Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PCF DU JARNISY 54
  • PCF DU JARNISY 54
  • : PCF du Jarnisy Section Henri Bezon
  • Contact

PERMANENCES HEBDOMADAIRES

Tous les vendredis de 16h à 18 heures
à La Maison du
 Peuple de Jarny,
elles sont ouvertes à tous!!!

VISITEURS :



compteur pour site web


compteur visite

Pcf du Jarnisy

Créez votre badge 

1 août 2011 1 01 /08 /août /2011 06:49

http://www.hns-info.net/local/cache-vignettes/L135xH91/arton26377-3af63.jpg

Ils voulaient marquer le coup. Prenant en compte le « contexte régressif grave » que représentent notamment le pacte euro plus et les offensives contre les retraites et le temps de travail, 5 fédérations syndicales de cheminots (CGT, CFDT, UNSA et SUD rail) ont décidé de « mettre en débat » l’opportunité d’une « action nationale de haut niveau fin septembre ou début octobre ». Une perspective qui fait écho à l’appel de la CGT puis de la FSU pour une journée d’action interprofessionnelle et unitaire à la rentrée. L’intersyndicale nationale doit se réunir sur ce thème le 18 août.

Repost 0
Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Initatives et rendez-vous
commenter cet article
31 juillet 2011 7 31 /07 /juillet /2011 06:54

http://1.bp.blogspot.com/-G4KPnhHIdJc/TZQXgn3E6NI/AAAAAAAANY0/Y6PtKQiVUPU/s1600/lybie3.jpg

Le parlement a voté comme un seul homme, le 12 juillet, pour la poursuite de la guerre en Libye, à l'exception des élus communistes.


Les élus UMP et PS ont donc désormais engagé leur responsabilité dans cette guerre civile qui a 
déjà fait 10 000 à 12 000 morts selon l'OTAN.
Ils soutiennent des bombardements qui bafouent les termes de la résolution de 1973 de l'ONU
 et tuent des civils qu'ils étaient censés protéger.
Les deux parlementaires socialistes Christian Eckert et Jean-Yves Le Déaut tous deux députés de Meurthe et Moselle ont voté avec la droite la poursuite de la guerre en Libye.


La sénatrice communiste Evelyne Didier a voté CONTRE

Repost 0
Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Politique nationale
commenter cet article
30 juillet 2011 6 30 /07 /juillet /2011 10:05

http://a31.idata.over-blog.com/1/05/50/87/PCF-sur-les-rails.jpgChers camarades, 

La crise du capitalisme est là. Elle menace les uns après les autres tous les pays d’Europe. Le peuple a besoin de réponses claires. Jamais autant que maintenant il n’est apparu que les demi-mesures et l’accompagnement du système ne peuvent apporter de solution.

Vous avez décidé de conjuguer vos efforts pour imposer aux militants communistes la candidature de Jean-Luc Mélenchon aux élections présidentielles. C’est chose faite. Cependant, personne ne peut ignorer que de très nombreux communistes se sont prononcés pour une candidature communiste (je faisais partie de ceux-là). Par ailleurs, quel que soit leur choix lors de la consultation interne, je suis persuadé que tous les militants communistes veulent que notre parti assume, comme il a su le faire dans les grands moments de l’histoire de notre pays, toutes ses responsabilités pour faire face à la crise et dégager des solutions positives pour les travailleurs et le peuple de notre pays. Des millions de salariés, de jeunes, de chômeurs, de retraités sont victimes de toutes les politiques de casse sociale, de destruction des services publics, de suppressions de postes, de blocage des salaires : n'est il pas temps d'ouvrir une autre issue politique à laquelle aspire une grande majorité de français ? Dans l’année qui vient, de grandes questions vont être posées. Elles devront, d’une manière ou d’une autre, trouver des réponses.

