Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PCF DU JARNISY 54
  • PCF DU JARNISY 54
  • : PCF du Jarnisy Section Henri Bezon
  • Contact

PERMANENCES HEBDOMADAIRES

Tous les vendredis de 16h à 18 heures
à La Maison du
 Peuple de Jarny,
elles sont ouvertes à tous!!!

VISITEURS :



compteur pour site web


compteur visite

Pcf du Jarnisy

Créez votre badge 

26 juillet 2011 2 26 /07 /juillet /2011 06:45

http://www.come4news.com/images/stories/Divers/cmes_images/francois-fillon.jpg

François Fillon a choisi son camp : la droite. Si possible la plus proche du Front national. Elections obligent. Et ce que la droite ne supporte pas, par essence, c’est le peuple.

En France plus qu’ailleurs ? En particulier depuis 1789, où la Liberté a servi de guide au mouvement d’émancipation humaine, individuelle et collective. Lequel accouchera des luttes anticoloniales, du rejet du nazisme, de la Résistance ou de Mai 68. A chacune de ses pages, le peuple trouvera face à lui la droite des privilèges, xénophobe, antinationale, pétainiste ou factieuse, criant plutôt Hitler que le Front populaire, pourchassant les étrangers dont les tètes étaient mises à prix sur des affiches rouges. Le camp de la haine de classe. Celui qui accuse l’ennemi de l’intérieur, les prétendus anti-France, juifs, communistes plus près de nous Roms, Tziganes ou simplement faciès pas très catholiques. « Sans patrie fixe », comme dit l’extrême droite. Eva Joly anti-France ? Selon le premier ministre, « cette dame n’a pas une culture très ancienne des traditions françaises. » Dangereux relents. Le plus étrange est que François Fillon et les représentants de la droite revancharde prétendent faire référence à « l’hommage aux forces armées », François Fillon est pris ainsi en flagrant délit d’ignorance de l’histoire. L’hommage ne va pas à une armée hors contexte mais à la nation, cette alchimie que constituent, encore aujourd’hui dans le monde, ces peuples en armes contre l’oppression. Tout sauf du folklore

Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Politique nationale
commenter cet article
23 juillet 2011 6 23 /07 /juillet /2011 06:24

http://a10.idata.over-blog.com/297x231/2/53/73/56/PCF-du-Jarnisy-Section-Henri-Bezon/h-20-2432384-1299933558.jpgN. Sarkozy a transformé EDF-GDF en deux sociétés anonymes (SA) et ouvert leur capital. Puis bien qu’ayant juré le contraire, il a privatisé GDF à hauteur de 65% du capital et autorisé la fusion avec Suez.

L’ouverture à la concurrence et le passage en S.A. devraient favoriser la baisse des prix et les investissements. Arguments fallacieux, ni l’un, ni l’autre ne se sont vérifiés, bien au contraire.

Aujourd’hui, les politiques tarifaires visent à combler «  le retard » avec les sociétés européennes, non pour accroitre les investissements, ni pour mieux rémunérer les salariés, mais pour offrir des dividendes toujours plus élevés aux actionnaires.

Dans le programme  partagé le PCF propose des choix alternatifs à la libéralisation de l’énergie.

Dans les luttes sans attendre et demain lors des présidentielles, rassemblons-nous pour battre la droite et l’extrême droite, et changer vraiment la vie quotidienne, par des mesures de gauche, indispensables pour sortir le pays de la crise.

Des faits et des chiffres :

Les profits astronomiques

 des groupes du secteur de l’énergie

Les entreprises du secteur de l’énergie versent des dividendes aux actionnaires et n’investissent pas, ou pas assez en France.

8.6               milliards d’euros, c’est le résultat net de Total en 209, 10.57 milliards d’euros en 2010 (pas d’impôt acquitté en France)

9.3              milliards d’euros, c’est le résultat net d’EDF en 2009, 6.24 milliards d’euros en 2010

+ 15%         d’augmentation des dividendes de GDF SUEZ : 15% en 2008, + 11% en 2009 et + 5% en 2010

3.9              milliards d’euros ont été distribués aux actionnaires de GDF SUEZ en 2010. Soit 70% des résultats de l’entreprise

Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Politique nationale
commenter cet article
20 juillet 2011 3 20 /07 /juillet /2011 06:18

http://photos1.fotosearch.com/bthumb/WTD/WTD201/05326CS-U.jpg

Comment sortir de l’Euro avant qu’il ne soit trop tard ?

