir le PCF pour faire l’alternance, comme aux Etats-Unis ou en Grande Bretagne.

Changer de personne pour que rien ne change ou si peu.

Le vote communiste dans les urnes, c’est bien, mais il ne faut pas oublier les luttes, sinon rien ne changera.

En face, ils ne vont pas rester les deux pieds dans le même sabot.

Repost 0
Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Politique nationale
commenter cet article