Puisque Jean-Luc Mélenchon représente le Front de gauche à l’élection présidentielle, puisque Pierre Laurent, comme secrétaire national du parti, est en charge de notre campagne dans le cadre des élections législatives, il vous revient de répondre clairement aux questions et demandes suivantes :

1) Allez-vous reprendre l’argumentation que nous avions développée comme Parti communiste français en 1992 dans la bataille pour le Non au traité de Maastricht. Qu’on ne tourne pas autour du pot. Il ne s’agit pas de « désobéir à Lisbonne », de redemander une « réorientation de la politique de l’Union européenne », ou d’un éphémère contrôle politique sur la « Banque centrale européenne ». Le traité de Maastricht institue la Banque centrale européenne comme indépendante de tout Etat et gouvernement. Tant que ce traité ne sera pas remis en cause, c’est-à-dire dénoncé, abrogé, il n’y aura aucune possibilité d’une Europe sociale. La BCE, avec le FMI et la Commission européenne, est en train d’imposer un plan d’austérité draconien à tous les peuples, à commencer par ceux de Grèce d’Irlande, du Portugal et d’Espagne mais cela ne s’arrêtera pas là. Le pacte euro plus de Merkel et Sarkozy entend bien détruire toutes les conquêtes ouvrières et cela au nom de la réduction des déficits publics dont on sait qu’ils sont fabriqués par l’aide aux banques et, du coup, le remboursement des intérêts de la dette.

Donc la question est simple : Etes-vous oui ou non favorable pour que la France se retire du traité de Maastricht et dénonce l’Union européenne, êtes vous pour l’abandon de l’euro ?

2)    Nicolas Sarkozy a dû renoncer à faire voter sa réforme pour constitutionnaliser la rigueur, mais il entend bien sûr pratiquer la politique européenne de réduction des déficits.

Deuxième question simple : Pensez-vous qu’il faut se libérer du dogme de la réduction des déficits publics et dire clairement que le peuple ne doit rien, il n’a pas à payer ?

3)    Des millions de travailleurs ont manifesté contre la réforme Sarkozy de destruction de nos régimes de retraites par répartition. Les récentes décisions gouvernementales allongeant la durée de cotisation pour les générations nées après 1955 montrent que c’est une spirale sans fin. Après ils veulent créer la retraite par points. Cela suffit. Stop !!

Le 3e point est donc une demande :

Prononcez-vous publiquement pour l’abrogation des loi Woerth et Fillon, le retour à la retraite à 60 ans pour tous à taux plein (cela est d’autant plus important que l’on voit que les dirigeants du Parti socialiste ne sont pas clairs à ce propos, c’est le moins que l’on puisse dire).

4)L’Union européenne et le gouvernement Sarkozy sont en train de remettre en cause tous nos acquis, de détruire toutes les conquêtes du CNR de 1945. La catastrophe de Fukushima au Japon vient de rappeler ce que signifie la privatisation des services publics. (Nous savons que cela signifie « désobéir aux directives européennes ». Et alors ?) Précisons que la renationalisation d’EDF-GDF est inséparable du retour au monopole du transport, de la distribution et de la production.

En conséquence, voici une nouvelle demande : Dites clairement partout dans la campagne que vous êtes en faveur de la renationalisation et du retour en monopole public d’EDF-GDF et de la Poste ainsi que de l’arrêt de tout processus de privation en cours des Services Publics ?

4)    Les Communistes et les forces de progrès ont toujours combattu contre la guerre. C’est notre histoire. Le gouvernement français est engagé dans un nombre croissant d’opérations militaires. Il participe à l’agression contre la Libye dans les airs et au sol.

C’est une évidence : Ce n’est pas aux gouvernements impérialistes de décider du sort des peuples. L’expérience de l’Irak et celle de l’Afghanistan sont toutes proches. Vous devez dire partout, dans toutes les réunions : Arrêt de l’intervention en Libye et ailleurs, retrait de toutes les troupes françaises !

Ce sont là, chers camarades, cinq questions et demandes auxquelles vous devez répondre clairement puisque vous avez pris la responsabilité de la direction des campagnes présidentielles et législatives. J’appelle les Communistes qui se retrouvent dans ces questions et demandes à les appuyer en contresignant cette lettre.