 

Les ministres des finances de la zone euro multiplient les réunions. Un sommet des chefs d’États dans l’urgence est programmé. La maison euro brûle.

ET MAINTENANT L’ITALIE

Après la Grèce, l’Irlande et le Portugal, pour lesquels les purges concoctées à Bruxelles et au FMI non seulement ne règleront rien mais conduisent ces nations droit dans le mur, voici l’Italie. Elle est l’un des pays fondateurs de la communauté économique européenne. A elle seule, elle pèse deux fois plus que les trois pays précités.

Son endettement représente 120 % de son produit intérieur brut (PIB), soit 1600 milliards d’Euros contre 350 milliards pour la Grèce (150 % du PIB).

Il est clair que si la péninsule cédait, le cœur même de la zone euro serait atteint.

MAIS FAUT IL S’ETONNER D’UNE TELLE SITUATION ?

En réalité, le ver est dans le fruit même de l’Union européenne. Les initiateurs de cette dernière ont voulu en faire un vaste espace où les capitaux circulent « librement », où la concurrence est « libre et non faussée ». Pour y parvenir, les États membres se sont vus imposer des règles économiques et budgétaires drastiques à travers notamment les fameux critères de Maastricht. Le principe de l’austérité imposée est inscrit dans le marbre des traités européens.

Les nations ont dû brider leurs dépenses sociales, privatiser et abandonner aux marchés tous les rouages de leur société. Chacune à été contraint de se couler dans un moule unique, quels que soient son histoire, sa culture, ses traditions, ses structures économiques, son niveau de développement.

Nous savons aujourd’hui que la Grèce a menti sur sa situation réelle pour entrer dans l’Euro sur les conseils de la banque d’affaire Goldman Sachs. Cela l’a conduit à emprunter et à s’endetter, le tout pour apparaître aux yeux de financiers et de spéculateurs comme un espace stable et sûr.

LE VER EST DANS LE FRUIT

L’aboutissement de cette construction de la zone euro a débouché sur davantage de chômage, un pouvoir d’achat en baisse pour les familles, un développement de la précarité et, au final, a pour résultat d’avoir brisé l’un des ressorts de la croissance, à savoir la consommation.

L’Euro est aujourd’hui surévalué. Il pénalise les exportations, favorise les importations, incite aux délocalisations.

Cela conduit les pays à vivre à crédit au-dessus de leurs moyens, tandis qu’explose la demande sociale. C’est un cercle vicieux, une spirale vers le déclin.

Les banques et les institutions financières se nourrissent de ce cancer qui gagne et tend à se généraliser. L’exemple de la Grèce qu’ils ont plongé dans l’abime est illustratif. Plus le pays s’enfonce, plus les agences de notation le rétrograde, plus le loyer de l’argent pour lui augmente, tandis que les investissements de l’économie réelle le désertent.

Jamais les géants de la finance n’y perdent. D’ailleurs, dans ce cas, ce sont les États, l’Union européenne qui les abreuvent par milliards d’Euros. Le monde leur appartient. C’est eux qui sont aux commandes.

SORTIR DE L’EURO

Si nous voulons sortir de cette situation, un seul chemin existe. Il faut que les nations reconquièrent leur souveraineté. Il faut donc sortir de l’Euro.

Quel spectacle affligeant que ces réunions à répétition des ministres des finances, qui étalent ainsi leur impuissance face aux marchés financiers !

Si nos concitoyens peinent à voir la différence entre la gauche et la droite, si c’est un ministre socialiste qui aujourd’hui en Grèce administre la purge à son peuple, c’est parce que les pouvoirs politiques, ceux qui pourtant disposent de la légitimité populaire ont démissionné de leurs responsabilités, sont soumis aux diktats de la finance, aux directives de Bruxelles, aux injonctions de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et du FMI.

