Présentation

  • : PCF DU JARNISY 54
  • PCF DU JARNISY 54
  • : PCF du Jarnisy Section Henri Bezon
  • Contact

PERMANENCES HEBDOMADAIRES

Tous les vendredis de 16h à 18 heures
à La Maison du
 Peuple de Jarny,
elles sont ouvertes à tous!!!

VISITEURS :



compteur pour site web


compteur visite

Pcf du Jarnisy

Créez votre badge 

21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 07:24

http://philippemarx.com/wp-content/uploads/2011/03/1024_precarite.jpgPour la droite et le patronat, les stages et les emplois précaires

sont des instruments de surexploitation du travail

 

Les jeunes d’aujourd’hui ont certainement le sentiment que le monde est riche de possibilités, et au fond ce n’est pas faux. Mais, dans le même temps, ils se heurtent, quotidiennement, aux obstacles dressés devant eux. L’entrée dans la vie professionnelle, le droit à un vrai salaire, l’accès au logement, la possibilité de fonder une famille sont à portée, mais le réel se dérobe. Avoir 20 ans, c’est être amoureux, c’est avoir aux lèvres le gout du bonheur, du partage, de l’amitié. Mais c’est aussi la galère de stages en stages, l’intérim, les petits boulots qui deviennent harassants, les chambres de neuf mètres carrés pour 500 euros par mois…..

 

C’est terrible pour ceux qui vivent la misère à vingt ans. Les Restos du cœur ou le Secours populaire. Mais, à en rester là, ce constat peut devenir une arme idéologique, comme s’il fallait renoncer à tout jamais à vivre mieux, à changer la vie et à transformer le monde.

 

Tous les dispositifs avancés par la droite et le gouvernement sont inscrits dans cette logique du renoncement, mais pas pour tout le monde. Insertion, formation, accompagnement… Chacun de ces dispositifs repousse d’autant l’entrée réelle dans l’emploi, en même temps qu’il met à disposition du patronat une main-d’œuvre gratuite, avec cadeaux fiscaux en prime. Les différents stages aujourd’hui représentent l’équivalent de 400 000 emplois à temps plein. On en arrive, si l’on ose dire, à un système de poupées russes où des stagiaires sont encadrés par des stagiaires qui les forment. Cela ne touche pas que des jeunes qui seraient insuffisamment qualifiés, mais aussi des jeunes ingénieurs, des chercheurs, des diplômés de grandes écoles. Car la réalité, ce n’est pas que les jeunes ne sont pas prêts à entrer sur le marché du travail. La réalité, c’est que la droite et le patronat se servent des stages et des emplois précaires comme une arme contre le Code du travail et comme un instrument de surexploitation. 

 

La jeunesse n’a pas à s’excuser de vivre ni à quémander un travail. C’est elle qui écrira l’avenir, pas le capitalisme. Allocation d’autonomie, sécurité d’emploi et de formation, taxation des profits, suppressions des cadeaux au patronat sont des leviers dont elle peut s’emparer, avec toutes celles et ceux qui, à gauche, veulent changer le cours des choses, faire reculer la domination du capital sur la société et sur le plus bel âge de la vie.

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Economie
commenter cet article
20 avril 2011 3 20 /04 /avril /2011 07:00

http://storage.canalblog.com/84/74/131196/58294418_p.jpg

Le Président de la République a rendu ses arbitrages sur la fiscalité du patrimoine. Obligé de mettre fin à l'injuste bouclier fiscal, il en profite pour enlever le peu de dents qu'il reste à l'impôt sur les grandes fortunes : taux d'imposition maximum réduit de 1,8% à 0,5, et exonération de 300.000 contribuables.

Mais ce numéro de funambule est vain. Les mesures annoncées par Nicolas Sarkozy reviennent à résoudre la quadrature du cercle ! Comment satisfaire les voraces appétits de la bande du Fouquet's tout en continuant de donner à l'Etat les moyens d'exister. Impossible sinon continuer par exemple , comme c'est le cas, de faire payer aux Français les plus modestes les taxes injustes que sont la TVA ou la TIPP sur les produits pétrolier et poursuivre le dogme de la RGPP.