Capture154154154.PNG


A retourner à : MILLER Hugues 46 rue Jacqueline Auriol 57700 HAYANGE

 hugues.miller@cegetel.net

ou

bulletin.communiste564@gmail.com

J’appelle tous ceux qui sont en accord avec ces questions à signer cette pétition.

Jean Baus Secrétaire de section du Jarnisy

Repost 0
Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Initatives et rendez-vous
commenter cet article
29 juillet 2011 5 29 /07 /juillet /2011 11:17

http://a34.idata.over-blog.com/300x395/0/44/87/57/Photos-blogs/blog/jpg_dessin464_titom_fraude_fiscale.jpgLes patrons indélicats qui ne déclarent pas leurs salariés sont à l’origine de 79% des 10 à 20 milliards d’euros  annuels de fraudes à la Sécu. Mieux, sans cette tricherie massive, quasi banalisée, les comptes sociaux de la Nation seraient à l’équilibre ! Telles sont les conclusions édifiantes du dernier rapport parlementaire sur la fraude aux prestations et cotisations sociales.

Ainsi, près de 12% des patrons, notamment dans le BTP et le textile, seraient en infraction puisque au moins 5% de leurs troupes œuvrent au noir. Au regard de cette gigantesque arnaque aux prélèvements, les fraudes estimées aux prestations (allocations familiales, chômage et RSA) seraient 5 fois moindres

«  Les pouvoirs publics ne se sont jamais sérieusement attaqués au travail au noir parce que l’on n’y décelait qu’une petite triche permettant à de petites gens de se débrouiller, estime le député UMP Dominique Tian, rapporteur de cette mission. En réalité, c’est le champ d’action de bandes oranisées qui faussent toute la concurrence »

Or, les redressements pour travail illégal ne représentent qu’entre1.5 et 2.9% de la fraude présumée ! Proche du MEDEF, la droite veut elle luttée contre les patrons voyous ? Elle devra alors se montrer moins frileuse. En effet, dès 2006, Dominique Tian préconisait la création d’un fichier de dirigeants condamnés pour abus de biens sociaux ou fraude aux prélèvements

Sans être suivi. A la même époque, son collègue Pierre Morange imposait par la loi l’interconnexion de fichiers sociaux. Las, le décret d’application de ce texte n’a été publié qu’en 2010 ! Cette fois le président de la mission d’évaluation des comptes de la Sécurité sociale (MECSS° prêche pour l’instauration d’une procédure de « flagrance sociale » qui permettait aux limiers de l’URSSAF de dresser des procès-verbaux dès qu’ils détectent du travail au noir. Une urgence tant « nous avons l’impression de donner des coups d’épée dans l’eau » a déploré devant les députés le directeur de l’URSSAF de Paris, en incriminant une procédure longue qui laisse tout loisir aux entreprises de disparaitre.

« Jusqu’à une date récente, la lutte contre les fraudes n’a pas fait l’objet d’investissement de temps et de moyens à la hauteur de l’enjeu », a reconnu le directeur de la Caisse nationale d’assurance de vieillesse, Pierre Mayeur. Or, au niveau de l’Etat, la Délégation nationale de lutte contre la fraude ne comprend que quatorze personne ! » Je ne vois pas comment on peut conjuguer la lutte contre la fraude et le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux », doute le parlementaire PS Jean Mallot

Vu dans Marianne

Repost 0
Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Politique nationale
commenter cet article
27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 14:32

pcfSur le drap tricolore qui recouvre les cercueils, la tache rouge de la Légion d’honneur. Les sept soldats sont morts si loin, dans ces montagnes où les avaient expédiés ceux qui ont en charge les affaires de la France. L’hommage leur est dû pour ce sacrifice dont ils avaient accepté le risque. Leur mort, hélas, ne légitime pas cette guerre et ne peut être brandie comme la preuve d’ »une grande cause »comme vient de le faire un président de la République en campagne électorale. Ils ne sont « pas morts pour rien », répète Nicolas SarkozyPour quoi alors ? Le bilan de ces dix ans compte plus d’ombres que de lumières et fait naître plus d’inquiétudes que d’assurances pour l’avenir

Les talibans ont quitté Kaboul mais ils ont repris du terrain partout. Les bombardements aveugles des avions américains ont aliéné la population. La tyrannie des intégristes fanatiques se réinstalle chaque jour un peu plus… Le bourbier afghan a enlisé l’Otan. La mort de Ben Laden, but prétexte à cette guerre, a bien eu lieu. Mais dans un autre pays. Et sans que cela ne change rien en Afghanistan.

