Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PCF DU JARNISY 54
  • PCF DU JARNISY 54
  • : PCF du Jarnisy Section Henri Bezon
  • Contact

PERMANENCES HEBDOMADAIRES

Tous les vendredis de 16h à 18 heures
à La Maison du
 Peuple de Jarny,
elles sont ouvertes à tous!!!

VISITEURS :



compteur pour site web


compteur visite

Pcf du Jarnisy

Créez votre badge 

1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 06:37

http://www.leblogfinance.com/images/inflation_copy.jpg

L’inflation a augmenté de 0,5% en août 2011. Soit une hausse de 2,2% sur un an, le plus haut niveau enregistré depuis octobre 2008. Cependant le Smic n’augmentera pas encore le 1er octobre 2011, puisque l’indice des prix hors tabac sur lequel il est indexé a progressé de 1,9% par rapport à son niveau de novembre. L’inflation doit atteindre le seuil minimal de 2% pour déclencher sa revalorisation.

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Economie
commenter cet article
31 octobre 2011 1 31 /10 /octobre /2011 14:34

Ça baigne

http://www.finaperf.com/images/logos/240x180/cac40.jpeg

Les bénéfices des grandes entreprises françaises ont augmenté de 9,5% au second semestre pour atteindre le seuil de 46.2 milliards d’euros, selon les données compilées par le cabinet d’audit et de conseil Pricewaterhouse-Coopers (PwC). Les analystes financiers s’attendent à ce que ces groupes dégagent collectivement 94 milliards d’euros de profits à la fin 2011, soit 15% de plus qu’en 2010

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Economie
commenter cet article
30 octobre 2011 7 30 /10 /octobre /2011 10:08

http://www.estrepublicain.fr/fr/images/8F598378-331C-4840-AC56-CFFD74C6DBCC/LER_15/patrick-hatzig-on-ne-rajoute-pas-un-alinea-a-un-contrat-photo-er.jpgChers camarades,


 Je n’ai réuni personne, pour dire et écrire mon point de vue personnel sur les premiers éléments identifiés de la campagne présidentielle du Front de Gauche. Ce sera très simple, pour commencer, tous ceux qui me connaissent, savent que je n’ai jamais été « plus que cela » attaché à un identitarisme débordant de notre propagande. J’ai admis très tôt dans le parti que « l’outil-parti » est un moyen et non un but en soi…, je ne développe pas. Mais voir sur le premier tract 4 pages « Prenez le pouvoir », aucune référence aux partis qui composent le Front de Gauche est une étape nouvelle (que moi-même, je ne voulais pas croire).Je constate aussi que la  "La lettre hebdo", bulletin de liaison de la campagne du Front de Gauche ne comporte que la mention de son origine qu’à la fin sur le cartouche, de façon presque clandestine. 

Je ne suis pas naïf, c’est volontaire, et désolant. J’ai entendu de la bouche de dirigeants des partis du Front de Gauche que le Parti Socialiste, en organisant les primaires, rompait avec la fonction du « parti socialiste » qui ne désignait plus en interne son candidat, mais je vous parie que dans sa propagande, il utilisera l’étiquette du Parti Socialiste. C’est désolant et idiot, car pour parier sur le retour du politique, et commencer par nier les partis qui portent un programme, un discours, une stratégie, nous allons être, une fois de plus, dépassés par l’histoire.

Dans notre constitution, les partis sont un pilier de la vie démocratique, ne le seront-ils plus dans une 6ème République ? 

Si le Front de Gauche est une bannière, où chacun vient avec ses idées, son histoire, sa culture, moi, je n’acceptais d’y être qu’avec une étiquette, car pour pouvoir militer avec d’autres, il faut exister, et croyez-moi, comme je n’ai pas en politique la prétention d’exister par moi-même, j’existe en tant que communiste.

Y aurait-il dans le Front de gauche des individus qui ont la prétention d’exister pour eux-mêmes ?

 Plus grave et fondamental est la nouvelle stratégie qui, dès lors, prend le pas sur la définition et le but que nous nous étions fixés dans le Front de Gauche.