Les gouvernements ont le devoir de retrouver leurs prérogatives et cela n’est possible que dans le cadre national, ce qui n’interdit pas les coopérations, les projets communs mais sur des bases saines.

LA PRIMAUTÉ DU POUVOIR POLITIQUE

La reconquête de notre souveraineté nationale nous rendrait notre maîtrise monétaire et notre souveraineté économique. L’instauration d’un nouveau Franc par le levier d’une dévaluation abaisserait le coût de nos productions à l’étranger, favoriserait les exportations. Jointe à une politique d’augmentation du pouvoir d’achat, elle permettrait une relance de la consommation, de la production et donc de la croissance. C’est dans un mouvement de création de richesses nouvelles que pourrait être abordée sainement une diminution de la dette et des déficits.

Cela suppose dans une perspective de relance que nous mobilisions les fonds nécessaires et qu’à cette fin soient mises à contribution les banques et les institutions financières, afin de reconnecter l’argent à l’économie réelle.

Soyons clairs : sans cela, aucune politique de gauche n’est possible.


André GERIN

Député du Rhône

Published by PCF du Jarnisy 54 - dans L'Internationale
commenter cet article
19 juillet 2011 2 19 /07 /juillet /2011 10:48

http://www.matierevolution.org/IMG/jpg/Bachar-al-Assad-paris-Sarkozy-elysee_pics_809.jpgCombien de temps un dictateur qui fait la guerre à son peuple peut-il rester en place ? Voilà maintenant quatre mois que Bachar Al Assad se maintien au pouvoir en Syrie, au prix d’une répression sanglante qui a déjà fait plus de 14 000 morts. Les prisonniers et les exilés se comptent par milliers, mais vendredi encore, le peuple manifestait en masse dans les grandes villes malgré une armée qui n’a toujours pas hésité à tirer, faisant trente-deux morts. Malgré cela, comme une énorme provocation, un défi cynique, Bachar Al Assad fêtait avec un concert sur la place des Omeyyades à Damas, le 11e anniversaire de sa prestation de serment lors de son arrivée au pouvoir, succédant à son père, Hafez Al Assad, maître du pays pendant trente ans.

En France particulièrement, le président de la République et le premier ministre peuvent bien aujourd’hui en appeler à la cause de la liberté dans le monde, y compris quand il s’agit de l’Afghanistan et des soldats français qui y ont perdu la vie, ils ne feront pas oublier qu’ils lui tournaient le dos jusqu’à ce que les peuples se lèvent. Et là est l’essentiel. Nul ne sait ce qu’il en sera demain en Syrie, comme ce qu’il adviendra en Egypte, en Tunisie, mais leurs peuples sont en marche et font leur histoire.

Published by PCF du Jarnisy 54 - dans L'Internationale
commenter cet article
15 juillet 2011 5 15 /07 /juillet /2011 07:32

14 juillet 2011 00914-juillet-2011-014.jpg

Le soleil était au rendez vous dans notre stand du PCF pour cette fête révolutionnaire et nationale ,l'affluence était de mise pour cette soirée conviviale , dynamique et toujours combative contre l’oligarchie financière et patronale qui s’emploie à broyer la nation française et la République (les conquêtes sociales , l’emploi productif, les services publics) et de plus en plus dictatoriale et fascisante .

 

46846854.PNG

Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Initatives et rendez-vous
commenter cet article
14 juillet 2011 4 14 /07 /juillet /2011 06:29

http://laregledujeu.org/files/2011/05/dsk-strauss-kahn.jpg

Ainsi dans un renversement copernicien, ce qui était absolument vrai  il y a six semaines devient absolument faux  aujourd’hui. Avec la même foi et la même froideur qu’un rouleau compresseur, le puissant complexe médiatico-politique mondial déroule à l’envers une pelote de grosse ficelle à l’endroit de Monsieur Dominique Strauss-Kahn, voué hier aux gémonies de tous les écrans du monde entier, pendant que la présumée victime d’hier est devenue présumée accusée aujourd’hui, cumulant subitement tous les défauts de la terre. Rien de ceci ne donne envie d’adopter le système judiciaire nord-américain. On peut désormais craindre de ne jamais connaître ni la vérité ni la justice

Il est urgent d’avoir un débat  sur notre rôle de média et le système médiatique. Il est indéniable que l’affaire Dominique Strauss-Kahn a encore accentué les doutes de nos concitoyens sur les responsables politiques et sur la politique elle-même. Certes, il s’agit de l’un des principaux personnages de la planète, d’un possible candidat à l’élection présidentielle, mais durant toutes ces longues émissions à son  sujet, auxquelles il faut ajouter deux mariages princiers traités en tous sens et autres futilités, combien de morts provoqués par le tremblement de terre au Japon, combien de dégâts causés par la catastrophe nucléaire de Fukushima, combien de tués en Libye sous les bombes de l’OTAN, et quel avenir pour ce peuple, quels massacres en Syrie, au Yémen, au Bahreïn ? Combien de drames, combien de chômeurs, de misère, d’affamés par les plans d’ajustement structurel en Grèce, au Portugal, en Irlande et dans toute l’Europe ? Pourquoi tant de longueurs à la télévision et à la radio, tant de pages de journaux noircies pour une telle affaire, alors que les 18 millions d’Européens qui risquent d’être privés d’aide alimentaire d’urgence à cause d’une inique décision des autorités européennes n’ont jamais droit à l’ouverture du journal télévisé ?

Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Politique nationale
commenter cet article
13 juillet 2011 3 13 /07 /juillet /2011 06:24

http://q.liberation.fr/photo/id/236493/r/03/02/w/459/m/1302299403

Pierre Laurent est allé en Grèce comme président du PGE... (L’Huma du 7/07)

On aurait pu titrer "Alerte, prévenez les Grecs, Pierre Laurent arrive"... Mais les communistes grecs n’ont pas besoin de nos conseils, ils attendent plutôt de nous que nous reconstruisions un parti communiste de combat capable de solidarité internationaliste.

Il faut donc que les communistes Français réalisent le sens politique du voyage de Pierre Laurent. Un voyage clairement tourné contre les communistes grecs, contre le mouvement extraordinaire de luttes conduit avec détermination par les syndicalistes de lutte de classes du PAME, dans lequel le KKE joue un rôle extraordinaire.

Pierre Laurent n’a pas rencontré les communistes grecs, mais le "parti de gauche" qui se complait dans la soumission au parti social-démocrate.

Pierre Laurent n’a pas rencontré les syndicalistes du PAME qui ont animé la grève générale de deux jours mais ceux qui restent dans le cadre du système et continuent à soutenir une gauche gouvernementale qui est la gestionnaire zélée de l’Euro et de l’Union Européenne contre le peuple Grec.

Pierre Laurent n’a pas soutenu la revendication légitime de souveraineté du peuple Grec, le refus de payer une dette qui est celle des banques et des bourgeois, mais il a appelé au contraire les peuples d’Europe à la solidarité pour partager la note avec les Grecs.

Le président du PGE est bien dans son rôle au service de l’Union Européenne, de défense de l’Euro. Il y ajoute simplement une touche "sociale" en réclamant le partage de la rigueur par tous les pays... les grands banquiers peuvent le féliciter, c’est une idée qui peut les intéresser. Après la Grèce, ils attaquent le Portugal... avant le reste. Finalement, le PGE leur facilite la tache en préparant le terrain dans les autres pays.. Préparez-vous à payer votre part !

Pierre Laurent comme président du PGE, est clairement anti-communiste...

Et comme secrétaire national du PCF ?

Published by PCF du Jarnisy 54 - dans L'Internationale
commenter cet article
12 juillet 2011 2 12 /07 /juillet /2011 11:32

COLLAGE-100711-002.jpgCOLLAGE-100711-003-copie-1.jpg

COLLAGE-100711-001.jpg

Aprés la distribution de tracts au rond point de la zone commerciale de Conflans.
Les militants communistes du Jarnisy  étaient de sortie Dimanche matin pour mener une nouvelle campagne d'affichage.