Dix ans gâchés. Dix ans pour rien. « Il faut savoir terminer une guerre », a épilogué le président. Il aurait fallu savoir ne pas l’engager.

Repost 0
Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Politique nationale
commenter cet article
26 juillet 2011 2 26 /07 /juillet /2011 06:45

http://www.come4news.com/images/stories/Divers/cmes_images/francois-fillon.jpg

François Fillon a choisi son camp : la droite. Si possible la plus proche du Front national. Elections obligent. Et ce que la droite ne supporte pas, par essence, c’est le peuple.

En France plus qu’ailleurs ? En particulier depuis 1789, où la Liberté a servi de guide au mouvement d’émancipation humaine, individuelle et collective. Lequel accouchera des luttes anticoloniales, du rejet du nazisme, de la Résistance ou de Mai 68. A chacune de ses pages, le peuple trouvera face à lui la droite des privilèges, xénophobe, antinationale, pétainiste ou factieuse, criant plutôt Hitler que le Front populaire, pourchassant les étrangers dont les tètes étaient mises à prix sur des affiches rouges. Le camp de la haine de classe. Celui qui accuse l’ennemi de l’intérieur, les prétendus anti-France, juifs, communistes plus près de nous Roms, Tziganes ou simplement faciès pas très catholiques. « Sans patrie fixe », comme dit l’extrême droite. Eva Joly anti-France ? Selon le premier ministre, « cette dame n’a pas une culture très ancienne des traditions françaises. » Dangereux relents. Le plus étrange est que François Fillon et les représentants de la droite revancharde prétendent faire référence à « l’hommage aux forces armées », François Fillon est pris ainsi en flagrant délit d’ignorance de l’histoire. L’hommage ne va pas à une armée hors contexte mais à la nation, cette alchimie que constituent, encore aujourd’hui dans le monde, ces peuples en armes contre l’oppression. Tout sauf du folklore

Repost 0
Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Politique nationale
commenter cet article
23 juillet 2011 6 23 /07 /juillet /2011 06:24

http://a10.idata.over-blog.com/297x231/2/53/73/56/PCF-du-Jarnisy-Section-Henri-Bezon/h-20-2432384-1299933558.jpgN. Sarkozy a transformé EDF-GDF en deux sociétés anonymes (SA) et ouvert leur capital. Puis bien qu’ayant juré le contraire, il a privatisé GDF à hauteur de 65% du capital et autorisé la fusion avec Suez.

L’ouverture à la concurrence et le passage en S.A. devraient favoriser la baisse des prix et les investissements. Arguments fallacieux, ni l’un, ni l’autre ne se sont vérifiés, bien au contraire.

Aujourd’hui, les politiques tarifaires visent à combler «  le retard » avec les sociétés européennes, non pour accroitre les investissements, ni pour mieux rémunérer les salariés, mais pour offrir des dividendes toujours plus élevés aux actionnaires.

Dans le programme  partagé le PCF propose des choix alternatifs à la libéralisation de l’énergie.

Dans les luttes sans attendre et demain lors des présidentielles, rassemblons-nous pour battre la droite et l’extrême droite, et changer vraiment la vie quotidienne, par des mesures de gauche, indispensables pour sortir le pays de la crise.

Des faits et des chiffres :

Les profits astronomiques

 des groupes du secteur de l’énergie

Les entreprises du secteur de l’énergie versent des dividendes aux actionnaires et n’investissent pas, ou pas assez en France.

8.6               milliards d’euros, c’est le résultat net de Total en 209, 10.57 milliards d’euros en 2010 (pas d’impôt acquitté en France)

9.3              milliards d’euros, c’est le résultat net d’EDF en 2009, 6.24 milliards d’euros en 2010

+ 15%         d’augmentation des dividendes de GDF SUEZ : 15% en 2008, + 11% en 2009 et + 5% en 2010

3.9              milliards d’euros ont été distribués aux actionnaires de GDF SUEZ en 2010. Soit 70% des résultats de l’entreprise

Repost 0
Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Politique nationale
commenter cet article
20 juillet 2011 3 20 /07 /juillet /2011 06:18

http://photos1.fotosearch.com/bthumb/WTD/WTD201/05326CS-U.jpg

Comment sortir de l’Euro avant qu’il ne soit trop tard ?

 

Les ministres des finances de la zone euro multiplient les réunions. Un sommet des chefs d’États dans l’urgence est programmé. La maison euro brûle.

ET MAINTENANT L’ITALIE

Après la Grèce, l’Irlande et le Portugal, pour lesquels les purges concoctées à Bruxelles et au FMI non seulement ne règleront rien mais conduisent ces nations droit dans le mur, voici l’Italie. Elle est l’un des pays fondateurs de la communauté économique européenne. A elle seule, elle pèse deux fois plus que les trois pays précités.

Son endettement représente 120 % de son produit intérieur brut (PIB), soit 1600 milliards d’Euros contre 350 milliards pour la Grèce (150 % du PIB).

Il est clair que si la péninsule cédait, le cœur même de la zone euro serait atteint.

MAIS FAUT IL S’ETONNER D’UNE TELLE SITUATION ?

En réalité, le ver est dans le fruit même de l’Union européenne. Les initiateurs de cette dernière ont voulu en faire un vaste espace où les capitaux circulent « librement », où la concurrence est « libre et non faussée ». Pour y parvenir, les États membres se sont vus imposer des règles économiques et budgétaires drastiques à travers notamment les fameux critères de Maastricht. Le principe de l’austérité imposée est inscrit dans le marbre des traités européens.

Les nations ont dû brider leurs dépenses sociales, privatiser et abandonner aux marchés tous les rouages de leur société. Chacune à été contraint de se couler dans un moule unique, quels que soient son histoire, sa culture, ses traditions, ses structures économiques, son niveau de développement.

Nous savons aujourd’hui que la Grèce a menti sur sa situation réelle pour entrer dans l’Euro sur les conseils de la banque d’affaire Goldman Sachs. Cela l’a conduit à emprunter et à s’endetter, le tout pour apparaître aux yeux de financiers et de spéculateurs comme un espace stable et sûr.

LE VER EST DANS LE FRUIT

L’aboutissement de cette construction de la zone euro a débouché sur davantage de chômage, un pouvoir d’achat en baisse pour les familles, un développement de la précarité et, au final, a pour résultat d’avoir brisé l’un des ressorts de la croissance, à savoir la consommation.

L’Euro est aujourd’hui surévalué. Il pénalise les exportations, favorise les importations, incite aux délocalisations.

Cela conduit les pays à vivre à crédit au-dessus de leurs moyens, tandis qu’explose la demande sociale. C’est un cercle vicieux, une spirale vers le déclin.

Les banques et les institutions financières se nourrissent de ce cancer qui gagne et tend à se généraliser. L’exemple de la Grèce qu’ils ont plongé dans l’abime est illustratif. Plus le pays s’enfonce, plus les agences de notation le rétrograde, plus le loyer de l’argent pour lui augmente, tandis que les investissements de l’économie réelle le désertent.

Jamais les géants de la finance n’y perdent. D’ailleurs, dans ce cas, ce sont les États, l’Union européenne qui les abreuvent par milliards d’Euros. Le monde leur appartient. C’est eux qui sont aux commandes.

SORTIR DE L’EURO

Si nous voulons sortir de cette situation, un seul chemin existe. Il faut que les nations reconquièrent leur souveraineté. Il faut donc sortir de l’Euro.

Quel spectacle affligeant que ces réunions à répétition des ministres des finances, qui étalent ainsi leur impuissance face aux marchés financiers !

Si nos concitoyens peinent à voir la différence entre la gauche et la droite, si c’est un ministre socialiste qui aujourd’hui en Grèce administre la purge à son peuple, c’est parce que les pouvoirs politiques, ceux qui pourtant disposent de la légitimité populaire ont démissionné de leurs responsabilités, sont soumis aux diktats de la finance, aux directives de Bruxelles, aux injonctions de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et du FMI.

Les gouvernements ont le devoir de retrouver leurs prérogatives et cela n’est possible que dans le cadre national, ce qui n’interdit pas les coopérations, les projets communs mais sur des bases saines.

LA PRIMAUTÉ DU POUVOIR POLITIQUE

La reconquête de notre souveraineté nationale nous rendrait notre maîtrise monétaire et notre souveraineté économique. L’instauration d’un nouveau Franc par le levier d’une dévaluation abaisserait le coût de nos productions à l’étranger, favoriserait les exportations. Jointe à une politique d’augmentation du pouvoir d’achat, elle permettrait une relance de la consommation, de la production et donc de la croissance. C’est dans un mouvement de création de richesses nouvelles que pourrait être abordée sainement une diminution de la dette et des déficits.

Cela suppose dans une perspective de relance que nous mobilisions les fonds nécessaires et qu’à cette fin soient mises à contribution les banques et les institutions financières, afin de reconnecter l’argent à l’économie réelle.

Soyons clairs : sans cela, aucune politique de gauche n’est possible.


André GERIN

Député du Rhône

Repost 0
Published by PCF du Jarnisy 54 - dans L'Internationale
commenter cet article
19 juillet 2011 2 19 /07 /juillet /2011 10:48

http://www.matierevolution.org/IMG/jpg/Bachar-al-Assad-paris-Sarkozy-elysee_pics_809.jpgCombien de temps un dictateur qui fait la guerre à son peuple peut-il rester en place ? Voilà maintenant quatre mois que Bachar Al Assad se maintien au pouvoir en Syrie, au prix d’une répression sanglante qui a déjà fait plus de 14 000 morts. Les prisonniers et les exilés se comptent par milliers, mais vendredi encore, le peuple manifestait en masse dans les grandes villes malgré une armée qui n’a toujours pas hésité à tirer, faisant trente-deux morts. Malgré cela, comme une énorme provocation, un défi cynique, Bachar Al Assad fêtait avec un concert sur la place des Omeyyades à Damas, le 11e anniversaire de sa prestation de serment lors de son arrivée au pouvoir, succédant à son père, Hafez Al Assad, maître du pays pendant trente ans.

En France particulièrement, le président de la République et le premier ministre peuvent bien aujourd’hui en appeler à la cause de la liberté dans le monde, y compris quand il s’agit de l’Afghanistan et des soldats français qui y ont perdu la vie, ils ne feront pas oublier qu’ils lui tournaient le dos jusqu’à ce que les peuples se lèvent. Et là est l’essentiel. Nul ne sait ce qu’il en sera demain en Syrie, comme ce qu’il adviendra en Egypte, en Tunisie, mais leurs peuples sont en marche et font leur histoire.

Repost 0
Published by PCF du Jarnisy 54 - dans L'Internationale
commenter cet article
15 juillet 2011 5 15 /07 /juillet /2011 07:32

14 juillet 2011 00914-juillet-2011-014.jpg

Le soleil était au rendez vous dans notre stand du PCF pour cette fête révolutionnaire et nationale ,l'affluence était de mise pour cette soirée conviviale , dynamique et toujours combative contre l’oligarchie financière et patronale qui s’emploie à broyer la nation française et la République (les conquêtes sociales , l’emploi productif, les services publics) et de plus en plus dictatoriale et fascisante .

 

46846854.PNG

Repost 0
Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Initatives et rendez-vous
commenter cet article