La politique fiscale de l'UMP va continuer à appauvrir l'Etat. Au final, les conséquences sont déjà connues : c'est moins de profs, de policiers, d'infirmières, et donc une société française qui s'affaiblit.

Le PCF fait 4 propositions sur l'ISF :

- un accroissement du prélèvement sur les fortunes financières 

- une élévation du taux sommital de 1,80 % à 2,5 % 

- l’assujettissement des équipements professionnels avec une modulation pour en encourager un usage favorable à la création d’emplois et pénalisant la croissance financière 

- une exonération des contribuables qui sont entrés depuis dix ans dans le champ d’application de l’ISF par l’unique effet de la flambée de l’immobilier.

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Politique nationale
commenter cet article
19 avril 2011 2 19 /04 /avril /2011 07:06

http://politique.jourdefemmes.fr/files/2009/10/nicolas-sarkozy.jpg

Nicolas Sarkozy rajoute de plus en plus la corde du mépris à son arc. Certes, il n'a jamais usé de très bonne manière et a rarement été  très élégant, mais hier devant un parterre de députés UMP, il a fanfaronné à tous les étages.

Il est vrai que si la candidature de Nicolas Hulot agite  quelques blogs, le président de la république l'a qualifié d'épiphénomène dans le système médiatique au même titre que l’appel du 19 juin 2010 de Dominique de Villepin, que tout le monde a oublié ou encore le départ de l'UMP de Jean-Louis Borloo et la candidature de François Hollande.

Effectivement, l'on ne peut pas lui donner tort sur le fond mais dès que quelqu'un d'autre que lui occupe l'espace médiatique, il faut qu'il devienne cynique, arrogant et donc méprisant. C'est vraiment très agaçant et en tous les cas,  ce n'est pas une attitude digne d'un chef de l'Etat mais celle d'un candidat en campagne.

D'ailleurs, à propos de 2012, il ne manque pas de préciser la situation, je la sens bien. Il devrait pourtant se montrer prudent à l'égard des épiphénomènes qui pourraient un jour lui revenir en boomerang mais cela après tout, c'est bien son problème et surtout pas le mien. En vertu  de cela il devrait aussi se méfier qu'à son tour, il ne devienne lui aussi un épiphénomène mais là encore, c'est son problème et celui de ses amis de l'UMP.

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Politique nationale
commenter cet article
18 avril 2011 1 18 /04 /avril /2011 19:16

http://www.leblogdecoco.fr/wp-content/uploads/2009/05/fete-du-muguet-ok.gif

Pour dénoncer les politiques d’austérité, pour donner la priorité à l’emploi, pour améliorer les salaires, les conditions de travail, pour l’exigence d’une vie meilleure faite de justice sociale, du respect des droits fondamentaux, d’un travail décent, l’Union Locale CGT du Jarnisy appelle les salariés, les retraités, les privés d’emploi au rassemblement républicain avec prise de parole et dépôt de gerbe le dimanche 1er mai 2011, à 10H30 au monument des Deux guerres à Jarny.

Un vin d’honneur sera servi à l’issue de la cérémonie à l’Union Locale (Maison du peuple de Jarny, face à la gare).

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Politique locale
commenter cet article
18 avril 2011 1 18 /04 /avril /2011 07:03

http://www.impots-utiles.com/mt-static/FCKeditor/UserFiles/Image/fillon%20sarkozy%20matignon%20depenses%20ministre.jpg

Fillon se rencarde : comment prendre encore plus aux pauvres ?