 Chers camarades, vous devez revenir à la stratégie initiale du Front de Gauche et ne pas tenter de masquer et gommer les partis qui le composent dans toute la communication électorale, car cela ne sert à rien, cela pose plus qu’un doute sur la stratégie vers laquelle vous tenterez de nous amener, et en terme électoral, non seulement cela ne nous fera pas gagner mais perdre. Des camarades, et beaucoup, ne feraient pas campagne, ni ne voteraient pour un candidat, une stratégie politique qui n’affiche pas son origine. Qui veut cacher son origine veut mentir sur ses intentions. J’avoue ne pas comprendre, ou avoir peur de comprendre. En agissant ainsi vous aller nous couper de dizaines de milliers de militants, c’est catastrophique. 

Je termine par une parabole : des camarades actifs pour le Front de Gauche réprouvaient que d’autres camarades découpent sur les affiches, avant de les coller, le logo Front de Gauche. Ces camarades, actifs pour le Front de Gauche, sont sincères et vont avoir la même réprobation en vous voyant, VOUS, « découper » le logo  PCF des tracts avant qu’ils les distribuent. Je veux dire par là, que loin de tenter de regagner ceux qui ne partageaient pas la stratégie Front de Gauche, nous allons perdre ceux qui soutenaient la stratégie jusqu’ici. J’ose encore espérer que la suite montrera que le Pcf, avec d’autres partenaires sont les piliers de la bataille électorale, sinon, nous allons vers de graves déconvenues.


 Patrick Hatzig 
secrétaire fédéral de Meurthe et Moselle

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Politique nationale
commenter cet article
29 octobre 2011 6 29 /10 /octobre /2011 10:51

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/71/Wauquiez_lepuy10.jpg/220px-Wauquiez_lepuy10.jpgPour combattre « l'assistanat », Laurent Wauquiez, fondateur du club politique de la droite sociale, a défendu, entre autres propositions, l'idée de « réserver une partie des logements sociaux à ceux qui travaillent ».
 
 Après avoir proposé l'obligation pour les chômeurs de travailler gratuitement, Laurent Wauquiez récidive. Membre d'un gouvernement incapable de produire une politique du logement digne de ce nom, Laurent Wauquiez tente d'opposer les travailleurs et les demandeurs d'emploi. Ce genre de procédé en dit long sur la nature profonde des individus qui nous gouvernent et qui, pour se promouvoir, sont prêts à transformer la société en un vaste champs de bataille.
 Ces artifices de communication ne feront pas oublier le désastreux bilan de l'UMP en matière de logement : 3,6 millions de mal logés en France selon la Fondation Abbé Pierre.


En fait de droite sociale, c'est plutôt du qualificatif d'asociale qu'il faudrait rebaptiser l'officine de promotion de la petite personne de Monsieur Wauquiez.


Parti communiste français
27 octobre 2011

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Politique nationale
commenter cet article
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 10:40

http://www.rmc.fr/images/article/2011-10-18T055018Z_01_APAE79H0F1Q00_RTROPTP_3_OFRTP-FRANCE-NOTE-MOODYS-20111018.JPGLe chaos libéral peut tourner à la catastrophe généralisée en Europe, France comprise. Notre pays est désormais dans le collimateur de l’agence de notation Moody’s qui s’apprête à mettre un terme à son «  triple A ». Les « capots » du système capitaliste accélèrent ainsi leur danse de la mort autour des peuples incarcérés dans la crise. A Nice, Sarkozy a brandi l’imminence d’une chute de l’Europe. Les plans d’austérité se déploient à tour de bras, les Grecs en étant les martyrs les plus accablés. François Fillon a annoncé lundi soir aux Français une nouvelle saignée en réponse de la récession économique qui gagne du terrain.

L’engrenage de cette crise financière dont la spéculation boursière, les gâchis bancaires, la stratégie du profit maximum et les cadeaux aux riches sont responsables, ne sera pas enrayé tant que les capitaux ne seront pas mis fiscalement à contribution au même taux que le travail ! A l’inverse, les politiques d’austérité, qui cassent la croissance et multiplient les souffrances sociales, donnent de l’élan à la crise. Voilà pourquoi les gouvernances libérales jettent de l’huile sur le feu, chez nous, en Espagne, en Italie et ailleurs.

Portant dans sa besace électorale le même engagement que la droite de »résorber la dette » par l’austérité, le candidat François Hollande reste pour l’instant en position de faiblesse face à ses adversaires. La droite a beau jeu de lui demander des comptes sur le financement de ses promesses générales. La présidentielle ne pourra être gagnée que sur un changement de cap complet.

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Economie
commenter cet article
27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 05:42

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/7/75/Logo_Cora.jpgEn ramassant un banal ticket sur son tapis de caisse, une employée du magasin Cora de Mondelange (en Moselle) n’imaginait pas les suites qu’aurait son geste, à priori, anodin. Les faits se sont produits il y a deux semaines environ. La représentante du personnel CGT, qui est également caissière, récupère un ticket laissé par un client au dos duquel figure une offre promotionnelle pour un sandwich. Peu après, cette salariée protégée a été convoquée à la gendarmerie d’Uckange où elle devait expliquer son geste. Finalement, elle en est ressortie avec un rappel à la loi émanant du procureur de la République de Thionville. Parallèlement, la salariée a été convoquée à un entretien préalable au licenciement qui devrait avoir lieu très prochainement.

Contacté, Me Ralph Blindauer, avocat de l’employée, a d’ores et déjà fait opposition au rappel à la loi.

Vu dans le Républicain Lorrain du 26 octobre 2011

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Economie
commenter cet article
25 octobre 2011 2 25 /10 /octobre /2011 17:58

http://4.bp.blogspot.com/_Ug_Cx6EVXQc/S-h62ZGM3jI/AAAAAAAAAw0/zNNt7bNs3GI/s320/moodys.jpgLes agences de notation ne sont pas des ovnis survolant la planète Finance, distribuant au passage bons points et zéros pointés à des Etats, cancres ou modèles. La société Moody’s en apporte aujourd’hui une nouvelle démonstration en annonçant qu’elle va mettre la France sous surveillance particulière, les trois prochains mois, et brandit déjà la menace d’abaisser sa note. Elle s’invite dans la campagne électorale comme un Scud des marchés financiers.

Il n’en fallait pas d’avantage pour que Nicolas Sarkozy, enfonce le clou de l’austérité aggravée, qui serait le prix à payer de la crise de la zone euro. Au nom de quoi l’allongement de l’âge de la retraite ne saurait être remis en question, pas plus que la réduction du budget, c’est-à-dire des services publics et de la politique sociale. Le président de la République instrumentalise la crise européenne, ne recule devant aucune dramatisation, comme s’il cherchait, en provoquant des réflexes de peur, à émousser la volonté de changement politique.

La droite est affaiblie, son chef a perdu une grande part de son crédit. Pour autant, la gauche  n’a pas partie gagnée si elle n’ouvre pas une voie alternative au « No future » dans lequel Nicolas Sarkozy veut enfermer l’opinion. Le pouvoir sur la défensive engage « la riposte » après sa défaite historique aux élections sénatoriales. Le débat parlementaire sur le budget porte la marque de cette austérité renforcée. François Fillon envisage « de nouvelles mesures » si la France n’enregistrait pas une croissance minimale de 1,5%. Or, l ‘austérité, en étouffant la commission populaire plombe la croissance et enclenche une logique de récession. A ceux des élus UMP qui redoutent que certaines décisions, les plus révoltantes, ne transforment leur fauteuil à l’Assemblée en siège éjectable, François Fillon lance un rappel à la discipline. Et de rejeter d’emblée tout amendement visant à atténuer un tant soit peu l’injustice de son plan. Les mutuelles resteront taxées, les salariés malades verront leurs indemnités journalières baisser. La gauche à mieux à dire que « le gouvernement n’a pas pris les bonnes mesures » ainsi que l’a déclaré François Hollande commentant les propos de François Fillon.

Si la droite riposte, la gauche doit, elle, être à l’offensive

Vu dans l’Humanité du 19/10/2011

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Politique nationale
commenter cet article
24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 05:02

http://www.planetecampus.com/wp-content/themes/yamidoo/scripts/timthumb.php?src=http://www.planetecampus.com/wp-content/uploads/2010/01/MES-CHERES-ETUDES_preview.JPG&w=390&h=280&zc=1

Conférence  Paris sur le thème de la prostitution des étudiantes et étudiants. Un phénomène qui tendrait à se développer, via Internet, à cause de la précarisation des jeunes.

 

Stupeur au pays de Jules Ferry et de la méritocratie républicaine : environ 50 000 étudiantes et étudiants, selon le syndicat Sud étudiant, se prostituent pour financer leurs études…Comment a-t-on pu en arriver là ? Pourquoi les pouvoirs publics ont-ils laissé faire ?

Bien-sûr, les partisans du « laisser faire-laisser aller » diront que ce phénomène est difficile à juguler car il touche à la vie privée des individus, à leur liberté de disposer de leur corps… Ils ajouteront également que ce phénomène d’escorting (nom anglais politiquement correct pour prostitution) est impossible à contrôler et à quantifier car il s’effectue sur le net.

Allons-nous longtemps continuer à croire ces discours fleuve qui ne font que masquer une crise importante de notre fonctionnement républicain ? Au nom de la société de consommation et de l’information numérique, la France va-t-elle encore longtemps tolérer que ses étudiants se prostituent ?

Ça commence par un loyer impayé…

 « Ça commence par un puis deux impayés de loyer » (Marie étudiante à Paris), « on a peur de se retrouver sans toit, en plein hiver, alors on va sur Internet chercher des petits boulots. On essaye des boulots de nuit de serveuse. Et puis un jour, il y a un mec qui passe ou une ancienne serveuse qui vous explique l’escorting. Vous ouvrez de grands yeux écarquillés quand elle vous dit qu’elle peut se faire plus de 1500 euros par jour, en accompagnant des cadres en formation ou des maris volages au restaurant…Elle vous certifie que vous couchez que lorsque vous le voulez. Ce qui est vrai, vous choisissez votre client. En revanche, sauf à des rares exceptions, vous ne touchez l’argent qu’en couchant. Moi, je me suis regardé dans une glace, je me suis sentie belle et vide…j’ai passé des annonces sur internet et créé un blog pour me vendre 300 euros de l’heure. En une semaine je pouvais payer tous mes loyers de l’année…C’est là que l’enfer a commencé: j’étais devenue une pute. Je suis tombée malade ».

Il ne s’agit pas d’un épiphénomène… Chaque année, des centaines de jeunes femmes et parfois quelques hommes aussi, sautent le pas et tombent dans l’engrenage de la prostitution sur Internet pour des difficultés financières passagères, essentiellement liées à des problèmes de paiement de loyer. L'attractivité du gain (200 à 300 euros par heure) au regard du temps dépensé, fait de cette prostitution une activité compatible avec les horaires des cours et des TD. Internet facilite le passage à l’acte. Les grandes heures des macs à mocassins vernis semblent révolues…en tout cas pour ce type de prostitution.

A l'heure actuelle, la pratique étudiante se fait quasi-exclusivement via le net. Pourquoi ? L’anonymat, bien sûr. Sur Internet on peut converser puis sélectionner ses futurs clients. Une annonce étudiante, ce sont des milliers de visiteurs en quelques jours : pouvoir faire le tri sur Internet renforce un sentiment de sécurité. C’est aussi la liberté de poser ses conditions, financières bien sûr, mais également sexuelles (sodomie, éjaculation faciale, SM, partouze) en faisant varier les tarifs du simple au triple. « Internet permet d’effectuer un pré-tri de qualité… après on prend un café dans un lieu public, voire deux et puis après si tout est cool, on y va », nous explique Marie. Un risque a priori mesuré selon elle. Pourtant chaque année des centaines de prostituées se font agresser par leurs clients…environ 1 sur 10 porte plainte. Difficile d’imaginer que cette proportion augmente lorsqu’il s’agit d’étudiantes.

… Ça finit par une déconstruction psychologique totale

Bien sûr on trouvera toujours au cas par cas d’autres raisons qui ont poussé certaines étudiantes à franchir le pas : briser des cadres éducatifs familiaux trop rigides,  prendre une revanche sur les hommes (souvent après un échec sentimental...), mener une double vie, briser des interdits sexuels sous couvert de l’anonymat, ou encore retrouver confiance en soi en maîtrisant totalement le désir des autres…

Mais toutes ces raisons sont dérisoires au regard du moteur principal de cette prostitution qui est le manque d’argent de certains étudiants pour se nourrir et pour se loger. C’est là que les pouvoirs publics doivent réagir;

En effet outre le fait que la prostitution étudiante est inacceptable dans notre République, en arrière-plan, les coûts sociaux de celle-ci sont immenses : séjours psychiatriques, polyadditions lourdes, risques de VIH (certaines étudiantes acceptent de faire des fellations sans préservatif pour 300 euros en pensant qu’elles ne prennent aucun risque), et plus généralement incapacité à revenir durablement dans le tissu social classique et dans le monde de l’emploi.

Autrement dit, la non réaction de l’État face à ces étudiants qui se prostituent pour payer leur loyer coûtera à court terme des millions d’euros à la société en termes de prise en charge sanitaire et sociale…et malheureusement des centaines de morts par maladie ou par suicide.

Pour moi, le nerf de la guerre : c’est la politique du logement. Tant que l’État et les collectivités locales ne s’engageront pas plus dans le logement étudiant, la prostitution de nos jeunes bachelières continuera…

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Economie
commenter cet article
23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 05:51

http://www.cndp.fr/fileadmin/user_upload/POETES-EN-RESISTANCE/dossier_seghers/21---Les-fusilles-de-Chateaubriant---Rue-des-Archives---00365124.jpgSoixante-dix ans ont passé mais le regard de ces hommes, tourné vers un avenir qui leur fut refusé, n’a pas cesser de nous interpeller.

« Vous qui restez, soyez digne de nous, les 27 qui allons mourir. » Cette phrase, extraite de la dernière lettre d’un adolescent de dix-sept ans, Guy Môquet, « notre Guy », comme l’appelaient affectueusement ses aînés, frères de combat et de détention, demeure une invitation adressée aux jeunes d’aujourd’hui à porter, dans des conditions moins cruelles, cet idéal de justice et de fraternité qui unissait les otages de Châteaubriant. Et c’est précisément cet engagement qui leur a valu d’être sélectionnés par des représentants de la droite pétainiste pour être assassinés par l’occupant nazi. Ceux qui, en 1936, clamaient « plutôt Hitler que le Front populaire » mirent leur projet à exécution.

Les otages de  Châteaubriant constituent tous ensemble une représentation du monde du travail, de l’ouvrier au médecin, de l’artisan au professeur. Leurs vies brutalement interrompues avaient été jalonnées d’actes de courage et de détermination, des brigades internationales à la manifestation des étudiants le 11 novembre 1940. Ils avaient aussi souvent participé aux occupations d’usines en 1936. Tous ou presque étaient communistes, syndicalistes, et n’avaient pas attendu pour entrer en résistance. L’engagement de la classe ouvrière, des communistes, de la CGT dans la lutte concrète contre le nazisme-que ce fut avec des journaux clandestins ou les armes à la main- marqua de son empreinte le contenu social de la Libération qui devait triompher trois ans après la tuerie de Châteaubriant. Aujourd’hui, dans une époque où la droite s’attaque point par point au programme du Conseil national de la Résistance, la mémoire des vingt-sept est une exhortation pour les jeunes, pour le monde ouvrier d’aujourd’hui à ne pas céder.

Le Résistance demeure un enjeu politique. Nicolas Sarkozy en avait administré la preuve en tentant d’instrumentaliser, en la dépolitisant, la mémoire de Guy Môquet. A grand renfort de communication, il annonça que sa dernière lettre serait lue chaque année dans les lycées. L’initiative s’évanouit avec la fin de l’année 2007. En ce quinquennat finissant, l’hôte de l’Elysée voudrait faire oublier qu’il fut élu après s’être posé en « candidat du pouvoir d’achat », de « la France qui se lève tôt ». aujourd’hui, il cherche une issue pour échapper au jugement sévère des électeurs dans la dramatisation de la crise européenne qui justifierait de nouvelles mesures d’austérité contre la France populaire.

Entretenir la mémoire des héros de Châteaubriant, ce n’est pas seulement commémorer mais continuer leur combat, s’efforcer d’en être dignes en portant les valeurs communistes.

http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/image/MemCit/Chateaubriand/hommage.jpg

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Politique nationale
commenter cet article
22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 17:59

http://actualite.portail.free.fr/france/17-10-2011/cantonales-l-election-du-frontiste-jean-paul-dispard-annulee-par-la-justice/1589218_3_925c_jean-paul-dispard-le-30-mars-2011.jpgLe tribunal administratif de Toulon a annulé l’élection du conseiller général FN Jean-Paul Dispard, élu dans le canton de Brignoles avec cinq voix d’avance sur le sortant Claude Gilardo (PCF). Il y aurait « des discordes dans les listes d’émargement » entre le 1er et le 2ème tour

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Politique nationale
commenter cet article