Affiches du Parti Communiste (taxer les profits, augmenter les salaires, changer de société) , au total, ce sont des dizaines d'affiches que les communistes  ont collé sur les panneaux d'expression libre de la ville.

Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Initatives et rendez-vous
commenter cet article
11 juillet 2011 1 11 /07 /juillet /2011 07:52

http://4.bp.blogspot.com/-3ynV8H2hEck/ThWI0EUsC4I/AAAAAAAAAXk/MJ7A-Bzz-8Q/s320/monoprix-boycott-vol-melon-benne-ordures.jpegUn salarié est menacé de licenciement pour avoir récupéré des fruits dans une poubelle

Viré pour avoir fouillé une poubelle ? C’est la mésaventure qui risque d’arriver à un employé d’un magasin Monoprix à Marseille. Lundi, Kader, cinquante-neuf ans, employé par l’enseigne depuis huit ans, a été mis à pied à titre conservatoire pour avoir récupéré six melons et deux salades dans la benne à ordures du magasin !

« Quand je suis passé devant la poubelle, j’ai vu ces fruits qui allaient être jetés. Je les ai trouvés en bon état. J’ai décidé de les rapporter pour la maison. J’ai juste pour les manger », a expliqué Kader dans la Provence.

Mais voilà le règlement intérieur de la grande surface stipule qu’il est interdit de se servir dans les bennes. «  Je ne savais pas », assure ce réassortisseur dont le travail consiste à placer les produits en rayon.

Mercredi, la CGT et les collègues de Kader se sont réunis devant le magasin pour le soutenir, alors qu’il était convoqué à un entretien préalable à son licenciement, deux ans à peine avant sa retraite. « Ça ne se passe pas dans une contrée moyenâgeuse, mais en France en 2011, dans une entreprise dont l’actionnaire principal, Casino, vient de battre des records de profits au CAC 40 », s’insurge la déléguée syndicale.

De son côté, la direction affirme qu’aucune décision n’a été prise pour la sanction.

Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Syndicats
commenter cet article
10 juillet 2011 7 10 /07 /juillet /2011 05:31

Samedi 9 juillet, une dizaine de militants communistes étaient présents dès 9 heures au rond point de la zone commerciale de Conflans pour distribuer un tract à la population pour dénoncer la baisse du pouvoir d’achat et la hausse des prix.

 

_tracts-1.jpg_tracts-3.jpg

_tracts-2.jpg


Pouvoir d'achat: ne pas attendre 

 

La hausse des prix est reparti en France et nous fera perdre encore plus de pouvoir d'achat. Les salariés, les retraités doivent porter haut et fort leurs revendications sans attendre les rendez électoraux de 2012. 

 

La hausse des prix et la baisse du pouvoir d'achat asphyxient les familles, alors qu'au même moment les entreprises du CAC 40 enregistrent des bénéfices records.

La précarité pour une très grande majorité, toujours plus de profits pour une petite minorité: cette réalité est de plus en plus insupportable chaque jour.

 

Et pourtant, de l'argent il y en a. Rappelez- vous: les banques étaient proches de la faillite, elles ont été renflouées par l'État. Elles se font maintenant des dizaines de milliards de profits et c'est à nous qu'est présentée la facture de la crise! C'est scandaleux.

 

La revalorisation des salaires comme des pensions de retraites et des minimas sociaux est aujourd'hui une revendication urgente

 

Il ne faut plus attendre.

Toutes les conquêtes sociales ont été acquises par

la lutte des travailleurs

 

Exigeons un SMIC à 1700 euros et une augmentation de toutes les retraites de 300 euros minimum.

 

Travailleurs, retraités, chômeurs,

c'est maintenant qu'il faut s'organiser en

rejoignant et en adhérant

au Parti Communiste Français.

 

Debout travailleurs, ne vendez plus vos bras pour une bouchée de pain!!!!

 

 

 

Published by PCF du Jarnisy 54 - dans Initatives et rendez-vous
commenter cet article