Moins d’impôts ! C’est depuis 10 ans, le crédo des gouvernements successifs. Aujourd’hui on nous dit que les caisses de l’Etat sont vides. Selon plusieurs rapports officiels, les deux phénomènes sont intimement liés. Sans cet amoncellement de cadeaux fiscaux aux riches et aux entreprises (68 à 77 milliards d’euros de recettes perdues chaque année du fait des nouvelles mesures prises entre 2000 et 2009), la dette serait de 60% du PIB environ, au lieu de 80%. Du coup, même à droite, on envisage des hausses d’impôts. L’Institut Montaigne-club de réflexion proche du MEDEF- vient de faire suggestions. Il propose un relèvement de la TVA : de 19,6% à 23% pour le taux réduit  (alimentation, produits culturels), une hausse de la CSG et de la CRDS, de 12,3% à 15%, sur tous les revenus (salaires, retraites, revenus du capital). Soit une ponction massive des revenus modestes- assortie de nouveaux cadeaux pour les autres. On ne change pas les vieilles habitudes ! Autres pistes lancées par l’Institut Montaigne : la suppression de la cotisation employeur de 5,4%  pour les allocations familiales ; une baisse du taux de l’impôt sur les sociétés de 33% à 23% pour les bénéfices distribués aux actionnaires et 15% pour ceux réinvestis ; une diminution du nombre de tranches et une baisse de 41% à 30% du taux maximal de l’impôt sur le revenu. Et, bien sûr, une suppression de l’ISF. Cette « fiscalité de croissance » rapporterait, paraît-il, 20 milliards d’euros par an.

Pris toujours dans les mêmes poches.

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Economie
commenter cet article
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 07:56

http://www.lefigaro.fr/medias/2007/09/01/20070901.FIG000001133_26813_1.jpg

Claude Guéant affirme que les effectifs de la police et de la gendarmerie nationale sont supérieurs de 4000 emplois à ceux de 2001, reprenant ainsi à son compte un mensonge derrière lequel son prédécesseur, place Beauvau, s'était lui aussi déjà dissimulé

Comme Brice Hortefeux, le ministre de l'Intérieur se réfugie derrière le chiffre virtuel du « plafond d’emploi » pour mieux cacher celui des effectifs réellement disponibles sur le terrain. En réalité, les personnels dits actifs, hors adjoints de sécurité, sont 117 925 soit exactement 10 891 de moins qu’en 2002 !

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Politique nationale
commenter cet article
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 07:36

http://img.over-blog.com/300x174/0/29/82/89/R-pertoire-3/TRANSPORT-EN-COMMUN/ACTUALITE/PIERRE-LANG.jpgPierre Lang, député UMP de Moselle  voudrait voir travailler les chômeurs  bénévolement.  Il vient  même de déposer un projet de loi à ce sujet à l'Assemblée afin que les "chômeurs indemnisés depuis plus de six mois  puissent effectuer des travaux d’intérêt général".

 

Le député s'explique et en vient à souligner la légitimité de la mesure : "Je ne vois pas en quoi on leur ferait une injustice, en leur demandant de donner quelques heures de travail en échange des allocations."

 

Dans le cas contraire, ceux qui refuseraient de suivre la loi, si elle était adoptée, se verraient radier du pôle Emploi.

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Politique nationale
commenter cet article
16 avril 2011 6 16 /04 /avril /2011 14:11

http://www.lepoint.fr/content/system/media/1/200906/50756_gerin-une.jpgLe Conseil national des 8 et 9 avril marque une rupture dans l’histoire du Parti communiste français.

En 2002, avec Robert Hue, nous avons assisté au dépôt de bilan.

En 2007, avec Marie-George Buffet, nous sommes au bord de la faillite.

En 2012, si nous avons Jean-Luc Mélenchon, c’est la vente aux enchères du PCF.

Et si les communistes de France en décidaient autrement avec la candidature d’André Chassaigne ?

Nous avions, en 1974, tiré les leçons de l’absence d’un candidat communiste au profit d’un socialiste et d’une force politique qui s’étaient fixées pour objectif de siphonner notre électorat et d’ouvrir la voie au renoncement du changement de société.

Quelle que soit la difficulté de l’élection présidentielle pour les communistes, nous avions alors décidé de ne plus jamais renoncer à être présents.

Avec la constitution du Front de Gauche et maintenant le soutien à Jean-Luc Mélenchon, nous retombons dans les mêmes ornières, alors même que nous en connaissons les conséquences. Mais le scénario est écrit depuis le début.

Il a commencé avec la constitution des collectifs anti-libéraux dont nous connaissons le fiasco. C’était l’idée que prônait le rapport de Francis Wurtz, élu Front de Gauche en octobre 2008.

Il s’est poursuivi avec la démission de Jean-Luc Mélenchon du PS, deux semaines avant le congrès socialiste, un mois et demi avant le congrès du PCF, puis la création d’un nouveau parti appelé comme par hasard : Parti de gauche.

La prochaine étape est la disparition du PCF et la constitution d’une formation unique avec le Parti de gauche.

La candidature de Jean-Luc Mélenchon est bouclée depuis de nombreux mois. En témoigne l’attitude de Pierre Laurent comme de Marie-George Buffet qui a consisté à empêcher toute discussion et toute désignation d’un candidat issu du PCF. Le Front de gauche était devenu la seule référence et nous savons que sans Jean-Luc Mélenchon, elle s’effondrerait du même coup. En faire le leader était la condition de sa subsistance, dans le cadre d’un rassemblement de sommet cousu main mais si éloigné des préoccupations et des attentes des français.

Et si les communistes, dans les sections et les fédérations, faisaient le choix du candidat des communistes ?

Peut-être la conférence nationale ne suivrait-elle pas le diktat de la direction du PCF ?

Il ne faut surtout pas s’avouer battus ou vaincus. Le résultat de la conférence nationale se joue maintenant dans tous les départements.

La consultation des communistes au niveau national aura lieu en juin. Nous pouvons mettre en échec le scénario de liquidation de la direction nationale.

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Politique nationale
commenter cet article
16 avril 2011 6 16 /04 /avril /2011 07:01

http://www.lepoint.fr/images/2011/04/11/292179-160344-jpg_176938_434x276.jpgLe site d’information Médiapart a épinglé hier les dépenses en personnel du cabinet du président du Sénat Gérard Larcher (UMP), en augmentation de 26% par rapport à son prédécesseur avec de très hauts salaires allant jusqu’à plus de 19 000 € net par mois. Interrogée, la présidence du Sénat a indiqué n’avoir « aucun commentaire à faire » sur ces informations. Selon le site qui publie une copie de deux fiches de paye, la rémunération mensuelle des membres du cabinet de la présidence atteint une moyenne de 8 500 € net. La rémunération du directeur de cabinet est de 19 154 € net imposable par mois, celle de la conseillère presse 10 880 € (contre 6 229 € sous Poncelet). Les dépenses en personnel du cabinet ont atteint 2 826 610 € en 2010 soit une augmentation de 26% entre 2007 et 2010, assure le site. Le président Larcher, qui a succédé en 2008 à Christian Poncelet alors au cœur d’une polémique sur le train luxueux du Sénat et l’attribution d’un appartement à vie, a fait du retour à la rigueur son axe principal de communication avec certaines mesures d’économie.

 

Lu dans le Républicain Lorrain du 12 avril 2011

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Politique nationale
commenter cet article
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 14:58

http://www.superno.com/blog/images/roger_tirlicien.jpg

Président du groupe communiste

Conseil régional de Lorraine

 

Monsieur le Président,

 

Cher-e-s collègues

 

Le drame du tsunami qui a violemment frappé le Japon et les dégâts à le centrale nucléaire de Fukushima appellent à témoigner notre solidarité au peuple japonais si durement affecté

 

Les très vives inquiétudes et l’émotion que suscite l’accident de la centrale nucléaire doit conduire à la mobilisation des intelligences et des savoir-faire pour agir au mieux et au plus vite pour réparer er sécuriser le site.

 

Nous regrettons que les autorités japonaises, et plus particulièrement les administrateurs et le PDG de TEPCO, n’ont que trop tardé pour en appeler aux compétences internationales et plus particulièrement française.

 

Ce grave accident doit servir de leçon mais non de prétexte et d’alibi à une pensée visant à démanteler la capacité industrielle française dont l’histoire et la richesse singulière doivent être rappelé en ces instants.

 

S’appuyer sur les peurs légitimes de l’instant présent pour donner corps à une conviction qui récuse et refuse le nucléaire civil comme outil de développement de notre pays et de réponse aux besoins quotidiens en électricité de chacune et de chacun d’entre nous, à un tarif des plus attractif au monde, ne peut et ne doit pas gommer les raisons tant économiques, environnementales (eh oui !!!), sociales (tarification) qu’industrielles qui ont conduit à ce choix notre pays.

 

En effet, à ne pas revenir sur l’histoire de l’édification de la production de l’électricité en France on prend volontairement le risque ou non à défaut d’un procès en sorcellerie, au moins d’une stigmatisation d’un enjeu lourd pour le présent et l’avenir.

 

En France, au lendemain de la seconde guerre mondiale, le pays est exsangue, les besoins sont énormes pour répondre aux besoins en énergie pour les entreprises, pour les particuliers, le pays se dote d’une entreprise publique, refusant de situer l’électricité dans la champs concurrentiel et marchand afin de préciser que les choix stratégiques relèvent bien aux attentes réelles et non à la seule rentabilité financière d’administrateurs privés.

 

C’est dans le statut singulier d’EDF, que se trouve la force de l’entreprise à investir dans la construction de barrages hydrauliques, de l’usine marémotrice de la Rance, premières unités de production d’énergie à très haute qualité environnementale

 

Lors du choc pétrolier des années 70, la nécessité d’assurer l’indépendance nationale ou du moins l’autonomie de production électrique non soumise à la spéculation du marché a conduit la France à penser et à élaborer un outil de production nucléaire civil.

 

La France a été en mesure de répondre à ce besoin grâce à la propriété publique de son opérateur, EDF.

Entreprise au savoir-faire, à la compétence reconnue, à ses agents dévoués à la cause publique, à une saine gestion financière permettant de lourds investissements, EDF a répondu à la politique de l’Etat sans altérer ses résultats et de constituer un parc nucléaire civil de production d’électricité à nulle part ailleurs au monde.

 

En effet, en ces moments, le caractère public de l’entreprise EDF a permis d’engager des réalisations de site de production nucléaire d’Electricité dans le respect des règles de l’art quant à la sécurité des personnes et des biens.

 

C’est parce que l’opérateur historique EDF était à statut public que des garanties particulières sur la fiabilité des installations  ont été prises et respectées.

 

La formation des conducteurs de centrale nucléaire, des ingénieurs chimistes, des ingénieurs du bâtiment et de génie civil en charge des vérifications et des relevés, des personnels techniques, est d’une très haute compétence pour s’occuper à tout comportement contraire à l’éthique de Service public, malgré les attaques portées contre le statut de l’Entreprise publique pour la transformer en entreprise privée comme KEPCO au Japon.

 

En France, la démocratie sociale a été et reste un atout  si elle est utilisée comme un point d’appui contre les éventuelles dérives d’un système capitaliste ultra-libéral où l’intérêt financier prévaut sur l’investissement, sur la sécurité, conduit comme au Japon au-delà de ce que le tsunami a produit comme dégât à constater, assurément que l’exigence de rentabilité des actionnaires privés à conduit à ergoter sur les mesures à prendre devant la catastrophe naturelle et à économiser sur les prévisions pourtant annoncées.

 

Démocratie sociale disais-je qui conduit les Personnels des centrales à être associés au processus des règles de sécurité et aux contrôles de leur mise en œuvre.

 

Nous avons, à l’aune de l’accident de Fukushima, à permettre que ces contrôles soient rendus publics et que les procédures soient un outil de protection des salariés, des populations et des territoires et non un système opaque où la vérité serait instrument de sanction des Personnels.

 

Démocratie politique aussi où, loin d’un système autoritaire où la vérité serait univoque, notre Pays peut avoir la capacité d’entendre que si les accidents intervenus dans des régions où ne s’appliquent pas les règles de notre démocratie, appellent précisément à rendre transparent et publiques ces règles et mesures de contrôle, il n’en demeure que la sortie du nucléaire n’est pas la réponse de cette exigence.

Partager cet article

Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Politique nationale
commenter cet article
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog